Devant les lavabos...

Aller en bas

Devant les lavabos...

Message  Drew Hawthorne le 21.05.08 18:14

Drew s’était attendu à ce que sa rentrée dans cette école de sorcellerie soit difficile, mais peut être pas autant. Sa mère l’avait accompagné jusqu’au Poudlard Express sans trop d’encombre, et il s’était retrouvé dans un compartiment d’élèves plutôt silencieux, ce qui lui avait complètement convenu. Il n’avait pas tellement envie de parler, et encore moins avec trois personnes à la fois. Il était déjà dur pour lui de se concentrer sur les lèvres d’une personne pendant un long moment, alors trois, il n’osait même pas y penser. Drew avait ensuite suivi les autres Premières années jusqu’aux barques, puis jusqu’au château. Il l’avait imaginé impressionnant, après toutes les descriptions de sa mère, mais certainement beaucoup moins grand que ce qu’il était en réalité. Sans parler de la Grande Salle qui lui avait coupé le souffle. Le plafond magique lançait des éclairs qui illuminaient parfois plus encore la pièce. La plupart des élèves étaient assis à leurs tables respectives tandis que les Premières années restaient debout à l’entrée de la Grande Salle.

Sa mère lui avait tout expliqué. Le directeur adjoint appelait les élèves, et chacun à leur tour devaient se présenter sur le tabouret, et attendre que le Choixpeau leur dise dans quelle maison ils iront pendant toute leur scolarité. Les élèves étaient appelés par ordre alphabétique. Avec Hawthorne, il devrait passer au début. Il attendit donc sagement son tour, espérant arriver à lire son nom et prénom sur les lèvres de la directrice adjointe. Mais elle était trop loin et des élèves lui bouchaient la vue. A un moment, il se rendit compte que personne n’avançait vers le tabouret alors vide, et que la sorcière qui appelait les Premières années commençait à s’impatienter. Il s’avança d’un pas timide à travers la foule d’élève, et fut soulagé de la voir répéter son nom, lui assurant que c’était bel et bien lui qu’on attendait. Il s’assit alors sur le tabouret, silencieux. Maintenant, il restait le deuxième problème à régler. Il n’entendrait pas un seul mot de ce que lui dirait le Choixpeau. Et fatalement, il n’entendrait pas non plus la maison dans laquelle il serait répartit. Le jeune homme cherchait une solution depuis qu’il était entré dans la pièce, en vain. Mais finalement, la réponse vint toute seule. Il vit la table des noir et jaune applaudir et lui lancer quelques sourires chaleureux. Un léger sourire aux lèvres, il s’était levé et avait rejoint la maison qui était maintenant sa « famille ».

Lui qui n’était pourtant pas un gros mangeur, il avait rempli son estomac de toutes les bonnes choses que les Elfes de maison avaient préparées. Et puis, le choix ne manquait pas, et il avait laissé sa gourmandise parler pour lui en voyant tant de desserts, tous aussi appétissants les uns que les autres. Il était resté dans son coin durant tout le repas, et vers la fin seulement, il avait compris qu’il était temps de se lever, comme les autres élèves. Les deux préfets de leur maison avaient alors accompagné tous les Poufsouffles vers leur salle commune et leur avait transmis le mot de passe. Après les explications des préfets, Drew imita la plupart des Premières années qui rejoignirent leur dortoir. Il ne se sentait pas encore à l’aise entre les murs de pierres, et passa quelques longues minutes à ranger ses affaires comme bon lui semblait, pour se sentir un peu plus chez lui. Enfin seulement, il se coucha dans son lit à baldaquin, et ne tarda pas à trouver le sommeil.

____________________


C’est une moue boudeuse aux lèvres que le sourd ouvrit les portes des toilettes des garçons. Décidemment, quelqu’un avait décidé que ça rentrée ne se passerait pas sous les meilleurs hospices. Son premier cours avait été sortilèges, et même s’il aimait bien le cours en lui-même, il avait tout de même eut quelques difficultés. Le professeur avait commencé par leur apprendre le sortilège de lévitation. Mais si Drew était plutôt un bon sorcier, et qu’il assimilait vite, il avait eu un clair problème de prononciation. Le geste avait été bon, mais il avait certainement mal prononcé le sort.

Heureusement, le professeur n’y avait pas trop fait attention. Après tout, le jeune Poufsouffle n’avait encore prévenu personne au sein de l’école de sa surdité. Et quelque part, il espérait repousser le moment le plus possible. Il n’était pas sûr de vouloir savoir comment les autres allaient réagir. Et puis, il était finalement parvenu à réussir son sort, au bout de quelques essais infructueux. Mais jusque là, rien de trop important s’était passé. Il avait alors suivit ses camarades de classe jusqu’au cours de Soin aux Créatures Magiques. Ce n’était pas sa matière préférée, mais il aimait bien les animaux. Les créatures magiques aussi.

Ils avaient commencé dès le premier cours la pratique : le professeur leur avait présenté une créature qui vivait dans les marécages. Il ne se souvenait plus de son nom, mais il était certain qu’il n’oublierait jamais le physique de la créature. Il avait rarement vu quelque chose d’aussi repoussant. Sans parler de l’odeur que dégageait la créature à quatre pattes. Le professeur avait demandé aux élèves de nourrir les créatures. Ce qui n’avait pas été une mince à faire. La créature dont Drew devait s’occuper était particulièrement excitée et refusait de rester tranquilles. En conséquences, le Poufsouffle avait gagné quelques griffures.

Mais pour finir, il avait réussit à donner les quartiers d’oranges à la créature. D’après le professeur, ces créatures vivaient dans les marécages parce que leur peau était si fine, qu’ils avaient besoin de la boue pour les protéger des agressions que pourraient être les moustiques, les mouches, ou même les sangsues. Leur seconde tâche était donc de les recouvrir de boue à l’aide d’un sortilège. Que Drew réussit après le premier essai cette fois ci. Sauf qu’un autre élève avait eu moins de chance que lui, et n’avait pas réellement pris la peine de viser avant de lui lancer le sort. La cible non choisie avait été Drew.

Et c’était pour cette raison qu’il s’était précipité vers les toilettes des garçons. A présent, il peinait à essuyer les tâches sur son uniforme. Et il ne connaissait pas le sortilège de nettoyage. Peut être aurait-il dû le demander à un professeur ? Avec un soupir, il haussa les épaules. Il n’avait plus qu’à frotter.


[HRP : A l'avenir, ce sera beaucoup moins long, c'était juste pour parler de sa répartition <3]
avatar
Drew Hawthorne
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 37

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : 18 cm, bois de rosier et poil de loup-garou
• Commentaire d'Ombrage  : Tiens l'est pas mort ? Rofl²

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Fable du jour : Le touriste et le sourd :3

Message  Artemis Lone le 23.05.08 21:21

[Hj : T'inquiètes moi non plus, d'ailleurs ya jamais que le premier post qui fait presque deux pages ... N'empêche à relire le passage juste dans le château je l'imagine trop bien, j'ai l'impression que mon Arty il a gagné de la maturité. Bienvenue à PI <3]

*À Poudlard, il ne pouvait y avoir que des journées merveilleuses. Le ciel était bleu, le soleil brillant, les profs sympathiques et l'herbe plus verte que chez le voisin. Le sol était couvert de bonbons, les murs tapissés de marshmallows, les arbres en guimauve et ... attendez un peu. Les arbres en guimauve ? *

~DRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIING~

Merveilleuse journée, me direz-vous ? Un ciel tapissé de nuages, des professeurs détestables et un réveil mal réglé. Il est huit heures, les cours viennent de débuter, et le réveil en forme de hamster tidou d'Artemis Matz Zed Lone Stewers vient de rendre l'âme.

''Le soleil vient de se lever, encore une belle journée, on est heureux de retrouver ... l'ami Ricorée (8 )''

Tout en s'habillant calmement, Artemis se mit à fredonner. Comment ça, je suis à la bourre ? Bonne excuse pour sécher la première heure, tiens ... Cours de potions, de toute façon, Artemis n'a jamais aimé. Extrêmement motivé, il réunit ses affaires de cours et les balança dans son vieux sac de toile tout en se recoiffant d'une main. Il enfila ses baskets sans les lacer, attrapa un vieux croissant qui traînait sur sa table de nuit en guise de petit-déjeuner, balança son sac sur son épaule et sortit tranquillement du dortoir des garçons. Un coup d'œil à sa monstre, 8h10; il a largement le temps de passer à la volière voir Fly. Depuis que ses sœurs sont parties, il a un nouveau hibou rien que pour lui, il compte en profiter pour prendre des nouvelles de ses jumelles.

Les couloirs sont déserts, les escaliers vastes et dégagés; un total de sept glissades consécutives sans pelletage de gueule, trois tournants parfaitement maîtrisés et 38 marches sautées à prendre une marche sur deux, quelque chose comme 60% du record d'Artemis, il peut faire mieux mais tant pis. Arrivé à la volière commence la vraie bataille : retrouver Fly. Petit, mignon et insignifiant, plumage noir et bec blanc, le genre à passer inaperçu; mais pas avec Arty ...


''FLYYYYYYYYYYYY''

De quoi alerter tout l'étage; le cri ayant mis la ménagerie en furie, Artemis eu encore plus de mal à s'y retrouver, jusqu'à ce qu'un éclair gris traversa la tempête de plumes et vienne se nicher dans son cou -Fly. Arty s'isole dans un coin, le mini hibou sur l'épaule et le bloc de feuilles sur les genoux et, en dix minutes, bacle une lettre bancale à ses sœurs :

~Salut les filles, c'est Arty ^o^
Comment vous allez ? Poudlard c'est naze sans vous, les profs ont l'air encore plus chiants. J'ai rencontré une fille sympa, Crystal qu'elle s'appelle, c'est une nouvelle mais je ne sais toujours pas qui c'est l'autre préfet. Sinon perso ça va, la vie est belle, mais vous me manquez. On se verre aux prochaines vacances, hein ?
Biz à vous, l'Artychaud qui vous aime Coeur ~


Deux mots glissés à son oreille, le message accroché à sa patte, et voilà Fly qui s'envole ver les jumelles d'Arty. Ce dernier regarda distraitement sa monstre sa montre, cool, 8h20 ... avant de se rendre compte qu'elle était à l'envers. C'est une merveilleuse journée.

À dix heures dix, voyons ... Artemis est censé être en cours de SAM, dans le parc. D'ici à dehors, vingt volées d'escaliers, entre 40 et 80 marches à sauter, une dizaine de tournants, autant de rampes et de glissades, et quelques pelletages de gueule; Arty est en bas en cinq minutes.

De la porte du grand hall, il jette un regard panoramique sur le parc; là-bas, coincé entre le lac et la forêt interdite, un troupeau de jaunes et bleus surveillé par un prof baigne dans les marais. Artemis s'approche doucement, espérant pouvoir se joindre au groupe sans se faire repérer. Arrivé à cinquante mètres des marais, il voit un garçon de Pouffiz quitter le groupe où il reconnaît malgré la distance Crystal et deux autres Serdaigles déjà aperçus à la sale commune. Couvert de boue de la tête au pied, il passe devant Arty sans le voir, celui-ci ayant eu la présence d'esprit de se cacher derrière un arbre. Il lui vint alors une idée ...


*Mais madame, si j'étais là au cours, j'ai juste été aider l'autre pas doué à se laver ! *

Excuse bidon mais potable, Artemis fit demi-tour et retourna au château en suivant le Pouffiz. Arrivé à l'intérieur, le jaune boueux eu la bonne idée de se diriger vers les toilettes. Arty continua à le suivre discrètement, jusqu'à ce qu'il se prenne les pieds dans ses lacets et qu'il s'écroule avec fracas au milieu du couloir dans un vacarme de tous les dieux. En se redressant, il s'aperçut avec étonnement que le Pouffiz semblait n'avoir rien entendu. Ce dernier rentra dans les toilettes et le bruit de l'eau qui coule parvint à Artemis. Il rentra dans la pièce, dos au jaune boueux qui était en train de se laver, et l'appela discrètement :

''Eyh, l'pouffiz !''

Pas de réponse. Croyant à une bonne blague pas drôle, Artemis s'énerva, le saisit par les épaules et le retourna vers lui.

''T'es bouché ou tu le fais exprès ?!''

Imaginez les vieilles toilettes pourries de Poudlard, un robinet qui coule, un gamin couvert de boue, un préfet qui vient de le secouer comme un prunier. Et surtout un grand silence foireux. Troublé par son propre comportement, Arty lâcha brusquement les épaules de l'autre garçon, avant de déclarer :

''Purée tu fais pitié comme ça, attends deux secondes ...''

Il sortit sa baguette toute pourrie de sa poche, fit semblant de réfléchir deux secondes, et dit en pointant sa baguette sur l'inconnu en face de lui :

''Récurvite !''

Sans succès, les fringues du garçon restant couvertes de boue. Hésitant entre la honte et la confusion, Arty rangea furtivement sa baguette, regarda le plafond un instant et puis lâcha, confus :

''Ouais bon d'accord j'suis pas doué mais bon, heu ... Tu t'appelle comment ? Moi c'est Artemis, mais tu peux m'appeler Arty.''

Il esquissa un sourire franc mais gêné, espérant avoir rattrapé le coup avec sa gaffe de tout à l'heure. Pour terroriser les nouveaux, il était décidément très doué ...
avatar
Artemis Lone
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 1104

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 27 cm, bois de chêne et plume d'hippogriffe, très maniable et souple, pour sorts et métamorphoses.
• Commentaire d'Ombrage  : Moi je l'aime ma Pastèque.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Devant les lavabos...

Message  Drew Hawthorne le 24.05.08 12:52

[HRP : Oh, je m'attendais pas à ce que quelqu'un réponde si vite n_n Et j'aime déjà Arty <3]

Le jeune Poufsouffle grogna légèrement en se rendant compte que les tâches peinaient à partir. Il ne voulait pas frotter trop non plus, pour ne pas abîmer son uniforme, qui avait tout de même coûté cher à ses parents. Un vague regard vers son reflet dans le miroir lui informa qu’il faisait vraiment peur ainsi, avec de la boue sur le visage même dans les cheveux. Sa mère qui ne cessait de pester parce qu’il refusait des faire des masques à l’argile serait bien heureuse pour le coup. Ce n’était pas comme s’il en avait besoin non plus, il avait la peau douce, et ses trois petits boutons sur la gorge ne le faisaient pas complexer. Personne ne le regardait de toute façon, et à vrai dire, il préférait que les choses restent comme ça.

Après quelques secondes d’hésitation, il trouva la meilleure solution. Ainsi, il glissa son visage sous le robinet d’eau froide, ne pouvant réprimer le long frisson qui traversa son corps. Manches relevées, il frotta alors énergiquement son crâne pour faire partir la boue qu’il y avait encore dans ses cheveux. Il fit ensuite de même avec son visage, avant de se redresser. Mais il n’eut même pas le temps de se regarder dans le miroir qu’il sentit quelqu’un le retourner. Il sursauta si violement qu’il faillit tomber à la renverse mais il parvint à se stabiliser sur les lavabos. Soupirant de soulagement, il releva alors les yeux vers la personne qui commençait à le secouer.

Drew marmonna un juron et tenta de repousser le sorcier fou qui était en train de le secouer comme un prunier et… de parler en même temps. Comment il voulait qu’il lise sur ses lèvres s’il été bougé ainsi dans tous les sens ? Et pourtant, il ne s’attendait pas à ce qu’on le lâche si brusquement, et en conséquence ses reins heurtèrent le lavabo derrière lui. Mince. On ne lui avait pas dit que Poudlard s’occupait aussi des fous. S’il n’avait pas été aussi bien élevé, nul doute qu’il serait à ce moment même en train de proférer les pires injures envers l’élève – apparemment – qui venait l’agresser sans raisons, alors que déjà, sa journée avait été difficile. A croire qu’elle continuerait à être ainsi jusqu’à la fin. C’est à ce moment là qu’il pris la décision de se coucher tôt. Très tôt.

Ses yeux se fixèrent alors sur les lèvres du « fou » en question quand il vit ce dernier parler. Décidemment. C’était certain qu’il ne devait pas ressembler à quelqu’un qu’on pouvait croiser tous les jours. Ses cheveux châtains dégoulinaient encore de l’eau froide sous laquelle il s’était passé la tête, et ses mèches étaient collées à ses joues légèrement hâlées, qui étaient toutes aussi mouillé. Si tout ce qui était au dessus de son col était propre et – pourquoi pas – plutôt sympas à regarder, en revanche, son uniforme précédemment noir était maintenant couvert de boue, marron. Sans parler du fait qu’il ne lâchait plus des yeux les lèvres de l’élève qu’il reconnu comme étant un Serdaigle.

Enfin, ça, c’était avant qu’il ne sorte sa baguette magique, et que Drew écarquille les yeux. Qu’est ce que ce malade allait encore lui faire ? Drew était de l’avis qu’il en avait déjà assez fait comme ça. Surtout que l’état de la baguette en question n’était pas pour rassurer le jeune Poufsouffle, qui ferma les yeux pour le coup. Mais ne sentant rien arriver il rouvrit prudemment un œil. Ah. L’air un peu piteux du jeune homme lui dit que quoiqu’il ait entrepris, il n’y était pas parvenu. Pas que cela gêne le jeune sourd. Il ne savait même pas ce que l’énergumène avait voulu lui lancer comme sortilège.

On lui avait dit de ne pas fréquenter les Serpentards, mais il ne lui semblait pas que les Serdaigles soient mieux. A moins que ce ne soit que celui là. Mais apparemment, il avait commencé à se calmer, puisqu’il se présenta avec un sourire. Le coin des lèvres de Drew ne résista pas longtemps et finit par s’étirer pour sourire lui aussi à son interlocuteur. En plus, il avait à peu près réussi à comprendre ce que lui avait dit ce… Artémis.


« … Je suis Drew. Et tu peux m’appeler Drew. »

L’attitude précédente du Serdaigle méritait au moins une blague pourrie de ce genre. Après tout. Le jeune sourd haussa alors un sourcil vers la poche où son interlocuteur venait de ranger sa baguette.

« Tu essayais de faire quoi avec ta baguette ? »

Après un rapide coup d’œil au blason pour vérifier la maison de « Arty », il se rendit compte qu’à côté était accroché un badge de préfet. Ah. Il devrait peut être se calmer. Mais après tout, il faisait peut être juste une ronde.

« Pourquoi t’es là ? Tu attendais pour le lavabo ? »

Et oui, Drew n’ayant rien entendu du tout, n’avait aucun moyen de savoir que le Serdaigle l’avait suivit depuis le parc. Il était d’ailleurs très curieux d’avoir réponse à sa question.
avatar
Drew Hawthorne
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 37

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : 18 cm, bois de rosier et poil de loup-garou
• Commentaire d'Ombrage  : Tiens l'est pas mort ? Rofl²

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Devant les lavabos...

Message  Artemis Lone le 20.06.08 10:23

Définition du Pouffiz : Être humain étrange, à deux jambes deux bras et une tête, mais sans doute rien dedans, personne n'a jamais vérifié. Toujours habillé de jaune, le Pouffiz est sympathique et loyal, travaille en cours mais ne sert de toute façon à RIEN. C'est pour ça qu'on aime le Pouffiz, c'est un gentil petit animal de compagnie, un peu comme le pikachu pyromane, qui a dû lui-même être un Pouffiz dans une autre vie au vu de sa couleur jaune pétante.

La fable du jour, qui à la base était plutôt le sourd et le touriste semblait se transformer en la fable du bonhomme de boue et de l'affreux préfet traumatiseur de nouveaux. Parce que là vraiment Artemis faisait des progrès : Même sans faire exprès il arrivait à faire flipper les gens. Déjà l'idée de secouer le Pouffiz était pas une bonne idée, le Pouffiz est une petite bête sauvage et insignifiante (Et sans doute chiante quand on l'embête, tout comme les bestioles qu'Artemis était censé étudier en ce moment même au fond du parc), mais en plus de ça faire une démonstration foireuse de son incapacité à lancer un sort convenablement à moins de provoquer une catastrophe venait de passer un nouveau stade : le sort sans résultat. Plutôt rassurant, en fait, puisque la dernière fois qu'Artemis avait voulu faire exploser son réveil à distance celui-ci s'était transformé en Rogue à trois têtes. *se retient de mettre un smiley clown*

Enfin bref voilà. Le Pouffiz semblait résistant, et malgré le harcellement qu'Artemis semblait avoir fait preuve à son égard, il n'avait pas l'air terrorisé. Juste toujours aussi horrible et couvert de boue que tout à l'heure, mais soit. Il était sans doute pas très futé d'essayer de nettoyer sa robe avec l'eau de Poudlard étant donné que celle-ci était blindée de calcaire mais c'est pas grave, il semblait que l'intervention d'Arty ne l'avait pas frustré. Le Pouffiz se décida enfin à lui répondre après que le touriste daigna se présenter.


« … Je suis Drew. Et tu peux m’appeler Drew. »

Humoriste en plus ? À ajouter dans la définition du Pouffiz. Le Pouffiz est marrant quand il le veut bien, et surtout avec Artemis, pour éviter d'avoir l'air traumatisé. Et le machin jaune en question leva alors un sourcil alors qu'Arty rangea sa baguette, et continua sur sa lancée :

« Tu essayais de faire quoi avec ta baguette ? »

Ouuh, la question qui tue. Le Pouffiz est un inculte, il faut lui pardonner. Apprends quelque chose à un Pouffiz, il l'oubliera le jour suivant. Tape un Pouffiz en lui apprenant quelque chose, il le retiendra toute sa vie. Sauf que dans le cas d'Artemis qui pensait avoir déjà suffisamment frustré le pauvre petit gamin de première, il s'abstiendrait de le taper en lui expliquant le sortilège, puisque de toute façon il devrait normalement encore l'apprendre.

"Un sortilège de récurvite, pour nettoyer tes fringues ... Mais bon ça a pas l'air de marcher quoi. C'est peut-être mieux, j'aurais pas voulu que tu te retrouve avec un robe mauve à pois verts, doué comme je suis ..."

L'ironie et l'humour sont contagieux dans les toilettes des garçons, puisqu'Artemis venait de se surpasser en lachant une blague même pas drôle et tristement exacte. C'était cool, il venait de se faire une réputation d'enfer : Arty le préfet de Serdaigle (puisqu'il semblait que la Pouffiz l'avait remarqué au vu de son regard vers son blason à moitié tordu de préfet) traumatiseur même pas capable de lancer un sort correctement. Prix du mérite et de la connerie, je demande Artemis.

« Pourquoi t’es là ? Tu attendais pour le lavabo ? »

Artemis savait que le Pouffiz était stupide, ignorant et inculte, mais à ce point-là c'en devenait pitoyable. Il était peut-être à moitié sourd puisqu'il ne semblait pas avoir entendu Arty s'effondrer dans le couloir mais en plus de ça il était totalement bigleux puisqu'il y avait dix robinets dans la pièce. Par contre le point sur lequel il avait raison c'était que l'évier que le Pouffiz utilisait était le seul qui fonctionnait. Mais bon puisque le Pouffiz, ou plutôt appelons-le Drew puisque tel est son nom, c'est toujours sympa de nommer les petites bestioles mignonnes telles que les Pouffiz, ne semblait pas avoir compris qu'Arty l'avait suivi depuis le parc, il fallait bien lui expliquer ...

"Bah en fait j'étais à la bourre pour le cours dans le parc et je me suis dit que si j'allais t'aider je pourrais utiliser ça comme excuse pour justifier mon absence quoi ..."

Le problème c'est qu'Artemis avait dit ça tout en regardant ailleurs et, accessoirement, le plafond, et que donc Drew n'avait sûrement rien compris à ce qu'Arty avait dit puisque de toute façon il était incapable d'articuler correctement et qu'il mâchait ses mots. Néanmoins une question turlupinait le préfet depuis tout à l'heure, autant la poser, et là il pris la peine de regarder le Pouffiz en face, bonne idée sans doute :

"Mais dis, tout à l'heure dans le couloir je me suis peté la gueule en faisant plein de boucan, tu m'as pas entendu ?"

Arty regarda Drew d'un air surpris et interrogateur. Le Pouffiz était une bestiole bizarre, c'était certain, mais Artemis l'était encore plus; Peut-être avait-il était Pouffiz dans une autre vie ?*

*Référance foireuse à mon premier perso que je voyais à Serdy et que Ju' a envoyé à Pouffiz :3
[Désolé pour l'attente je suis une ordure. Et pis tu sais tu peux toujours être à deux ou trois endroits à la fois, Arty il est dans la hall dans les toilettes et sur le terrain de quidditch et il arrive à gaffer partout à la fois donc bon ... :3]
avatar
Artemis Lone
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 1104

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 27 cm, bois de chêne et plume d'hippogriffe, très maniable et souple, pour sorts et métamorphoses.
• Commentaire d'Ombrage  : Moi je l'aime ma Pastèque.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Devant les lavabos...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum