Charly Edred / Gryffondor / 5ème année

Aller en bas

Charly Edred / Gryffondor / 5ème année

Message  Charly Edred le 14.04.09 23:22

C'est un drogué [...]
[...] il prend de la musique.


I. Identité

    Nom : Edred
    Prénom(s) : Charly
    Surnom(s) : On l'appelle « Ted », une contraction de « [t]Charly » et « Edred ».
    Sexe : Masculin

    Date de naissance : 13 Septembre 1992
    Lieu de naissance : York (Comté de Yorkshire – Nord de l'Angleterre)
    Lieu de résidence : Un vieil appartement d'une rue en parallèle des Shambles (York)
    Origine : Anglais de nationalité
    Ascendance : Sang-mêlé
    Richesse : Foyer confortable aux revenus suffisants


II. Informations diverses

Maison :
Peu renseigné quant à l'organisation du collège, Charly n'avait aucune préférence ; il n'est, d'ailleurs, pas du genre à porter attention aux répartitions artificielles que sont les maisons dans un pensionnat. Il est l'élève de Poudlard avant d'être celui de son dortoir. Finalement envoyé à Gryffondor, cette répartition n'a, comme attendu, pas eu d'incidence particulière.
Poste : A son entrée, il ne connait pas le Quidditch ; le système des préfets lui est tout aussi étranger. Avec les années, il se plait à devenir simple spectateur, des matchs comme de la vie scolaire.
Année : En cours de Cinquième.

Matière favorites : Entré comme novice, encore à 95% moldu, il avait hâte de découvrir les possibilités que lui offre la magie avec des cours comme les Sortilèges, les Potions ou les Créatures magiques. C'est le Cours de Métamorphose devient son préféré, son habileté à transformer les choses lui donnant raison de s'y intéresser.
Matière détestées : Il appréhendait les leçons plus théoriques que semblaient être l'Histoire de la Magie ou l'Etude des moldus. Finalement le Professeur Leidjill aura su l'intéresser à l'Histoire le temps de quelques années ; elle n'est malheureusement plus dans l'enceinte du Collège.
Baguette : Charly n'a pas parfaitement mémorisé la description qui lui a été donnée par le vendeur mais il sait que sa baguette a été taillée dans un Sorbier, qu'elle fait la taille de son avant-bras et qu'elle contient l'écaille d'un animal affreux.
Patronus : Il aura espéré qu'il s'agisse d'un poulpe. Après de vaines tentatives, il ne sait toujours pas ce qu'il en est.
Épouvantard : Heureusement, le jeune homme n'en a jamais rencontré ; qui sait ce qu'il aurait vu ?
Animal : Il aime les poissons, pourrait facilement adopter un crapaud mais n'en a pas amené à Poudlard.

Signe particulier : Il collectionne les théières mais déteste la boisson qu'elles sont supposées contenir (ce qui mérite d'être noté, pour un anglais).
Manie, habitude, tic : Il a pour comportement compulsif de taper un rythme, avec ses doigts, ses pieds, ses dents ; il a besoin d'emmener des vibrations de l'air pénétrer ses tympans ; écouter le vide danser.
Camp : Celui des optimistes souriants, et seulement celui-ci.
Autres : Charly passe constamment ses jours, et les nuits qui suivent, à essayer de nouvelles choses - peut-être celles qu'il n'est pas censé faire – en ressort toujours satisfait, la plupart du temps avec l'envie de recommencer. Grâce à la curiosité, pour bien des domaines, il sait déjà, aujourd'hui, ce qu'il peut préférer.



III. Physique

Description physique :
Charly est une perle à l'état brut ; aussi recouvert d'impuretés que potentiellement enchanteur. A trainer où il peut, oublier de se doucher, son corps est marqué par le quotidien, de ses mains assombries à son visage, sali de terre, encadré par des cheveux bruns plus ou moins foncés qui tombent, avec légèreté et lourdeur, sur des oreilles rondes et intactes. L'attirance qu'il peut susciter apparaît alors comme paradoxe ; cette attitude de fils des rues fait son charme ; épargné par la superficialité, corps de bel et manuel homme en devenir, c'est un garçon qui saura attirer les regards envieux, désireux comme confiants. Seule blancheur au tableau, des dents propres au profit d'un large sourire, sincère, gratuit et omniprésent, entouré de fines lèvres roses, assorti d'yeux ambres souvent masqués par des paupières que Charly aime fermer pour jouer à l'aveugle, ne voir qu'au travers de perceptions.

Une personne réellement simple ; comme on en croise rarement dans la vie.

Style vestimentaire : Léger et bohémien. Le jeune homme n'est pas frileux ; à l'inverse, après plusieurs épaisseurs de vêtements, il est vite mal à son aise. Pour ça, Charly ne porte que des tissus fins dans lesquels il se sent confortable, par leur ampleur comme leurs nombreuses échancrures. Evidemment, le garçon ne porte pas de soin particulier à ses tenues, elles sont toutes aussi sales que lui et rarement harmonisées ; mais qu'importe, il est lui-même.

Il n'avait jamais eu à respecter d'uniforme, pensait mieux s'en porter. A l'école, le garçon ne sera jamais du genre à fermer sa chemise et la cape au-dessus, avec toute la pudeur et la symétrie qu'il devrait ; il passera ses journées à vagabonder dans l'enceinte du domaine, la cravate défaite, la chemise tâchée à demi-ouverte, la cape laissée au placard. Un étudiant négligé dans toute sa splendeur, des lacets défaits au col débraillé.

Signe particulier : Charly aime les ficelles, les lignes, les chaînes libres ; il porte quelques bracelets à son poignet droit, des cordelettes, rubans qu'il a trouvait ici et là ; de couleurs et de tailles variées, ils sont nombreux à encercler son avant-bras.



IV. Caractère

Description psychologique :
Il a, à l'intérieur de lui, le sourire qu'il expose en permanence. Eternel optimiste, il voit le bon côté de chaque chose ; son environnement est une mine de réjouissance, de sources d'apprentissage et de découvertes. On le voit incapable de faire du mal mais, surtout, insusceptible de colères ou de vexation ; il ne prend pas les attaques comme elles lui viennent, il les tord, les modèle comme il veut les entendre pour que, de ce mécanisme, elles en ressortent utiles.

Plutôt altruiste, il aime particulièrement la compagnie des enfants avec qui il prend plaisir à jouer, à grimacer, à rire. A l'inverse, l'écoute des plus grands n'est pas son fort ; se distrayant souvent de ses propres mouvements, il n'accorde pas l'attention qu'il devrait à tout ce qu'on peut lui adresser. Pas particulièrement bavard, il se plait pourtant à observer, n'importe qui, du plus muet des mendiants à la moins sympathique des voisines ; à ces occasions, il satisfait sa curiosité.

Etranger aux chagrins des capricieux de son âge, attaché à peu de choses comme peu de personnes, son caractère et sa vie ne lui ont que rarement donné l'occasion d'être triste. Il n'a, au fond, que peu fait l'expérience des sentiments ; qui sait qu'elles sont les limites à son optimisme ?

Phobie : Penser aux maux qu'il pourrait avoir n'est pas une de ses habitudes, il ne sait pas ce qui l'effraierait et ne préfère pas y penser. On a du mal à lui imaginer une phobie ; peut-être simplement celle de la Mort (dont il n'a pas encore conscience), une fin qui ferait tout s'arrêter, les jeux, le plaisir, le son ?
Passe-temps favoris : Charly flâne dans sa ville, Charly marche le long des rues, toute la journée pour bouger, écouter, amuser, essayer, toucher, fouiller, lancer une balle contre les murs, se laisser emporter sur une rampe, glisser ses doigts le long d'une grille ; sentir.
Goûts : Il aime les décennies passées, les vieilleries oubliées : une console de jeu d'anthologie, un tourne-disque au fonctionnement hasardeux, des autocollants de sportifs au placard sont déjà passés entre ses mains, pour son plus grand plaisir ; car nombreuses bonnes choses du passé le sont toujours après les années.
Comportement envers les autres : Il aime aller vers les plus jeunes, laisse les autres venir vers lui ; dans tous les cas, des personnes qu'il ne reverra probablement pas, n'appréciant guère la sédentarité de relations pérennes. Charly aime changer, rencontrer sans aller plus loin, sans recommencer. Il y a 7 milliards de personnes qu'il aimerait approcher ; aucune dont il chercherait à devenir l'ami.

Anecdotes : Sur ce plateau, près du ciel, le silence régnait jusqu'à ce que Charly le chasse, arrivant sur le toit, sifflant l'air qui passait dans ses écouteurs, une musique qui lui donnait de l'entrain, lui faisait pousser des 'lalala' les yeux fermés. Le jeune homme s'approchait du vide, dans cette euphorie, jamais ne montait sur le bord. Il se contentait du vent sur son visage, du panorama sous ses yeux, de la vieille ville de York s'étalant devant de lui. Il se sentait apaisé, satisfait, heureux et comblé ; jusqu'à ce que la cassette démarre un nouveau morceau, un air de Jazz aux airs d'amertume. Le bleu tournait à l'orage. Son expression se bouleversait, chaque note l'accablant un peu plus ; le regard vide, les yeux baissés, il se laissait finalement envahir par le désespoir chanté, une musique qui lui dictait une conduite, celle de se laisser tomber, sans regrets ; Charly faisait finalement un pas, sur le rebord du toit, en danger, le vent plus fort que jamais, risquant de le pousser, à chaque instant. Toute seconde passée ici, il risquait sa vie ; mais le Jazzman avait mal, lui aussi. Le pouvoir de la musique le convainquait de sauter ; seule la cassette pouvait rétablir le méfait. La bande tournait, les secondes passaient pendant que ses probabilités de tomber augmentaient ; derrière, la voix du noir américain ne semblait tendre à l'extinction. L'appareil, lui, claqua sans préavis. Sous la menace exécutée de trois coups de poing fermé, le radio-cassette crachait les notes comme dans sa jeunesse ; un afro-américaine enthousiaste avait repris les choeurs, entrainant avec elle un Charly tout sourire.
Ambitions pour l'avenir : Nomade, heureux, simple et touche-à-tout qu'il est, Charly ne s'est jamais posé la question de son devenir, sa carrière, les centres d'intérêts qu'il aimerait exercer au titre de profession. Qui sait ce qu'il sera dans quelques années ; s'il restera le passionné qu'il est alors même qu'il découvre une voie : celle de marier sons et sorcellerie.
avatar
Charly Edred
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 377

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de Sorbier, longue, écaille d'un animal mauvais.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charly Edred / Gryffondor / 5ème année

Message  Charly Edred le 14.04.09 23:22

V. Histoire

Enfance :
Au York Minster, il sonne midi lorsqu'en Septembre 1992, on présente son Fils à un Homme. Père, il en est fier, vieille sur lui, se sacrifie ; il n'en est pas de même pour elle. A la minuterie du four, il sonne la fin de cuisson du repas lorsqu'en Juin 1993, la Mère les abandonne, après des mois à jongler entre carrière et obligations maternelles, sur fond de crises de couple ; elle brise le foyer sans remords, y préférant le confort matériel d'une mutation professionnelle. Au berceau, il est secoué un hochet lorsqu'au soir, souriante, une tête brune frappe son Père qui ne doit pas pleurer. A l'Université de York, il sonne la rentrée lorsqu'après de longues années, un rayon de Soleil vient éclaircir l'orage amoureux. A l'Heslington Hall, il sonne la fin des cours lorsqu'en Décembre de la même année, le Professeur embrasse l'Elève, qu'ils apprécient et prolongent. Aujourd'hui, il sonne la fin du Round, lorsqu'ils s'amusent tous les trois, devant un jeu retro ; pères attentionnés, enfant comblé.

Scolarité : Comme le plus simple des moldus, Charly aura suivi ses premières et élémentaires leçons dans les petites écoles de York au milieu d'enfants de son âge parmi lesquels il préférait n'être qu'une ombre (un 'poteau' de cage de foot, à l'occasion), s'épanouissant qu'au travers de solitaires recherches et expériences. Il n'est pas un bouc émissaire, échappe souvent aux regards durs et moqueurs dont son capables les enfants ; il est intriguant pour beaucoup, intimide les plus sensés, créer l'envie chez les quelconques. Seul, il restera respecté.

Réception de la lettre/Première impression de Poudlard : Il n'aura jamais pu toucher cette lettre ; ils lui répétaient que ces mains étaient trop sales, « qu'elles ne pouvaient tenir un courrier aussi important ». Récitée par des pères s'étant distribué les lignes, Charly avait clairement pu en connaître le contenu sans avoir à souiller le manuscrit. Souriant comme par habitude, son esprit avait été captivé par les mots qui s'y incorporaient ; pas expressif pour autant, sa curiosité le démangeait lorsqu'il s'agissait d'entendre des termes comme « balai », « potion » ou « baguette ». Il n'avait pas eu besoin de plus d'explications, la surprise n'était pas aussi inattendue qu'espérée ; nombreuses sont les choses dont on ne connait pas l'existence, il en avait conscience, il n'en découvrait, aujourd'hui, finalement qu'une parmi tant d'autres.



VI. Famille

Père :
Charles est un homme mûr et mature d'aujourd'hui moins de 40 ans. Né à York, il est bon élève, se passionne pour la littérature, les auteurs anglais, l'écriture et la réflexion pour finalement poursuivre des études de Philosophie au Collège dans lequel il enseignera finalement. Blond et soigné, c'est une personne calme, posée et travailleuse. Parfois trop sérieux, il a le bon sens de toujours prendre ses responsabilités à coeur, aller au bout de ce qu'il a commencé et tout faire pour que la fin soit la meilleure possible. Il rencontre la mère de son enfant, s'engage dans une relation qu'il aime partager et voit sans cesse évoluer, jusqu'à la naissance du garçon ; dans le bonheur. Puis des considérations opposées finissent par les séparées ; elle profite d'une occasion pour couper les ponts, laisser son fils avec la seule personne qui veuille de lui. Mais si Charles prend son garçon en charge comme un engagement à respecter, ce n'en est pas moins un plaisir, une source d'épanouissement personnel et de franc bonheur. Il aime passer du temps avec Charly, lui apprendre tout ce qu'il peut, voir le monde à travers lui et le lui faire voir différemment ; il aime l'élever, le grandir. Avec le temps, il a alors tendance à le protéger, faire attention à lui, parfois de manière excessive, même si se résignant toujours intelligemment à lui accorder sa part de liberté. Sa plus grosse frayeur reste qu'il devienne comme lui, « anormal » au sens de la majorité. C'est d'ailleurs ce qui le freinera pendant des mois au départ de sa première relation du genre ; l'idée qu'un fils ne peut pas être élevé de la sorte ; a priori que Guillaume chassera finalement. (C'est un moldu ayant découvert les capacités extraordinaires des sorciers à travers celles de sa femme.)

Beau-père : Grand et fin, c'est un jeune homme qui n'en est pas moins assurément masculin ; en apparence plutôt négligé, de longs et frisés cheveux gras lui tombant sur le visage, des vêtements larges et froissés lui assurant un confort enviable, c'est un artiste dans l'âme qui aime lire, consacrer son temps à l'expression corporelle, le théâtre et le cinéma. C'est au bout de ses études secondaires que ressortira son potentiel philosophique, rencontrant un homme qui saura l'élever. Cette histoire amoureuse prenant fin brusquement, il rejoint quand même l'Université de York pour y suivre des études de Philosophie à travers lesquelles il vivra une nouvelle histoire, dans les bras de son professeur. Il découvre alors Charly, avec qui il prend grand plaisir à grandir ; plus frère que père, il admire l'enfant pour son originalité et son mode de vie singulier. Il apprécie cette vie à trois, ce partage qui tend à la perfection. (C'est un moldu de famille sorcière, le gène particulier n'ayant profité qu'au premier fils de sa Grande-mère, l'Oncle de Guillaume.)



VII. Lien préexistant

Nom, Prénom, Maison, Année :
Pana, Marc, Serpentard, Cinquième année.
Description de la relation : Alors que, retiré, Charly observait chaque élève, son regard ambre avait croisé celui d'un garçon ; le devinant de son âge, il lui offrit un sourire sans méfiance. C'était le premier jour, peu avant la répartition. Depuis, ils se retrouvent souvent ; par un hasard qui chercherait à les réunir. Charly parle peu mais écoute, apprécie la compagnie. Le Gryffondor aime sourire à Marc, partager des choses nouvelles quand il en a l'occasion, des sons, des sorts, … Une bonne entente. Mais s'il y pense en son absence ? Si Marc lui manque parfois ? Ce n'est pas le genre du jeune homme, s'attacher de la sorte pour s'investir dans une amitié ; mais, pour le considérer mieux qu'aucun autre élève, on peut dire qu'il l'aime.




Spoiler:
VIII. Hors-jeu

    Prénom, pseudo, sexe : Maxime.
    Comment avez-vous connu le forum ? Graphiste sur Poudlard Interactif 2004.
    À propos du forum : Un des Jardins dans lesquels je préfère aller.
    Présence sur le forum/Niveau de RP : Omni/Moyen
    Avez-vous lu le règlement ? J'en ai écrit les deux tiers.
avatar
Charly Edred
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 377

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de Sorbier, longue, écaille d'un animal mauvais.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charly Edred / Gryffondor / 5ème année

Message  Crystal Andreas le 14.04.09 23:32

Allons donc, première fiche pour les plus vieux, et première fiche toute bonne, courte, comparé à l'autre timbrée au dessus.

C'est okay, allonzy jeune Padawan !

5EME ANNEE CHEZ LES GRYFFONS !
avatar
Crystal Andreas
Elève de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 2092

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 23 cm, bois de saule pleureur trempé dans du sang de vampire, trois perles d’huitre magique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Charly Edred / Gryffondor / 5ème année

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum