Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Aller en bas

Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 08.12.08 16:24

*Rosine était assise contre une armure, toute seule, l'air un peu rêveuse. Elle n'avait pas vu son frère depuis quelques heures et se sentait un peu perdue. Elle ne connaissait pas grand monde dans le chateau, pour ainsi dire personne à part son frère. En plus elle venait de s'appercavoir qu'il n'y avait pas de cours de métamorphose pour les premières années. Elle soupira lourdement. Elle n'avait pas envie d'explorer le chateau toute seule, mais cependant mourrait d'envie d'aller voir un peu plus de chose. Il faudrait sans doute qu'elle aille faire un tour à la bibliothèque pour travailler sa métamorphose, mais pour l'instant elle voulait que quelqu'un la remarque. Si possible son frère, juste pour avoir des nouvelles ou d'autre personnes pour rencontrer des gens. Bien sur il y aurait plus de monde dans sa salle commune, mais elle préfèrait le fruit du hasard. Elle irait dans sa salle commune ensuite. Pour s'occuper en attendant que quelqu'un la remarque, elle se mit à chantonner à voix basse.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 09.12.08 21:12

Thomas, à son habitude flanait dans les escaliers, se plaisant a regarder d'autres élèves de première année se tromper d'escalier ou courrir pour aller en cours.
Sa classe n'avait pas cours aujourd hui. Une histoire de bombabouse dans les couloirs ou un je ne sais quoi dont Peeve était sans nul doute à l'origine. Il repensa à nouveau à la veille, dans la foule. Il avait croisé beaucoup de monde... Ou plutot beaucoup d'inconnus ! En effet mis à part une ou deux personnes dans tout ce grand château il ne connaissait pas grand monde.
N'ayant à cette constatation plus vraiment envie de rigoler il s'asseya sur les premières marches a peu près stable de l'escalier et s'enferma dans un silence pesant. Ce coin du château n'était pas très fréquenté et personne ne venait déranger son calme.
C'est alors qu'un chantonnement se fit entendre quelquepart un étage plus haut. Etonné d'entendre un chantonnement à l'heure ou normalement tout le monde est en cours, sa curiosité vainquit son mutisme et il commença à grimper les marches. Cette chanson lui disait quelquechose, même s'il ne savait pas exactement quoi. Au moment de passer le coin qui lui révèlerait la personne qui chantonnait, il songea à la mauvaise rencontre que serait de croiser un élève d'une autre maison, ou pire d'un professeur.
Il se décida donc à ne juste jeter qu'un rapide coup d'oeil quand il réalisa que c'était une élève de première année de Gryffondor tout comme lui. Soulagé, il s'avança timidement vers la jeune fille. Ne sachant comment l'aborder il lui demanda bêtement :
-Dis moi, ta chanson, qu'est ce que c'est?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 10.12.08 11:18

-Dis moi, ta chanson, qu'est ce que c'est?

*Rosine leva les yeux en entendant l'interrogation. Elle réfléchit quelque instant. Le chant étant venu naturellement elle ne savait pas ce qu'elle était en train de chanter. Elle se souvint soudain.*

C'est une chanson que ma mère m'a apprise. Dans un opéra Moldu Lakmé, "Pourquoi dans les grands bois".

*Elle détailla son vis a vis et se leva.*

Tu es a Gryffondor.

*Ce n'était ni une question ni une affirmation. Quelque chose entre les deux.*

Je viens de voir qu'il n'y avait pas de métamorphose pour les première année. C'est triste non? Tu es en quelle année?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 10.12.08 17:44

La jeune fille parut réfléchir à sa question. Restant debout dans l'expectative, Thomas attendit.
-C'est une chanson que ma mère m'a apprise. Dans un opéra Moldu Lakmé, "Pourquoi dans les grands bois".
Thomas réfléchit, retrassa sa mémoire. Rien. Cette chanson ne lui disait rien. eh puis un opéra Moldu Lakmé? Il n'était jamais allé dans un opéra moldu alors comment aurait il pu entendre cette chanson? Déçu il resta songeur, repensant à cette chanson, oubliant de ce fait que la jeune gryffondor dont il voulait faire la connaissance attendait surement sa réponse à moins d'un mètre de lui. Ce fut celle-ci qui le "réveilla".
-Tu es a Gryffondor.
Relevant à cette constatation la tête, il vit que la jeune fille l'observait. Honteux de s'être laissé prendre à révasser comme à son habitude il hocha la tête. La jeune fille ayant relevé les yeux il la détailla rapidement du regard. Ce faisant elle reprit la parole.
"Je viens de voir qu'il n'y avait pas de métamorphose pour les première année. C'est triste non? Tu es en quelle année?"
Thomas, soulagé qu'elle ne continue pas à parler au sujet de cette chanson songea qu'il n'avait jamais vraiment réalisé l'absence de cours de métamorphose.
"-Euh oui, en première année aussi. Pour ce qui est des cours de métamorphose... Je pense qu'on a déjà pas mal de cours, et.... De devoirs !"
Laissant sa réflection sur une teinte ironique il remarqua que la réplique de la jeune fille signifiait surement que les cours de métamorphose représentaient surement uen certaine importance pour elle. Ne voulant pas jeter un froid sur cette première conversation, coupant ainsi toutes chances de sympatiser il enchaina vivement :
"-Mais c'est vrai que c'est dommage, j'aurais bien aimé tester... Enfin... Il y en aura en deuxième année je suppose, c'est déjà ça non?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 10.12.08 20:54

*Rosine avait vu le visage songeur du garçon lorsqu'elle avait parlé de Lakmé. Bof, tant pis, personne n'écoutait plus l'opéra de nos jours. Sa mère se plaignait souvent que ses fans avait le double de son âge. Elle avait donc changé de sujet et était heureuse qu'il reste pour discuter avec elle.*

"-Euh oui, en première année aussi. Pour ce qui est des cours de métamorphose... Je pense qu'on a déjà pas mal de cours, et.... De devoirs !"

*Rosine le regarda en penchant la tête sur le côté. Elle n'avait pas pensé à la métamorphose comme à un cours, mais c'est vrai qu'il y avait déjà pas mal de devoir.*

"-Mais c'est vrai que c'est dommage, j'aurais bien aimé tester... Enfin... Il y en aura en deuxième année je suppose, c'est déjà ça non?"

*Elle sourit.*

En fait, je ne sais pas vraiment si il n'y en a pas. C'est juste que je n'ai pas trouvé le prof. Moi c'est ma spécialité. Je métamorphose des trucs depuis tout petite.

*Elle fit une pause et le détailla un peu plus*

Tu aimes quoi toi comme matière? Je ne connais pas beaucoup les gout des garçons... Estrec aime les potion, mais moi aussi. Tu préfères quoi?

*Elle fixa son regard dans le sien avec un sourire candide et curieux sur les lèvres*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 10.12.08 21:21

La jeune fille sourit a sa remarque bafouillée en vitesse. Thomas rougit, il devait avoir l'air bien ridicule ^^.
-En fait, je ne sais pas vraiment si il n'y en a pas. C'est juste que je n'ai pas trouvé le prof. Moi c'est ma spécialité. Je métamorphose des trucs depuis tout petite.
Thomas avait donc vu juste, la métamorphose c'était bien le domaine de la gryffondor. Thomas sourit joyeusement a l'idée de la gaffe qu'il avait failli faire. Thomas vit le regard songeur de la jeune fille, ne sachant que dire, il se demanda pourquoi la jeune gryffondor le scrutait ainsi.
-Tu aimes quoi toi comme matière? Je ne connais pas beaucoup les gout des garçons... Estrec aime les potion, mais moi aussi. Tu préfères quoi?
Thomas rougit à nouveau, il réfléchit rapidement aux matières qu'il aimait.
"Oui il y a bien le cours de potions que j'aime pas mal, mais je dois avouer que le cours de défence contre les forces du mal reste, pour moi, beaucoup plus attrayant parce qu'il est "beaucoup plus concret". Enfin bref... Je pense pas que ca aie de rapport entre le fait d'etre un garcon ou une fille ^^."
Il vit son sourrire et encore une fois rougit.
"Et... Euh... Sinon c'est qui Estrec? Ton... Copain?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 10.12.08 23:03

"Et... Euh... Sinon c'est qui Estrec? Ton... Copain?"

*Rosine éclata du rire cristallin*

Mon copain ? mais c’est quoi vraiment un copain. Quelqu’un qu’on aime beaucoup et à qui on fait confiance ? Dans ce cas, oui, Estrec peut-être mon copain, je l’aime très fort et je lui fait confiance pour tout – il m’a sauvé la vie quand on été plus jeune – mais en fait, c’est plutôt mon frère. On a les mêmes parents. On est de la même année, il est rentré à Poufsouffle. On a dix mois d’écart.

*Elle n’aurait pas du rire. Elle ne voulait pas se moquer de lui mais elle avait trop de mal à imaginer son frère autrement que… son frère. Mais elle ne voulait pas que le garçon le prenne mal. Elle n’avait vraiment pas ri à cause de lui.*

Je suis désolée d’avoir ri comme ça. Mais Estrec… C’est Estrec. Il est adorable, mais c’est mon grand frère. Et je l’adore, mais comme j’adore mes parents.

*Elle rougit un peu*

Et toi… tu as une… copine ? Je ne voudrais pas qu’elle soit jalouse, je t’aime bien et je ne voudrais pas que tu ais des problèmes à cause de moi.

*Elle n’avait pas pu s’empecher de rajouter la dernière phrase et rougit encore plus, baissant brusquement la tête n’osant plus croiser son regard.*

C’est malin, il va fuir maintenant, quelle idiote ! Pourtant il est tellement gentil…pensa-t-elle en elle même

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 0:33

Thomas sentit son coeur accélérer quand il entendit le rire de la jeune fille. Pourquoi? Qu'est ce qui se passait? Thomas était un peu dans l'incompréhension. Normalement le coeur s'accélère lors d'un effort physique. Or il ne bougeait pas. Qu'est ce que cela pouvait bien signifier...
"Mon copain ? mais c’est quoi vraiment un copain. Quelqu’un qu’on aime beaucoup et à qui on fait confiance ? Dans ce cas, oui, Estrec peut-être mon copain, je l’aime très fort et je lui fait confiance pour tout – il m’a sauvé la vie quand on été plus jeune – mais en fait, c’est plutôt mon frère. On a les mêmes parents. On est de la même année, il est rentré à Poufsouffle. On a dix mois d’écart."
Lorsque Thomas entendit le mot "frère", il se détendit instantanemment.... Avant de se retendre. Pourquoi cette réaction? Qu'est ce que ca pouvait faire... Elle n'avait donc pas de "copain", oui certes. Qu'est ce que cela signifiait pour lui? Le rire de la jeune fille résonnait encore dans son être. Son coeur se serra a l'idée qu'il avait été une fois de plus ridicule devant elle. Enfin... Thomas ne put chercher plus loin réflexion car la jeune gryffondor poursuivit, le rassurant.
"Je suis désolée d’avoir ri comme ça. Mais Estrec… C’est Estrec. Il est adorable, mais c’est mon grand frère. Et je l’adore, mais comme j’adore mes parents."
Thomas, une fois encore, fut soulagé. Bien que troublé par ces tensions et soulagements successifs, il reporta son regard troublé sur la jeune fille. C'est alors qu'il remarqua qu'un léger rougissement s'empara des joues de la jeune fille.
"Et toi… tu as une… copine ? Je ne voudrais pas qu’elle soit jalouse, je t’aime bien et je ne voudrais pas que tu ais des problèmes à cause de moi."
Jalouse? Pourquoi jalouse... Enfin... est ce qu'il y avait une raison de penser que...? Et... Elle lui avait dit que... que quoi? Qu'elle l'aimait bien?? Enfin... Qu'avait-elle voulu dire par la? C'est alors qu'il remarqua sa gêne, elle avait baissé sa tête. Cette remarque lui avait sans doute échappé. Que ressentait Thomas en soit? Toute cette sensation ne faisait qu'augmenter et augmenter, à l'image de son trouble.
Il imaginait aisément à quel point la jeune fille était gênée... Tout comme lui. Craignant qu'elle ne fuie après cette remarque il tenta de la rassurer.
"Non... Je n'ai pas de... Copine... Je... t'aime bien aussi tu sais. Je..."
Se sentant bête pour de bon, il lui lança :
"Je... Il y a une raison que si j'en avais une elle soit jalouse?"

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 0:44

"Non... Je n'ai pas de... Copine... Je... t'aime bien aussi tu sais. Je..."

*L'air entra soudain en tornade dans les poumons de Rosine et lui fit un peu tourner la tête. Elle releva le visage et ragarda dans ses yeux verts, sentant ses mains trembler légèrement sans qu'elle ne sache pourquoi et ses lèvres sourirent d'elles même.*

"Je... Il y a une raison que si j'en avais une elle soit jalouse?"

*En entendant la suite de sa demande, elle se mordit la lèvre inferieure et retint un soupir.*

Qu'est-ce qui m'arrive? pourquoi je suis déçue? Et de quoi?

*Elle se forca à sourire et à le regarder à nouveau.*

Je... je ne sais pas. J'ai... Ca... C'est ce qui... Enfin, je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça. Ca m'a... simplement échapper.

*Elle ne pouvait empecher ses mains de trembler maintenant. Elle les prit l'une dans l'autre se les tordant légerement. Elle se laissa tomber à nouveau assise aux pieds de la statue sans pourtant quitter les yeux du garçon en face d'elle.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 13:56

Thomas vit la poitrine de la jeune fille se soulever. Visiblement elle avait retenu sa respiration en attendant la réponse à sa remarque. Puis la jeune Gryffondor releva doucement la tête, venant jeter son regard dans ses yeux ou il se perdit. Il ne put s'empecher de se faire la remarque quant à sa beauté quand elle souriait ainsi.

Seulement... Thomas put voir une sorte de déception à sa deuxième remarque... Il n'était pour ainsi dire, pas très habitué aux subtilités de la langue et avait visiblement mal exprimé sa pensée.La peur de voir la jeune gryffondor fuir revint a nouveau au son du soupir de la jeune fille. Ce qu'il nota plus que cela c'était la disparition de son sourire. Il avait perdu son regard, éteind son sourire et l'avait déçue. Se sentant glacé en lui-même bienq ue ne sachant pas pourquoi, il baissa les yeux. Honteux. Ses pieds devaient etre visiblement très beau car il ne pouvait s'empêcher de les fixer, n'osant à nouveau apercevoir le visage déçu de la jeune fille de laquelle il souhaitait tellement pouvoir devenir proche.

Attendez. Devenir proche? Thomas stoppa sa réflexion durant une fraction de seconde à la pensée de ce qu'il venait de se dire. Il souhaitait devenir proche de la jeune fille? qu'est ce que cela signifait? Plus que jamais troublé et apeuré, il se décida par un effort de volonté a relever la tête. Il vit sur le visage de la gryffondor un sourire forcé qu'elle tentait visiblement de maintenir, surement pour ne pas trop lui montrer sa déception.

Curieusement, Thomas gardait une sorte... D'espoir. Espoir pour quoi il ne le savait pas... Mais la jeune fille visiblement pensait qu'il pouvait y avoir quelquechose... Quelquechose se formant entre eux. Rien qu'à la pensée que peut etre elle aussi... Thomas se tenait près a danser sur place. Enfin... Au figuré...

"-Je... je ne sais pas. J'ai... Ca... C'est ce qui... Enfin, je ne sais pas pourquoi j'ai dit ça. Ca m'a... simplement échapper"

L'espoir qui venait juste de naitre comme une fleur de printemps dans l'esprit de thomas se fâna aussitot. Visiblement ce n'était qu'une remarque qui lui avait échappé. Rien d'autre. Thomas comme à son habitude n'avait en face de lui visiblement qu'une déception supplémentaire. Les larmes aux yeux, une envie de prendre ses jambes à son cou en voyant son espérance annihilée, il se força à rester sur place... Espérant... Espérant. Vainement surement mais le tout était d'arriver à continuer à espérer.

Relevant sur cette constatation la tête il put voir que la jeune fille désormait arborait un visage torturé... Torturé par quoi il l'ignorait, mais cela lui serrait le coeur sans savoir une nouvelle fois pourquoi, de voir ce si beau visage torturé. Elle se tordait les mains. Pourquoi? Que se passait il? Etait elle dans le même état d'esprit que lui? Non. Ne pas y songer. Ne pas subir une déception supplémentaire, ne pas laisser une nouvelle illusion qui le ferait encore souffrir s'introduire dans ses pensées. La jeune gryffondor dont il ignorait jusqu'au nom se laissa tomber aux pieds d'une statue qu'il n'avait jusqu'alors même pas repérée tellement il était visiblement omnubilé par la jeune fille. Ses yeux ne semblaient pas vouloir se détacher des siens.

La gorge sèche et comme bloquée par une boule d'appréhension aussi inflexible que ce qui lui tordait le ventre, il se força a tenter de parler.

"-Ah, d'accord."

Thomas ne pouvait empêcher sa voix de trembler. Sentant sa résistance s'effondrer il finit par tomber à genoux et sombrer en larme. Complètement ridicule devant la jeune fille en face de lui. Pourquoi? pourquoi ne pouvait il contenir sa déception... Ses émotions. S'attendant à entendre le rire de la jeune fille se moquant de lui il resta a genoux ainsi devant la jeune fille, déversant les larmes de son corps... Attendant.


Dernière édition par Thomas de Bresnes le 11.12.08 22:51, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 15:30

*Rosine sentit une grosse boule dans sa poitrine en vyant le jeune hmme tomber à genoux devant elle et fondre en larmes. Elle aussi avait envie de fondre en larme, elle ne savait pas pourqui. Elle était bien avec lui et elle ne voulait pas le voir malheureux. Qu'est-ce qu'elle avait dit? Pourquoi est-ce qu'il semblait bouleversé ainsi? Elle ne se souvenant pas avoir fait quoi que ce soit pour le blesser. Elle le regarda une minute puis ne pu se retenir. Elle passa de la position assise à genoux et s'approcha doucement du garçon. Elle ne savait pas son nom, venait elle de s'appercevoir. Tant pis, elle saurait plus tard, pour l'instant il pleurait et elle avait besoin de le consoler. Qu'il se sente bien pour qu'elle se sente bien. Elle passa délicatement son bras autour de son épaule et l'attira contre elle comme pour le proteger des autres. Elle passa doucement son autre main dans ses cheveux et approcha sa bouche de son oreille pour murmurer doucement.*

-Est-ce que je t'ai blessé? Qu'est-ce que j'ai dit? ne pleure pas, je suis triste quand tu pleures. Dis moi ce que je peux faire pour que tu aille mieux... Je veux t'aider, je veux vraiment, mais j'ai peur de te rendre encore plus triste parce que je ne sais pas ce que j'ai fait pour te rendre comme ça. S'il te plait, dis moi!

*Rosine regardait avec angoisse le jeune homme qui venait de devenir qui important pour elle en si peu de temps. Elle lui caressait tendrement les cheveux... tendrement? Oui, sans doute, on ne pouvait pas appeler ça autrement et elle sentait confusement qu'elle avait envie d'être tendre avec lui.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 16:25

Thomas sentit la jeune fille bouger. Immédiatement l'image de la jeune gryffondor s'en allant s'imposa à son esprit, lui restant seul. Mais ce ne fut visiblement pas ce qu'avait en tête la jeune fille. Il la sentit plus qu'il ne la vit se mettre à genoux et s'approcher de lui. Craignant il ne savait quoi, il tembla et se recroquevilla. Des souvenirs de son passé douloureux s'emparant de son esprit, il se souvint comment les élèves de son ancien établissement moldu se moquait de lui dans ses moments de peine. Il sentit cependant le bras de la jeune fille entourer ses épaules, lui faisant sentir qu'au contraire elle était la pour lui et qu'elle souhaitait le consoler. Thomas se sentir pour la premiere fois réellement bien. Il s'effondra dans les bras de la jeune fille pendant qu'elle lui caressa les cheveux tendrement. Tendrement? Thomas s'était juré de ne plus se faire de faux espoirs mais... Mais il ne pouvait empêcher son coeur de battre. Ce qu'il ressentait... Comment le décrire? Elle était là, pour lui, le serrait dans ses bras et le réconfortait. D'un coup il se sentait si bête de pleurer ainsi... Bientot il senti qu'elle approchait sa bouche pour lui murmurer doucement au creu de l'oreille :
"-Est-ce que je t'ai blessé? Qu'est-ce que j'ai dit? ne pleure pas, je suis triste quand tu pleures. Dis moi ce que je peux faire pour que tu aille mieux... Je veux t'aider, je veux vraiment, mais j'ai peur de te rendre encore plus triste parce que je ne sais pas ce que j'ai fait pour te rendre comme ça. S'il te plait, dis moi!"
Dis moi ce que je peux faire pour que tu aille mieux. cela signifiait il qu'il avait de l'importance pour elle? Qu'il était important pour quelqun? Qu'elle... l'aimait bien? Comme elle avait dis? Il ne pouvait réfréner cet espoir, cet espoir qui naissait contre tous ses efforts en lui. Il... Il souhaitait tellement que ce moment continue... Qu'il puisse rester ainsi... Juste dans ses bras... Proche d'elle? Avec elle? Est ce ainsi qu'il voulait etre? Il prit une grande inspiration... Cherchant a rassembler quelques graines de courage pour parler...
"-Je... Parce que je... Je ne sais pas ce que tu... Tu ressens. J'aimerais... Enfin... Je ne sais pas quoi dire, te dire. J'ai peur de... D'avoir un nouveau faux espoir... Je..."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 18:41

"-Je... Parce que je... Je ne sais pas ce que tu... Tu ressens. J'aimerais... Enfin... Je ne sais pas quoi dire, te dire. J'ai peur de... D'avoir un nouveau faux espoir... Je..."

*Rosine s'écarta un peu mais garda ses bras sur ses épaule, elle voulait voir son visage. Elle pencha un peu la tête sur le côté et le regarda dans les yeux. Que voulait-il dire par un nouveau faux-espoir... Ca voulait dire qu'il avait de l'espoir. Mais il voulait qu'elle soit franche. Très bien, ça elle pouvait faire*

Je... Tu ne te moquera pas de moi hein? Je ne veux pas que...

*Elle réfléchit une seconde.*

Non, je ne pense pas que tu te moqueras de moi. J'attendais que mon frère passe ici. Mais je suis heureuse que ce soit toi qui te soit arrêté. Je t'aime bien, et j'aime passer du temps avec toi... Et là, je suis triste parce que tu es triste. Pourquoi tu crois que je vais faire un faux espoir? Et comment tu t'appelles? Ca n'a pas vraiment d'importance, puisque après tout, un nom, c'est pas grand chose, mais ça permet de s'appeller, de parler aux autres. Mais quand on pense à quelqu'un on a pas besoin d'un nom, si? En tout cas, je pense à toi et pourtant je ne connais pas ton nom.

*Elle s'arreta et sans vraiment savoir pourquoi posa doucement sa main sur sa joue.*

-Si c'est juste pour ça que tu es triste, il ne faut pas que tu ais peur. Je serais plus triste que toi, si je te decevais... j'en suis sure.

*Rosine se mordit la lèvre alors qu'une larme glissait sur sa joue.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 19:37

Thomas sentit la jeune fille s'écarter de lui. Une nouvelle fois la peur s'empara de son être et une nouvelle fois ce fut à tord. En réalité elle ne se reculait que pour scruter son visage. Il leva doucement la tête pour rencontrer une nouvelle fois son regard. Thomas pouvait apercevoir tous les questionnements et l'incompréhension de la jeune fille dans son regard. Honteux d'en être à l'origine il s'apprètait à rebaisser la tête quand il l'entendit chuchoter à nouveau :
"Je... Tu ne te moquera pas de moi hein? Je ne veux pas que... "
Se moquer? de quoi Thomas, le garcon qui comme ca au milieu d'un couloir se mettait a pleurer pourrait se moquer?
"Non, je ne pense pas que tu te moqueras de moi. J'attendais que mon frère passe ici. Mais je suis heureuse que ce soit toi qui te soit arrêté. Je t'aime bien, et j'aime passer du temps avec toi... Et là, je suis triste parce que tu es triste. Pourquoi tu crois que je vais faire un faux espoir? Et comment tu t'appelles? Ca n'a pas vraiment d'importance, puisque après tout, un nom, c'est pas grand chose, mais ça permet de s'appeller, de parler aux autres. Mais quand on pense à quelqu'un on a pas besoin d'un nom, si? En tout cas, je pense à toi et pourtant je ne connais pas ton nom."
Elle avait dit qu'elle l'aimait bien. Elle avait dit qu'elle aimait passer du temps avec lui. elle avait dit qu'elle pensait a lui. Thomas ne savait plus que penser. Il... avait déjà vécu ca. Il avait ouvert son coeur... Avait fait confiance à une fille. Peu après il avait été trahi et ne s'en était toujours pas remis. Devait il rouvrir son coeur... Devait il de nouveau faire confiance a une fille? Devait il prendre ce risque? Il ne savait plus ou il en était. Au moment ou il allait lui expliquer ce qu'il voulait dire par faux espoir elle enchaina :
-Si c'est juste pour ça que tu es triste, il ne faut pas que tu ais peur. Je serais plus triste que toi, si je te decevais... j'en suis sure.
Thomas vit une larme perler sur la joue de la jeune fille tandis qu'elle se mordait la levre, visiblement peinée. ne sachant que faire en de telle situation et n'ayant pas résolu son dilemne il choisit d'abaisser ses barrières et de ne plus écouter ses craintes. Il se remit à genou devant elle, pour être à son niveau et pouvoir la regarder bien dans les yeux.
"-Ecoute je... Si j'ai dis ca c'est que par le passé j'ai... eu disons une mauvaise expérience. La blessure ne s'est pas réellement refermée. J'ai... Disons... Des sentiments qui s'eveillent en moi mais je ne... Je ne sais pas quoi faire"
Il se tut, reprenant son souffle, cherchant ses mots pour ne pas peiner la jeune gryffondor davantage.
"Ce que je sais c'est que depuis que... Que je parle avec toi, j'ai de véritables sentiments, je me sens bien et je... Enfin... J'ai peur de les montrer car je ne sais pas ce que toi tu penses."
Durant tout le temps ou il avait parlé une seule image s'était imposée à lui, une image dont il s'en voulait d'imaginer, ne sachant si la meme image était évoquée dans la tête de la jeune fille. Son coeur battant, il se força a oublier l'image de ses levres se joignant a celle de la jeune gryffondor.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 19:56

"-Ecoute je... Si j'ai dis ca c'est que par le passé j'ai... eu disons une mauvaise expérience. La blessure ne s'est pas réellement refermée. J'ai... Disons... Des sentiments qui s'eveillent en moi mais je ne... Je ne sais pas quoi faire"

*Une lueur de comprehension passa sur son visage. Comme son frère, il ne devait pas avoir eu une enfance facile. Mais elle ne faisait pas partie de son enfance, elle voulait vraiment qu'il lui fasse confiance, comme elle avait envie de lui faire confiance. Les mots suivant furent si bas qu'elle du se pencher pour les entendre.*

"Ce que je sais c'est que depuis que... Que je parle avec toi, j'ai de véritables sentiments, je me sens bien et je... Enfin... J'ai peur de les montrer car je ne sais pas ce que toi tu penses."

*Rosine s'approcha encore un peu*

Je ne sais pas comment te dire ce que je pense. Et j'ai peur que tu ne me crois pas et je ne te le reproche pas. Et pourtant je le pense vraiment...

*Elle se tut un instant, le coeur battant à tout rompre et baissa encore plus la voix*

Je crois que je voudrais te le montrer, mais j'ai peur que... que mon geste...

*Elle ferma les yeux sans bouger, n'osant plus parler ni faire un mouvement, osant a peine respirer.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 21:22

Une lueur d'appréhension dans le regard, Thomas vit la jeune fille s'approcher. D'appréhension. Thomas ne savait pas si c'était d'appréhension car il avait peur de ce qui se passerait ou peur que son espoir puisse se révéler juste.
"-Je ne sais pas comment te dire ce que je pense. Et j'ai peur que tu ne me crois pas et je ne te le reproche pas. Et pourtant je le pense vraiment..."
Penser quoi? Si seulement il pouvait savoir... Si seulement cette sensation d'incompréhension pouvait évacuer son coeur, s'il pouvait enfin savoir si la jeune fille voulait et ressentait les meme choses que lui... La jeune fille parut une nouvelle fois hésitante et baissa encore la voix.
"-Je crois que je voudrais te le montrer, mais j'ai peur que... que mon geste... "
Geste? Non elle ne doit pas penser a la meme chose que Thomas... Non. Mais et si... Non. Thomas observa le visage dela jeune fille, tentant d'y chercher des réponses à des questions qu'il ne connaissait qu'a peine. Ce visage qu'il scrutait était fermé, comem ses yeux. Ne sachant que faire, mais souhaitant que quel que soit le geste auquel elle pensait elle le fasse, de facon a enfin toruver une réponse a ses questions.
"Je... J'ai... Je ne sais pas ce tu veux montrer mais... Quoi que ce soit... Je... J'aimerais que... Enfin j'aimerais savoir..."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 21:58

"Je... J'ai... Je ne sais pas ce tu veux montrer mais... Quoi que ce soit... Je... J'aimerais que... Enfin j'aimerais savoir..."

*Sans ouvrir les yeux et sans bouger, Rosine pouvait sentir la tension autour d'eux.*

Je ne voudrais pas que tu... que je te... C'est...... Tu... c'est...

*Ce que son cœur désirait faire, son esprit ne pouvait l'exprimer. Elle se tut à nouveau.*

Tu es folle! Il va fuir, il va partir! Le premier qui est venu te voir, Tu vas le faire fuir, le premier qui te parle, juste parce que tu l'aime bien... Tu es folle! Tu ne l'aime pas bien, tu l'aime beaucoup! Tu es folle tu le connais à peine! Oui, mais tu ne l'aime pas beaucoup, tu l'aime... qu'est-ce qu'il y a après beaucoup?

*Elle n'arrivait plus à penser. Elle se sentait ridicule les yeux fermés ainsi, a genoux au milieu du couloir, le visage à quelques centimètres à peine de celui d'un garçon qu'elle venait de rencontrer. Mais qu'elle venait de faire rougir, de faire pleurer, de prendre dans ses bras de consoler et... elle ne pouvait pas. Elle allait se ressaisir, se reculer, ouvrir les yeux, se redresser et lui demander de l'excuser pour sa folie en priant pour qu'il lui reparle un jour. Oui, c'est ce qu'elle allait faire. Alors pourquoi son corps ne répondait pas? Pourquoi il bougeait. Elle inspira brusquement et se pencha en avant pour poser ses lèvres sur... Elle ne savait pas si elle voulait savoir si c'était ses lèvres ou sa joue. Quelle importance ça aurait une fois qu'il se serait levé et aurait fuit comme il allait surement le faire? Elle attendit avec angoisse une réaction quelle qu'elle soit, les yeux toujours clos, la respiration coupée et le cœur battant trop vite et irrégulièrement.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 22:45

-Je ne voudrais pas que tu... que je te... C'est...... Tu... c'est...
la jeune fille semblait aussi perturbée et angoissée que lui.
thomas ne savait pas quoi dire. Son coeur perturbé et empli de questions restait figé. Afin de cacher en partie son appréhension, il imita la jeune fille en fermant les yeux, s'isolant un peu plus ainsi.
C'est dans cette position en tout point semblable a celle de la jeune fille, a genou, les yeux fermés, les joux humides de larme et rouges de confusion que Thomas recu son tout premier baiser. Les lèvres de la jeune gryffondor vinrent s'apposer comme par magie directement sur celles de Thomas. Il n'avait pour ainsi dire... Jamais ressenti cela et mis plus d'une seconde à réaliser que ce contact si doux était celui tant désiré des lèvres de la jeune fille dont il avait rêvé quelques minutes plus tot. Par peur de mal faire, peur de l'effrayer, peur de la decevoir, peur que cela ne fut qu'une illusion, il hésita. Il se reprit bientôt et répondit doucement à son baiser, sentant enfin que son coeur trouvait sa réponse. Le baiser se terminant il rouvrit les yeux, dévisageant celle qui maintenant représentait tellement pour lui, en l'attente de son jugement ou tout du moins de sa réaction...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 23:05

*Rosine cligna des yeux plusieurs fois stupéfaite qu'il soit toujours devant elle, la regardant sans reproche à ce qu'il lui semblait, qu'il ne lui ai pas jeter un sort avant de dégerpir. Mais par dessus tout, elle était heureuse plus que de raison. C'était sur ses lèvres qu'elle avait posé les siennes, et ses lèvres avait répondu. Elle leva doucement une main et la posa sur la joue encore humide du jeune homme, tentant de chasser avec le pouce le reste de ses larmes.*

Tu ne me laissera plus te faire pleurer, n'est-ce pas? Tu vas me faire confiance, dis?

*Malgré le bonheur qui lui ceignait le coeur le reste de l'angoisse qu'elle avait ressenti avant la troublait. Elle ne voulait pas qu'il soit triste et elle ne voulait pas que sa raison ai disparu et lui ai fait croire des choses qui n'existait pas sa réponse au baiser, notemment. Timidement elle s'approcha un peu et glissa son visage dans son cou puis murmura:*

En tout cas, moi je te fais confiance et je veux être là pour toi.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 23:16

Thomas sentit la main de la jeune fille glisser tendrement le long de sa joue. Le bonheur à ce contact ne peut être exprimé par quelque pensée que ce soit. Il était heureux c'est tout.
"Tu ne me laissera plus te faire pleurer, n'est-ce pas? Tu vas me faire confiance, dis?"
Il avait envie de Se lever de crier a la terre entière que oui il lui ferait confiance que ou il n'yaurait plus de raison de pleurer, le bonheur irradiant de chacune de ses veines comme autant de bouffée d'oxygene. La jeune fille se glissa doucement contre lui, posant sa tete sur son épaule, au creu de son cou.
"En tout cas, moi je te fais confiance et je veux être là pour toi."
Thomas ressentait chaque battement de la jeune fille, chaque centimètre de sa peau en contact avec la sienne, ses cheveux glissant légèrement sous la brise lui caressant le visage. Ses bras se refermèrent alors naturellement sur la jeune fille, l'enserrant dans une prise rassurante dont il ne se serait pas cru capable.
"Oui j'ai confiance en toi maintenant, tu as su repousser mes fantomes. Je serais la pour toi autant que tu seras la pour moi. Nous ne sommes plus seuls."
Soulagé et enfievré de tant de bonheur auquel il n'était habitué il prit le temps de savourer chaque seconde de cet instant, craignant qu'il disparaisse a jamais. Il finit par lui dire.
"Ah et euh, je m'appelle Thomas, je crois avoir oublié de te le dire"
Il ne put contenir un petit ton ironique, riant doucement.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 11.12.08 23:44

*Sentant les bras du garçon se refermer autour d'elle, elle ne pu empecher son coeur de battre a nouveau rapidement.*

"Oui j'ai confiance en toi maintenant, tu as su repousser mes fantomes. Je serais la pour toi autant que tu seras la pour moi. Nous ne sommes plus seuls."

*Rosine ferma les yeux une fois de plus, mais plus à cause de l'angoisse.*

"Ah et euh, je m'appelle Thomas, je crois avoir oublié de te le dire"

*Rosine ne put s'empecher de rire aussi. Elle s'ecarta un peu, lui tendis cérémonieusement la main en disant:

Enchantée Thomas! Je m'appelle Rosine. Un peu ridicule, mais ma mère aime bien. C'est son personnage préfèré. Et puis on s'y habitue très bien!

*Elle revint vers lui toujours en riant*

Mais de toute façon, c'est que des noms après tout!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 12.12.08 18:00

Thomas sentit le rire de la jeune fille, c'était comme un soleil qui l'éclairait. Elle s'écarta, lui tendit la main. La situation plus encore ironique le fit redoubler de rire.
Enchantée Thomas! Je m'appelle Rosine. Un peu ridicule, mais ma mère aime bien. C'est son personnage préfèré. Et puis on s'y habitue très bien!
Ridicule? Thomas ne comprenait pas pourquoi la jeune fille trouvait ce prénom ridicule. Thomas aimait beaucoup ce prénom...
Mais de toute façon, c'est que des noms après tout!
Thomas rit à nouveau, sentant le bien être l'envahir à nouveau en sentant la jeune fille se remettre contre lui. Il ne s'était jamais senti ainsi. Une sensation si intense, de chaleur, dans sa poitrine. Le bonheur. Il s'en était passé des choses en quelques minutes. Revenant au présent il répondit :
Je ne trouve pas du tout que ton prénom soit... Ridicule. Personnellement je le trouve très joli, mais c'est vrai que ne pas aimer son prénom ne doit pas être très agréable. Pour ma part je ne me suis jamais posé la question.
Il ne put perdre son sourire avec la jeune filel ainsi contre lui. Il lui caressa les cheveux tendrement avant de poursuivre:
Je n'ai jamais fait de métamorphose, penses tu pouvoir me l'apprendre?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 13.12.08 23:42

Je ne trouve pas du tout que ton prénom soit... Ridicule. Personnellement je le trouve très joli, mais c'est vrai que ne pas aimer son prénom ne doit pas être
très agréable. Pour ma part je ne me suis jamais posé la question.


*Rosine sourit*

En fait, je l'aime bien, mais pas mal de monde le trouve ridicule. Toute la famille de mon père et une grande partie de mes cousin. Mais moi, je l'aime bien.

*La main de thomas sur ses cheveux la faisait se sentir bien. Et sa présence contre elle encore davantage. Elle souriait encore quand il reprit:*

Je n'ai jamais fait de métamorphose, penses tu pouvoir me l'apprendre?

Je veux bien te montrer ce que je fais depuis longtemps... c'est comme ça que j'ai su que j'étais une sorcière. Mais je n'ai jamais essayé avec ma baguette. Il ne faut pas que tu sois jaloux de...

*Elle s'arreta avec un sourire mysterieux en cherchant dans la poche de sa robe et en sortit un papier un peu froissé.*

-... mon papier de bonbon, acheva-t-elle.

*Elle porta l'emballage à ses lèvre et posa un baiser dessus; A la place du papier, se trouvait un timbre poste.*

-Bon, je ne contrôle pas ce en qui ça se transforme et ça marche pas à tout les coup, mais quand j'en ai vraiment envie, c'est marrant. Mais j'aimerais vraiment savoir maîtriser le sujet. il faudrat que j'essais avec la baguette.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 14.12.08 14:13

Thomas garda les yeux grand ouverts d'émerveillement. Il n'avait jamais vu ca ! Sans baguette elle avait transformé ce papier de bonbon en timbre. Etait-ce possible? Il ne connaissait rien à la métamorphose mais pouvoir faire ce genre de choses... C'est sur que c'était très attrayant.

Son émerveillement venait de cela... Mais pas seulement. En effet, il avait noté la petite remarque de Rosine "ne sois pas jaloux de... Mon papier de bonbon". Cela le faisait beaucoup rire. Pourquoi pas? Gardant son sérieux un minimum il se mit à réfléchir, l'air songeur comme à son habitude...

C'était vrai... Oui ce baiser l'avais en quelque sorte changé. Il avait découvert de nouveaux sentiments et de nouvelles sensations auxquelles il ne pensait pas pouvoir avoir accès. Comment réagir? Il était encore un peu perdu dans tout ça et ne savait pas du tout comment gérer cette situation à laquelle il n'avait jamais fait face. La première chose lui venant à l'esprit était de rechercher un livre sur "les sercrets de l'amour", idée stupide bien digne d'un enfant ed 11ans.

Heureusement l'idée le quitta quand il réalisa que la jeune fille était juste là et attendait surement une réaction... Surement plus prompte qu'après un aller retour à la bibliothèque. Thomas réfléchit alors... Il avait déjà entendu son frère dans la chambre d'à côté répondre à des avances par des phrases alambiquées auxquelles il n'avait jamais rien compris. La pensée de son frère lui rappela son premier amour qu'il lui avait conquis... Cette vieille blessure ranimée il eut beaucoup de mal à ne pas montrer sa souffrance. heureusement la présence de Rosine cotnre lui le rassurait et le réconfortait. Oui elle avait véritablement un grand effet sur lui. Après cette réflexion il se dit qu'il ne pouvait décidément pas agir comme son frère qui aimait tant abuser des filles amoureuses de lui... Comportement bien digne d'un serpentard sois dis en passant.

Lui heureusement, malgrès le fait qu'il fut issu de deux familles de serpentard pur sang, avait pu éviter de s'y retrouver et était entré chez gryffondor... Quoi qu'il en soit il lui fallait savoir comment agir dans cette situation...

Finalement thomas se décala un petit peu pour pouvoir regarder à nouveau dans les yeux de la jeune fille... tentant d'y trouver réponse, conseil ou quoi que ce soit qui aurait pu lui indiquer que faire. Il avait désormais totalement oublié le sujet de la métamorphose qui lui paressait bien peu important en comparaison de ce que représentait Rosine. Troublé, il ne trouva aucune réponse dans les yeux si profonds et au regard si intense de Rosine. Il se décida alors à tenter quelquechose... Qui pouvait être stupide... maladrois ou quoi que ce soit, mais il ne pouvait rester ainsi, sans rien faire, avec cette jeune fille représentant tellement et attendant une réaction quelconque de sa part.

Il avança alors doucement sa main pour saisir le timbre reposant encore sur les douces lèvres ed Rosine dont le souvenir était encore intense dans sa mémoire, si intense qu'il en était presque douloureux de ne pas se poursuivre. Saisissant donc le timbre il le décolla des lèvres de Rosine, les caressant du bout du doigt au passage. Il sourit, comme pour paraitre impressioné de la métamorphose du timbre mais... C'était plutôt par le contact des lèvres de Rosine qu'il était intimidé.

C'est alors qu'il dit surement la plus grosse bétise de la journée.

"Vais-je rester longtemps jaloux?"

Une fraction de seconde après sa remarque il se rendit compte de ce qu'il avait dis. Ouvrant des grands yeux horrifiés il tenta de contenir sa honte...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Invité le 14.12.08 15:18

*La caresse du doigt sur les lèvre la fit légérement frissonner. Une phrase la tira de sa rêverie*

"Vais-je rester longtemps jaloux?"

*Un sourire irrepressible lui vint aux lèvres. Elle se serra davantage contre lui*

Je ne sais pas... ça dépend si j'arrive à touver la salle de métamorphose pour le faire comme tout le monde avec ma baguette.

*Elle ne pouvait s'empecher de le taquiner. Mais elle savait qu'il ne fallait pas jouer trop longtemps de peur de lui faire mal.*

A moins que tu ne m'autorise à faire ça encore une fois...

*Avec un sourire elle posa une fois de plus ses lèvres contre les siennes. Son coeur battait toujours autant la chamade, mais maintenant, c'était plus de bonheur que d'angoisse.*

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Aux pied d'une armure près du hall d'entrée [libre]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum