Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Aller en bas

Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Invité le 13.08.09 21:18

Mars 2008...
Sacha repensait à ce mois très particulier pour beaucoup de sorciers. En effet, c’était à ce moment-là que Dumbledore, que l’on peut qualifier de plus grand sorcier de tous les temps -et plus vieux aussi- avait trouvé la mort en haut de la tour d’astronomie de sa chère école. Mais ce n’était pas exactement pour ça que Sacha repensait à ce mois-là.
Il y avait eu un évènement dans sa vie, quelque chose de beaucoup plus personnel, déclenché par cet incident : Julia Inferno, nommée en tant que directrice par intérim, était venue un soir de juillet aux Trois-Balais et elle n’allait pas bien. Normal me direz-vous, quand on a perdu son père. Sacha avait essayé de la réconforter et y était plutôt bien arrivé si on en croyait ce baiser qu’elle lui avait donné avant de retourner au château.
Oui, c’était à ça que repensait Sacha en ce moment même, à un autre soir d’un autre mois…


Octobre 2008


Il ne faisait pas encore trop sombre, ni trop moche même si tout le monde savait que le temps se dégraderait très vite car on allait vers l’hiver et non plus vers l’été. Mais le temps importait peu à Sacha. Il marchait droit vers le château, après en avoir franchi le portail, serrant dans sa main gauche le parchemin que lui avait envoyé son fils.
Ievtikhi était entré en 2ème année début septembre et n’ayant pu encore retourner à Pré-au-Lard, il lui avait demandé de lui envoyer son livre de botanique, oublié sous son lit. Sacha n’avait pas tergiversé très longtemps et avait décidé de lui apporter en mains propres, pour une seule et bonne raison : revoir Julia. La rentrée avait été plutôt prenante pour la jeune femme (si, elle est encore jeune, na !) comme un peu chaque année mais différemment aussi car elle avait dû accueillir le nouveau directeur, un américain d‘après le peu qu‘il savait.

Maintenant qu’il montait les marches pour atteindre le bureau de la directrice-adjointe, Sacha se sentait un peu moins sûr de lui. Il avait passé de très bonnes vacances avec son fils mais se demandait si, comme lui, Julia avait eu du mal à s’enlever de la tête le souvenir de leur dernière rencontre. Evidemment, elle devait avoir la pensine de Dumbledore… Il hésita un moment puis décida qu’il faudrait bien se confronter un jour ou l’autre et qu’il valait mieux que ce soit en privé plutôt qu’au pub. C’était sans doute aussi pour cette raison qu’il était venu au château au lieu de prendre un hibou postal.

Il entendit les cloches au loin sonner 22h30. Il était tard mais il n’avait pas pu se libérer plus tôt et se doutait que Julia ne serait pas couchée. Puisqu’il ne pouvait pas aller dans la salle commune des Poufsouffle, il lui faudrait remettre ce livre à leur directrice, autrement dit Julia. Oui, Sacha avait tout prévu pour d’éventuels arguments, sans vraiment s’en rendre compte.

Enfin il fut devant la porte de son bureau, occupé à son époque par le professeur McGonagall. Il frappa doucement, juste assez fort pour se faire entendre et attendit qu’elle lui dise d’entrer. Comment réagirait-elle en le voyant ? Peut-être aurait-il dû envoyer son patronus en avant, pour la prévenir de sa visite. Mais le fait est qu’il avait pris sa décision sur un coup de tête, trouvant par la suite plein d’excuses. Tant pis, elle ne lui balancerait pas une bouteille en pleine figure tout de même.
Il repensa alors à ses lèvres goût de groseilles et un sourire apparut sur les siennes.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Julia Inferno le 14.08.09 12:02

Julia était profondément énervée. Elle ne pensait qu'à ça. Ça qui lui pourrissait la vie depuis longtemps - elle ne pouvait plus supporter l'image de cet homme. Bien sûr, je parle du nouveau directeur, Benjamin W. Harris. Un homme démentiel aux idées plus tortionnaires et vicieuses les unes que les autres. A quand son prochain show ? La Directrice - adjointe, en ce mois d'Octobre 2008 - le redoutait chaque jour un peu plus. Elle n'en pouvait plus de voir cet affreux bonhomme chaque matin, assis sur le majestueux fauteuil de Dumbledore. Bien sûr, cela avait vite changé : deux jours après l'arrivée de Harris, n'y tenant plus, la jeune femme avait retiré le siège et l'avait caché dans sa demeure, par respect pour ce grand Directeur qu'était Albus. Et elle réagira ainsi pour quiconque tentera de salir la grandiose de son défunt père. Elle espérait que les choses changeraient vite et que le Ministère se rendrait compte de la nullité avec laquelle Benjamin remplissait son rôle. Le contraste était si flagrant avec l'ex-Directeur que Julia manquait de péter une durite à chaque apparition de Harris, qui ne lui rappelait que trop le souvenir douloureux de son père.

Mais il n'y avait pas que ça. Aussi stupide que cela puisse paraître, d'entre tout les problèmes auxquels Julia était confrontée, la palme revenait à ce fameux soir de Juillet aux Trois-Balais. Alors que tant de choses plus graves auraient du lui prendre la tête en permanence, c'est l'image de Sacha qui apparaissait constamment dans la sienne. Elle ne désirait qu'une chose : le revoir. Elle n'en avait eu l'occasion, car elle était partie en vacances en Italie, et puis ce fut la rentrée ; ce qui bouscula bien des choses. Et puis, il est vrai de dire que Julia n'osait retourner au pub. Parce que soit Sacha se rappelait d'elle, et tout deux seraient très mal-à-l'aise, ou soit il avait oublié ce soir d'été et ce serait pire encore aux yeux de la Professeur. Et puis, il ne lui avait pas donner de nouvelles une seule fois ; pas de hibou, pas un seul mot. Cela la contrariait au plus haut point, alors qu'elle-même n'avait rien fait pour re-contacter le jeune homme ! Il y avait quelque chose dans celui-ci qui rappelait son souvenir à longueur de temps. Elle n'avait oublié ni ses expressions, ni ses tics, ni rien de cet homme. Rien. Et c'est ce soir d'octobre, un peu frais, un soir comme les autres, que cela arriva. Et elle ne s'y attendait vraiment pas.

On toqua doucement à la porte. Julia regarda l'horloge : 22h30. Qui pouvait donc bien avoir besoin d'elle à cette heure ? Si c'était encore ce jeune Poufsouffle de première année qui faisait soi-disant "des cauchemars affreux", la Directrice adjointe allait perdre son calme. Surtout que ce prétexte absolument faux du garçon cachait très mal les sentiments - enfin, qui peut parler de sentiments, à 11 ans ? - qu'il portait à l'égard de sa Professeur. Merci, mais ce n'est pas d'un enfant que cette dernière attend des sentiments ! Avec un bruyant soupir, Julia se leva pour ouvrir la porte et ne put retenir un hoquet de surprise. Elle n'en croyait pas ses yeux. Sacha, devant le pas de la porte. Sacha. Gnh ? Par peur de paraître vraiment trop stupide - et surtout si le barman avait oublié le baiser qu'ils s'étaient échangés -, Julia quitta son expression abrutie et redevint à peu près normale.

Oh ! Sacha ! Ça, c'est une surprise... heu... je suis heureuse de vous revoir. Entre donc.. enfin, je veux dire, entrez donc.


Cerveau, Julia, cerveau ! Pourquoi était-elle constamment obligée de balbutier en présence de cet homme ? Il devait vraiment la prendre pour une débile, à force. Et il ne serait pas en tort. Sacha entra donc sans un mot, et la jeune femme referma la porte derrière lui. Que voulait-il ? Pourquoi était-il venu après deux ou trois mois sans aucune nouvelles ? Julia était à la fois furieuse et... bien contente de le revoir.
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Invité le 14.08.09 14:26

Elle lui avait ouvert la porte et avait paru plus que surprise. Lui, bien sûr, savait qu’il allait la voir, ce qu’elle ne pouvait pas deviner mais quelque chose au fin fond de son cerveau lui murmura qu’elle était gênée parce qu’elle n’avait pas oublié. Elle y avait donc pensé, elle-aussi.
Sacha entra en effet sans un mot, son mince sourire ne l’ayant pas quitté, sans manquer pour autant la satisfaction qu’il ressentit quand elle le tutoya. Un peu idiot sûrement mais généralement, on tutoie ses amis. Et les amis peuvent devenir… pas la peine de faire un dessin. En plus, elle était heureuse de le voir. Il devait essayer de retirer
cette image de Julia de sa tête. Imaginons qu’elle soit une reine de la legilimencie, il était mal barré. Contrairement à ce qu’on pouvait croire, cette pensée ne suffit pas à lui retirer son sourire. Son fils avait peut-être déteint sur lui.
Bref, autant en venir tout de suite au sujet de sa visite, pour ne pas laisser un malaise s’installer. Elle avait regagné son bureau et se trouvait maintenant en face de lui.


    Merci. Et désolé pour l’heure tardive. En fait j’ai…

Il lui tendit brusquement le parchemin qu’il tenait dans sa main gauche. S’il lui avait expliqué pourquoi il venait, elle aurait compris bien sûr, mais son instinct lui dictait de lui donner plutôt la lettre de son fils pour qu’elle la lise elle-même. Ce qu’elle fit. Il profita de cet instant pour la regarder, de la tête aux pieds, enfin plutôt aux cuisses. Non pas qu’il fut un vrai pervers mais le bureau l’empêchait de voir jusqu’à ces pieds.
Elle n’avait pas changé…


    ¤ Débile, on ne change pas en deux mois. ¤

Si, elle avait le teint halé, signe qu’elle avait dû passer des vacances au soleil. Mais elle paraissait soucieuse aussi. Ca, ça n’avait pas changé. Après tout, elle était une ancienne Poufsouffle et ces sorciers, du genre très loyaux, se faisaient généralement du souci pour leur famille, leurs amis ou ceux qui leur avaient été confiés. Comme des élèves par exemple. Et d’après les rumeurs qui couraient, le nouveau directeur n’avait pas l’air facile.
Sacha eut un petit sursaut, sortant de ses pensées pour voir qu’elle était arrivée à la fin de la lettre, qui ne faisait pas 50 centimètres non plus. Il sortit donc le livre de botanique de sa poche mais le garda dans les mains.


    A cette heure-ci, il doit dormir alors comme je peux pas le voir, le plus simple était de venir te le donner. Tu pourras lui remettre demain.

Le vouvoiement avait été oublié presque naturellement. Il espérait juste qu’elle n’allait pas lui demander, poliment, de ne pas la tutoyer. Ca serait une catastrophe. Minuscule par rapport à d’autres choses mais une catastrophe tout de même.
Cependant, Sacha n’avait pas fait un geste pour lui donner le fameux bouquin, semblant attendre qu’elle donne son accord. La petite voix au fond de son cerveau lui murmura qu’aussitôt qu’elle l’aurait, il allait devoir rentrer chez lui.


    ¤ Non, je lui demanderai de ces nouvelles. ¤

Il ne lui en avait pas données, ne lui avait pas envoyé de hibou. Qu’aurait-il pu lui écrire ? Des banalités sur ses vacances, sur le temps ? Il n’avait pas eu envie de lui écrire, il avait eu envie de la voir. Tout le temps. Son fils lui avait d’ailleurs sérieusement reproché son manque de concentration quand ils jouaient aux échecs. Il était vrai que son roi se faisait régulièrement fracasser la tête par un cavalier ou un fou, tant il portait d’attention uniquement sur sa dame…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Julia Inferno le 14.08.09 16:55

Le mince sourire aux lèvres de Sacha ne l'avait pas quitté une seule seconde. Julia soupira intérieurement - était-elle donc la seule à s'angoisser quand il s'agit d'amour ? Euh... qui a parlé d'amour ? Mon Dieu, la Directrice y pense déjà après un simple baiser échangé une nuit où elle était au fond du trou. Ce qui ne voulait pas dire qu'elle l'avait donné sans qu'il n'y ait rien en-dessous. Loin de là. Mais du côté du jeune homme, qu'en savait-elle ? N'était-ce pas de la pitié ? Quoiqu'il en fut, il était là, devant elle, dans le bureau qui avait toujours été le sien. Et il n'était pas venu par hasard, n'est-ce pas ?

En fait, si. Du moins en apparence. Il lui tendit un parchemin qu'elle lit pleine d'espoir, avant de constater qu'il était écrit de la main de son fils. Son fils... que croyait-elle ? Julia était sa directrice de maison, il était normal que le père d'un de ses élèves vienne la voir pour parler de la scolarité de son fils. Rien de plus. La Professeur releva la tête et rendit la lettre à Sacha, les yeux presque embués par la déception, un poids en travers de la gorge. Quelle idiote elle faisait, une fois de plus ! Julia avait tant perdu de sa force passée lors de cette terrible épreuve qui l'avait frappé ces derniers mois. Seul un évènement heureux - cela fait bien longtemps qu'elle n'en a eu - pouvait la lui faire retrouver. Mais il ne fallait pas trop espérer... pourtant, la Professeur avait arrêté. L'alcool, tout les soirs. Elle ne savait ce qui lui avait fait arrêter : les beaux yeux du barman ou bien sa volonté propre.
Sacha la tutoya, comme si c'était la chose la plus naturelle au monde. Cela la toucha plus que tout - car "on tutoie ses amis, et les amis peuvent devenir...". Bref.

Oh oui, bien sûr... je le lui remettrais. Sans faute.

Après cela, elle prit le livre des mains de Sacha qui se frôlèrent - elle ne put retenir un frisson - et un silence s'installa. Ce n'était pas un malaise gênant, car le fait que Sacha reste même sa mission accomplie prouvait qu'il n'était pas venu seulement pour une histoire de bouquin. Tout du moins c'est ce que Julia espérait. Dans un même mouvement, les deux personnages s'exclamèrent.

Génial. Au fait...

Et de ton côté, comment vas-tu ?


Julia sourit, amusée, et s'excusa. Ses yeux replongèrent dans la noirceur de ceux de Sacha, auxquels elle avait tant pensé ces derniers mois. Ils lui avaient manqué. Et elle était toujours aussi fascinée par leur beauté..
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Invité le 14.08.09 18:34

Voilà, elle l’avait pris ce bouquin, son prétexte un peu nul pour venir la voir. Sacha avait senti ou cru sentir un léger frisson quand leurs mains s’étaient frôlées et il regretta de ne pas avoir saisi la sienne pour ne pas la lâcher. C’était d’ailleurs étrange : il croisait Julia depuis quelques années déjà et se rappelait bien qu’il ne savait jamais vraiment ce qu’elle pensait. C’était une femme qui n’étalait pas ses émotions devant tout le monde, qui savait garder son sang froid. Était-ce les dernières épreuves qu’elle avait subies ou le changement de sentiments de Sacha qui lui donnait l’impression de savoir ce qu’elle pensait, même si elle ne disait rien ? Il avait compris sa déception à la lecture de la lettre. Oui mais bon, il n’avait tout de même pas osé la déranger si tard comme ça.

Génial. Au fait...

Et de ton côté, comment vas-tu ?

Ils avaient parlé en même temps et cela lui avait arraché un sourire. Elle était encore plus belle quand elle souriait mais il lui fallait rester un minimum concentré, ne pas laisser son esprit vagabonder dans des rêves un peu fous. Bref, il fallait répondre à sa question même si, à la réflexion, il avait plutôt envie de savoir comment elle allait et … d’autres choses aussi.

    Bien, très bien merci. Je ne t’ai pas vu au pub dernièrement. Enfin je me doute qu’avec la rentrée… Pourtant j’ai aperçu le nouveau dir… Il eut soudain l’impression que son regard s’assombrissait. Enfin Harris passait dans la rue. Il aurait pu rester bosser ici et te laisser du temps libre. Ta visite m’aurait bien plus fait plaisir que la sienne, si tu vois ce que je veux dire.

Sacha laissa échapper un rire pendant que la petite voix de son cerveau lui murmurait qu’un imbécile heureux ne s’y serait pas mieux pris. Il n’avait pas le temps de vraiment réfléchir et préféra enchaîner, le plus naturellement du monde, sur un autre sujet.

    Annih m’a dit que tu étais partie en Italie pour les vacances. Annih Troy. Me demande pas comment elle sait ça… Je suis jamais allé en Italie, comment c’était ? En tout cas, ça t’a fait prendre des couleurs, c’est… bien.

Il s’était rapproché du bureau et regrettait vraiment que ce meuble se trouve entre eux. Il sursauta quand un chat sauta sur un paquet de copies qui s’y trouvait et s’y assit, sans la moindre gêne, le fixant des yeux. Il eut la désagréable impression qu’il savait très bien où il voulait en venir. Reportant son regard sur Julia, il espéra qu’une nouvelle sorte de magie qui permettrait d’échanger des pensées avec son animal favori n’avait pas été découverte, en Italie par exemple.


    Tu n’allais pas te coucher ? Je veux dire, vu l’heure, si tu préfères que je parte, je comprendrais.

    ¤ Ca ne me ferait pas plaisir mais je te laisserai. ¤

Oui, il était prêt à rester toute la nuit s’il le fallait. Son métier lui faisait fermer très tard quelques fois mais il savait bien qu’elle devait se lever tôt si elle avait un cours à donner ou toute une multitude de choses à régler. C’était un truc qui impressionnait Sacha. Barman, c’était beaucoup plus simple. Trop simple pour ses parents qui l’auraient vu Ministre de la Magie, rien que ça. Il aurait dû mettre son intelligence au service des sorciers, comme ils le lui répétaient pendant ses études. Sauf que cette intelligence ne lui permettait pas de savoir à 100% si la femme qui se tenait en face de lui ressentait les même choses. On ne pouvait guère être sûr avant de se lancer et il le savait mais un échec avec elle, il n’était pas certain de le supporter.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Julia Inferno le 16.08.09 16:23

Le sourire de Sacha semblait être la plus belle chose au monde ; Julia était submergée. Tellement qu'elle commençait à en perdre la raison, mais le temps que les paroles du barman arrivent à son cerveau, elle avait heureusement repris un peu contenance. Cet homme était un mystère ; mais pas un de ceux avec qui on ne veut pas se mêler ; au contraire, un de ceux qu'on voudrait toujours avoir auprès de soi et chaque jour percer un peu plus. Il avait tant à dévoiler de lui, et elle avait tant à dévoiler d'elle. Tous deux étaient avides l'un de l'autre, l'air paraissait électrique et une atmosphère pesante régnait en maître dans le bureau. La Professeur aurait voulu que cet instant de complicité dure toujours.

Oui, en effet, je n'ai pas eu beaucoup de temps libre ces derniers mois. Mais j'essaye de donner le maximum pour rattraper les erreurs et l'absence de travail de notre bien-aimé nouveau Directeur. Je vois très bien ce que tu veux dire, je dois avouer que j'ai... un peu de mal à le supporter, j'ai beau être indulgente, quand il s'agit de l'école et des élèves, je suis beaucoup moins tolérante. Veux-tu que je te serve quelque chose à boire ?

Julia avait déversé ce flot de paroles d'un seul bloc et sans attendre la réponse du barman, elle sortit deux verres et les remplit d'un cocktail non-alcoolisé. Elle prit les deux verres et lui en tendit un ; faisant en sorte que leurs mains ne se frôlent pas une deuxième fois - non pas qu'elle n'en avait pas envie, mais elle redoutait sa propre réaction à ce simple contact.

J'imagine que tu dois les préparer bien mieux que moi... je ne suis pas une très grande cocktaillère... enfin, si cela existe, je ne suis pas vraiment sûre. Et ne parlons même pas de cuisine.

Elle eut un petit rire, but une gorgée de son breuvage qui en effet n'était pas exquis, et releva les yeux pour les plonger dans ceux de Sacha. Un lien les unissait comme le premier soir de leur rencontre, cela ne faisait aucun doute ; quel était-il ? C'est à ce moment-là que toute la confusion que Julia avait accumulée ces derniers mois s'estompa ; tout lui parut soudainement très clair. Cette deuxième rencontre avec le barman était décisive et ne laissait aucun doute des sentiments que la jeune femme portaient à l'égard du jeune homme. Et inversement.

Non, ne pars pas... s'il-te-plaît. L'Italie est magnifique, le soleil brille tellement plus là-bas qu'ici, à Poudlard ! C'était bien mais je dois dire que je n'arrivais pas à me sentir vraiment à l'aise loin d'ici et... j'ai beaucoup pensé à toi.

Julia sentit un lourd poids en travers de sa gorge lorsqu'elle prononça ces mots qu'elle n'avait absolument pas médités. Ils étaient sortis comme ça, comme une révélation divine, sans même qu'elle ne s'en rende compte. L'air déjà lourd semblait plus pesant encore, et leurs yeux qui ne s'étaient pas quittés continuaient d'entretenir ce lien si spécial. Le jeune femme tenta de s'expliquer sur ces paroles qui pouvaient être prises d'une mauvaise façon, alors que c'est exactement ce qu'elle avait voulu dire : il lui avait terriblement manqué et elle ne supportait pas de le savoir trop loin d'elle. Mais elle ne sut que s'enfoncer un peu plus !

Enfin, je veux dire ! Depuis cette soirée en Juillet, tu sais... je n'ai pas vraiment oublié, OK, je ne sais même pas si tu te rappelles de cet instant aux Trois-Balais, et tu dois être en train de me prendre pour une folle ! Mais je t'en prie ne fuie pas, parce que je dois le dire, ça me dévore trop : je n'ai... pensé qu'à toi ces trois derniers mois.

Voilà. C'était dit. Julia eut une bouffée de chaleur tant son angoisse était grande et pourtant, le poids dans sa gorge disparut subitement et son cœur s'allégea en un instant ; alors qu'elle aurait du être à l'apogée de sa peur, cette confession l'avait libéré. Le regard beaucoup plus sûr et confiant, elle redoutait que le lien ne se rompit, mais quelle que serait la réponse de Sacha, elle était prête à l'affronter. Il ne fallait pas qu'elle doute. Bien qu'un rejet de la part du barman lui serait fatal... en une soirée, tout avait basculé. Sacha avait fait irruption dans sa vie et n'avait plus quitté ses pensées. Jusqu'à ce fameux soir d'octobre où tout allait se jouer.
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Invité le 16.08.09 19:38

Les bruits qui couraient étaient donc fondés, le nouveau directeur n’avait pas l’air de bien gérer Poudlard. Quand Sacha avait appris dans la Gazette que ce poste était confié à un américain, il n’en avait pas cru ses yeux. Le Royaume-Uni n’avait-il donc plus de sorciers dignes de ce nom qui pouvaient diriger cette école ? Bien sûr, passer après Dumbledore pouvait paraître plus que difficile mais tout de même. En écoutant Julia, il se dit que ce Harris ne tiendrait pas longtemps. Elle n’était pas du genre à se laisser faire, ni à se taire. C’était à elle que revenait ce poste, d’après lui mais il savait que certaines mauvaises langues parleraient alors de succession monarchique.

Sans avoir eu le temps de répondre à Julia, Sacha se retrouva avec un verre dans les mains, qui, à première vue, était rempli d’un mélange non alcoolisé. Il s’en réjouit, sachant très bien par où était passé la jeune femme et sourit encore plus quand elle s’excusa de ne pas très bien savoir préparer les cocktails. Lui était, en effet, plus aguerri pour ce genre de chose. Et appremment, pour la cuisine aussi. Il avait bien dû s’y mettre quand sa sœur était partie de la maison et que son fils, lui, continuait à vouloir manger correctement. Mais il n’était pas là pour débattre de ses talents culinaires avec cette femme.
Il but tranquillement, sans quitter Julia des yeux. Heureusement pour lui elle ne lui demanda pas de partir, comme il l’avait espéré si fort et les minutes ou secondes qui suivirent furent des plus étranges.

Sacha avait toujours son verre à la main, il regardait toujours Julia qui lui parlait rapidement de l’Italie mais il n’entendait que des petits bouts de phrase qui s’étaient mis à tournoyer dans sa tête, qui se répétaient :


J'ai beaucoup pensé à toi … je n'ai pas vraiment oublié … je n'ai pensé qu'à toi ces trois derniers mois.

Il les entendait comme si elle ne faisait que lui répéter alors qu’en réalité, elle s’était arrêtée de parler et le regardait, semblant hésiter sur la conduite à tenir. Son regard pourtant semblait plus confiant, comme si ces phrases l’avaient libérée. Il sut sans vraiment sans rendre compte ce qu’il allait faire et que rien ne pourrait l’en empêcher. Sans lâcher Julia des yeux, il posa son verre à moitié vide sur son bureau et contourna ce meuble qui le gênait depuis le début de cette conversation.
Il enlaca Julia par la taille de son bras gauche et lui prit son verre des mains pour le poser à son tour de son autre main tout en lui disant :


    Tant mieux pour moi. J’étais prêt à prendre une claque de toute façon. Ca ne m’aurait pas empêché de…

Était-ce vraiment la peine de continuer à parler ? Les mots ne pouvaient pas assez exprimer ce qu’il ressentait, il était donc temps de passer à l’action. Serrant un peu plus Julia dans ses bras, il l’embrassa dans un long baiser, beaucoup plus long que celui qu’il avait reçu, trois mois plus tôt.
Il eut l’impression que leurs deux corps enlacés s’élevaient dans les airs, dans un tourbillon de plaisir. Il ne voulait pas que ce moment s’arrête, il était prêt à voler toute sa vie.
Sacha ne relâcha les lèvres de Julia qu’à regret mais ne put se résoudre à la laisser quitter ses bras. Cette expression qu’il trouvait idiote, "avoir des étoiles dans les yeux", il avait l’impression que c’était ce qui lui arrivait. Il était heureux, le plus heureux des hommes à coup sûr.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Julia Inferno le 16.08.09 21:06

Ses yeux étaient toujours aussi confiants, malgré l'attente d'une réponse. Ils ne vacilleraient pas, et pourtant, Sacha paraissait non pas hésitant mais comme ailleurs : Julia ignorait ce à quoi il devait penser, ou sur quoi il fixait son attention. L'angoisse montait malgré la libération qu'elle avait survolé quelques instants plus tôt ; mais elle resta droite. Et quand le jeune homme se décida à parler, ou plutôt à agir, elle ne fut pas déçue. Elle y croyait à peine tellement cela paraissait fou. Ces derniers mois, elle avait perdu beaucoup d'amis ; on ne lui avait plus accordé ni confiance, ni amour, ni tendresse. La Professeur pensait qu'elle n'était tout simplement pas une personne que l'on pouvait aimer ; peut-être qu'elle n'était pas faite pour ça puisque tout au long de sa vie, les trois personnes qui l'avaient aimé à en crever, en crevèrent justement... cependant, il restait Val, qui malgré le traumatisme, était et serait toujours à ses côtés. Et à présent, et surtout à cet instant précis, Julia se sentit vaciller de bonheur quand Sacha lui apporta tout l'amour et tout le bonheur qui lui avaient manqué cette année.

Un bras autour de sa taille, Julia comprit à peine les paroles prononcées par le barman que déjà, elle reçut le baiser le plus magnifique qui lui ait été donné de connaître. C'était comme des milliers d'étincelles ardentes sur ses lèvres brûlantes ; chaque parcelle de son corps le ressentait en frissonnant. Et c'est grâce à ce baiser que la jeune femme fut convaincue que cette histoire naissante valait la peine d'être vécue, malgré tout le mal autour d'eux, malgré la mort, la maladie et les gens qui se déchirent. Les mots étaient inutiles, à quoi bon ? Leurs bouches suffisaient à elles-même pour dire tout ce qu'ils n'auraient su exprimer par la parole, et leurs yeux, déclenchés par la passion, brillaient de mille feux. C'était comme un baiser de cinéma, bien trop cliché pour certains, ou tellement banal pour d'autres ! Et pourtant si particulier pour les deux personnages. Julia serra l'homme, son homme, dans ses bras pour ne jamais le relâcher ; elle passa sa main dans ses cheveux, sans gêne, car ce geste paraissait si naturel quand ils étaient tout les deux, eux. Sacha et Julia. Julia et Sacha. L'étreinte semblait sans fin, et la jeune femme posa ses lèvres une nouvelle fois sur celles bouillantes du barman. Chaque étreinte, chaque baiser était unique.

Et c'est à ce moment-là qu'on entendit trois petits coups à la porte. Croyant à un effet de son imagination - vilain cerveau ! - Julia ne fit pas attention. Jusqu'à ce qu'une nouvelle fois, trois coups plus bruyants se firent connaître et sans attendre, la porte s'ouvrit à la volée, la Directrice adjointe toujours dans les bras de l'homme qu'elle aimait - elle en était certaine à présent. Dans un même mouvement, mais bien à regret, le couple s'éloigna l'un de l'autre pour faire face à l'agitateur de cette mascarade. Et à sa plus grande surprise, et un goût soudain amer dans la bouche, Julia découvrit une petite tête blonde avec de grands yeux bleus pleins d'innocence, mais qui à ce moment-là exprimaient une rage folle.

Marvin ! Hum... ça ne va pas de nous faire une telle frayeur ? Et de quel droit entres-tu dans mon bureau sans mon autorisation, et à cette heure ? Ca suffit ! Maintenant, tu retournes dans ton dortoir immédiatement !

Julia avait prit sa voix la plus ferme et la plus sévère, mais - peut-être était-ce à cause de la situation légèrement.. coquasse - cela ne suffit pas. Le Poufsouffle amoureux de première année serra les dents, grogna d'une façon quelque peu étrange, les yeux brûlant de colère. On en aurait presque eu peur ! Et sans avertissement et sans un mot, l'élève se jeta.. non pas sur Julia, mais sur Sacha, le frappant à toute allure de ses petits poings d'enfant. Obstiné à se faire entendre, il criait sans stopper sa lutte dérisoire.

Vous ! Touchez pas à Julia ! Allez-vous en ! Vous avez pas le droit, c'est ma maîtresse !

Julia hésita entre éclater de rire ou soupirer d'exaspération. Cet adolescent prépubère allait-il un jour se rendre compte de son comportement ? A 11 ans, on n'a pas toute sa tête. Mais tout de même ! Le gamin allait subir longtemps les conséquences de son intervention stupide à un moment aussi beau dans la vie de sa "maîtresse". Sacha sourit d'amusement, bien que la tristesse se lut également sur son visage, avant de bloquer d'un geste rapide et sûr les poignets du jeune garçon.
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Invité le 17.08.09 12:19

Il n’arrivait pas à se détacher d’elle. C’était comme si, à la fin de chaque baiser donné, il fallait recommencer, de peur qu’il arrive quelque chose de mauvais. Ca ne le dérangeait pas, bien au contraire. Cette étreinte qui se prolongeait le ravissait au plus haut point et il n’entendit pas la première fois que des petits coups furent tapés à la porte. Il ne pouvait s’imaginer qu’il existait à ce moment précis quelqu’un qui les dérangerait. Mais il fut bien obligé de le comprendre quand il entendit taper plus fort contre la porte et qu’un coup d’œil par-dessus l’épaule de la femme qu’il tenait lui montra une petite tête blonde s’arrêtant net en voyant les deux adultes enlacés. Bien à regret, il se détacha de Julia en même temps qu’elle et eut soudain envie d’éclater de rire et de la taquiner en entendant la tentative de la directrice adjointe pour paraitre le plus naturel possible.

Son rire resta pourtant dans sa gorge et le geste qu’il avait commencé à faire pour récupérer Julia s’arrêta quand il vit ce gamin se précipiter sur lui et commencer à le bourrer de coups de poings en lui criant qu’il n’avait pas le droit de toucher à sa maîtresse. Il ne réagit pas tout de suite, sous le coup de l’étonnement. Ce gamin était-il amoureux de Julia ? Ça, ça ne l’étonnait guère, elle avait tout ce qu’il fallait pour qu’on tombe amoureux d’elle mais croyait-il vraiment qu’elle allait l’épouser, à 11 ans ?! Ou même qu’elle pouvait ressentir les mêmes choses pour lui ? Il n’arriva pas à se souvenir si au même âge, il avait eu des pensées identiques.

Les malheureux coups que lui donnait cet enfant sans s’arrêter lui arracha un sourire car il pouvait comprendre sa détresse mais il l’arrêta tout de même en lui saisissant les poignets. Tout s’était passé très vite et le sourire de Sacha s’effaça aussitôt. Ce gamin avait interrompu un moment magique, pour des croyances ridicules. Il lui en voulu de les avoir dérangés, d’avoir tout arrêté. La petite voix au fond de son cerveau lui suggéra de le balancer par la fenêtre du bureau mais il laissa tomber cette idée aussi vite qu’elle lui était venue. Il lui ferait comprendre d’une autre manière qu’il devait laisser Julia tranquille.

Les poings ne l’atteignait plus mais le petit garçon continuait à s’agiter et a crier. Ridicule, ne voyait-il pas que Sacha était bien plus fort que lui ? Ah l’amour… D’un geste rapide, Sacha lui lâcha un des poignets, sortit sa baguette et sans rien dire, lui lança un sortilège de mutisme avant de reprendre son poignet. Puis, se tournant vers Julia il lui dit :


    Je vais ramener ce petit diable devant la porte de sa salle commune.

Et il souleva le gamin en se dirigeant vers la porte du bureau. Il ne voulait pas quitter Julia comme ça mais l’heure avait tourné et il savait bien qu’ils ne pourraient pas passer toute la nuit ensemble. Julia avait beaucoup de travail, elle le lui avait dit au début et il ne voulait pas l’empêcher de le faire. Si en fait, il le voulait mais il devait essayer d’être un minimum raisonnable. Et puis il y avait le risque que ce démon déguisé en élève ne revienne alors que Sacha et Julia seraient dans une position encore moins recommandable. Juste avant de franchir la porte, il se retourna avec un sourire.

    Demain, tu auras de la visite.

Sacha n’en avait pas dit plus pour éviter un sabotage de l’autre amoureux transi. Il espérait de toute façon lui donner une bonne leçon sur le chemin qui les conduiraient aux cuisines, là où se trouvait l’entrée de la salle commune des Poufsouffle.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Julia Inferno le 18.08.09 10:53

Julia choisit de soupirer d'exaspération. Elle n'en revenait pas qu'un moment aussi magique puisse être interrompu par un petit morveux qui ne connaissait rien à la vie. Houla, ne vous emballez pas ! Normalement, la Professeur ne critique en aucun cas ses élèves, et s'amuse souvent de leur innocence ; pour certains, car d'autres ont déjà eu de mauvaises expériences et ne sont pas complètement aveugles de ce qui se passe autour d'eux. Mais il avait fallu que ce gamin vienne l'embêter ce soir-là, et cela, elle ne lui pardonnerait pas avant longtemps ! Très mauvaise décision, Marvin !

Sacha lui envoya le sort de mutisme - les oreilles de Julia en avaient grandement besoin ; il allait finir par réveiller tout le château et ameuter Rusard (qui surprendrait Sacha à Poudlard alors qu'il n'était pas vraiment autorisé y pénétrer, surtout à cette heure... et disons que la Directrice adjointe ne tenait pas forcément à ce que l'information se répercute aux oreilles de Harris. Non pas qu'elle ait peur de lui, mais elle avait suffisamment de problèmes sur le dos pour perdre son temps à péter une durite contre cet emmerdeur). Le barman se proposa de ramener le Poufsouffle à sa salle commune, au plus grand soulagement de la jeune femme - elle n'attendait qu'une seule chose : que ce gamin soit le plus loin d'elle, et Sacha le plus près ! Mais lorsque ce dernier lui informa que le lendemain, elle aurait de la visite, elle dut bien admettre qu'il ne reviendrait pas. Julia dut donner l'impression d'être contrariée car Sacha lui renvoya un regard désolé. Elle marmonna, une moue déçue et, paradoxalement, amusée.

Mmm... très bien...


A vrai dire, la professeur était plus que ravie que ça ne s'arrête pas là et que dès le lendemain - déjà - elle puisse retourner dans les bras de son homme. Elle se demandait s'il l'emmènerait quelque part, et si c'était le cas, où ? Julia cachait mal une certaine impatiente. Tout comme le large sourire qu'elle portait encore aux lèvres, même quand Sacha semblait parti depuis dix minutes...
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Une nouvelle année, pas seulement scolaire

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum