Sans les dents [libre]

Aller en bas

Sans les dents [libre]

Message  Naomah Farwell le 27.11.08 2:26

Serait-ce le fantôme miniaturisé d’une grande dame des temps passés qui flotte au loin ? A moins que ce ne soit un lutin farceur déguisé pour mieux se faufiler dans les couloirs de Poudlard… ? En tout cas, ça a les cheveux roux comme un brouillard flamboyant qui flotte autour d’une petite tête mouchetée de tache de son et d’un regard bleu vif à tendance noir quand on le cherche un peu trop. Un fin diadème de fils dorés planté sur le sommet du tout, et une robe maladroitement lassée autour du torse, son tissu froufroutant entre les petites jambes qui s’activent à toute vitesse pour rejoindre la volière, achèvent le tableau.

Encore une fois, Naomah se sentait ridicule dans ses habits. Enfin, elle s’en serait personnellement accommodée s’il n’y avait eu les commentaires sur son passage… « Halloween c’est fini ! » « on joue à la grande, petite ? » « qu’est-ce que tu as fait de ton prince charmant ? » Blablablabla !!! Voila ce qu’elle leur répondait. Édifiant n’est-ce pas ? N’empêche qu’ils n’étaient vraiment pas drôles, et que ce n’était pas de sa faute si elle n’avait plus que ça à se mettre.
Mais voila, il fallait qu’elle se rende à la volière pour envoyer son courrier du dimanche à ses parents, comme promis, et n’avait par conséquent pas vraiment eu le choix de rester tranquillement dans sa salle commune en attendant d’avoir une tenue potable de propre. Par contre, elle pouvait faire le choix de se débarrasser rapidement de cette corvée, et c’est ainsi qu’elle se retrouva à dévorer les escaliers en courant, une lettre dans la main, une écharpe dans le vent, et l’autre main tenant bien haut ses frusques pour les empêcher de lui emmêler les pattes.
Arrivée dans le hall, d’un pas de côté joliment exécuté elle évita un groupe d’élèves et se faufila, privilège de ceux qui sont du modèle « microbe », entre un mastodonte d’au moins 5ème année et une armure lourdement armée. La lumière du jour bien en vu, elle serait bientôt l’actrice privilégiée d’une échappée belle comme on n’en avait pas vu depuis que le fameux Ridcul Smellbad avait faussé compagnie à une miss Teigne particulièrement collante. Toutefois, c’était sans compter sur une armure d’humeur blagueuse et son pied mal placée : un croc en jambe, et c’est tout votre univers qui bascule !
Naomah se retrouva les mains et les genoux pour seul défense contre le sol peu accueillant, chutant lourdement pour sa frêle stature devant tout un parterre d’élèves. Quand à sa lettre, perdue dans la bagarre.
Non ! ça ne faisait pas mal ! Ou peut-être un peu, mais pas tant que ça… A moins que…
Si… ?
Sans être sure de son choix, la fillette se redressa, les larmes lui venant déjà aux yeux alors qu’un drôle de malaise la saisissait au cœur, invités non désirés, mais nécessaire en ce genre d’occasion. Au premier mouvement, le genou rouspéta, sortant de sa torpeur pour se rappeler à l’attention de son propriétaire. Le second ne tarda pas à déposer le même genre de réclamation, et à lancer un bulletin d’alerte général : oui, ça faisait mal, et pour preuve, la douleur qui irradiait, aiguë et palpitante.
Pour parfaire le tout, alors qu’elle se relevait pour faire l’état des lieux, et peut-être même chouiner sans retenu, quelque chose sembla la retenir. Forçant un peu pour éprouver la résistance du phénomène, Noa se figea quand un bruit de tissu déchiré se fit entendre.
L’envie de pleurer oubliée, elle se retourna pour tenter d’établir le constat.


Oh non...

[HJ: un volontaire? Rien de prévu en particulier, juste histoire de créer des liens, positifs ou négatifs! A deux, ou trois, ou quatre! (soyons fous ^^)]
avatar
Naomah Farwell
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 97

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Ebène et poudre de fée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Invité le 27.11.08 21:27

Adrian s'était décidé la veille; demain, il enverrait une lettre à ses parents, et une toute particulière à sa soeur. Même si celle-ci n'arrivait pas à lire dû à son handicap, le jeune poufsouffle avait dégoté une formule qui traduisait les mots en braille. Assez pratique en soi, quand on n'a pas le téléphone...
Les mains dans les poches il monta les marches le menant à l'extérieur. Même si il était possible d'esquiver le plus possible le froid hivernal qui s'installait dehors en passant par l'intérieur, Adrian s'était dit que ça ne pouvait pas lui faire de mal de parcourir quelques mètres de plus dehors, de quoi admirer le paysage.
En effet, le paysage était magnifique; le brouillard avait toujours été pour Adrian une source de fascination. Ce nuage blanc qui s'abat sur la terre comme des milliers de flocons en suspension, et ces arbres, dont on ne voyait parfois que les branches, et qui paraissaient flotter dans les airs.

L'écharpe remontée juste au nez, il se dirigea à grand pas et s'élança dans cette masse blanche. Malheureusement pour lui, il voyait toujours aussi bien autour de lui, mais voyait à présent le lac, qui paraissait s'étendre dans le néant. Il était seul, comme coupé du monde. Seul une petite partie du château était visible et la forêt ne l'était pas du tout. Seul entre le lac infini et les bancs de la cour, il se laissa tomber par terre et admira cette magnificence éphémère.


Après quelques minutes de méditation où il s'imagina dans un brouillard uniforme, un nuage opaque dans lequel il ne verrait rien et où enfin il comprendrait sa petite soeur, il se releva et s'en alla vers la volière.

L'escalier sinueux était très fréquenté, comme tous les dimanches d'ailleurs. Il emprunta l'escalier qui partait de la cour, et rejoint la masse tourbillonnante d'élèves pressés de retourner au chaud. La conscience tranquille et sa lettre bien au chaud dans sa poche, il monta les marches. Parfois, il croisait des amis à lui, mais aussi un groupe de dernière année dont la principale occupation était de se moquer et de provoquer les "petits" qui passaient devant eux.


- Youhou mais c'est que t'a l'air très sûr de toi ! On va envoyer une lettre à sa moman ? lança l'un d'eux qui ne tarda pas à se tordre de rire en tapant de son poing dans l'épaule de son ami.

- Bien sûr que je suis sûr de moi. Quand on voit le niveau de ceux qui nous entoure, y'a de quoi se sentir rassuré. Et oui, j'envoi un lettre à ma mooman, et à mon poopa, et ma petite soeur aussi. Tu as une petite soeur ?


L'élève ne savait plus quoi répondre, et son ami hurla de rire à la remarque de Adrian. L'autre, vexé, menaça de la baguette Adrian, mais celui-ci était déja parti, satisfait de ce qu'il venait de faire. Les gens s'étaient retournés vers lui. Il n'y avait rien de mieux que de clouer le claper à ces deux gars qui passaient leurs journées à titiller les plus faibles et les plus sensibles.

Arrivé dans la volière, Adrian fut étonné du monde qui pouvait s'y trouver, et de la chaleur qui y régnait; la chaleur humaine, sans doute.
Son hibou était là, tout en haut à gauche de l'entrée. Bien sûr, pour y accéder, il dut se faufiler entre les groupes d'amis qui restaient là pour discuter, certainement sans avoir de lettre à poster. Lorsqu'il y parvint, son hibou descendit instinctivement vers lui. Adrian sortit la lettre de sa poche, l'accrocha à la patte de l'animal et, en lui caressant la tête, lui murmura " à la maison " .
Le hibou lui pinça l'écharpe d'affection et s'envola par la fenêtre la plus proche, laissant derrière lui un sillon que seul Adrian pouvait percevoir; l'espoir d'un réponse rapide.

Son travail était terminé, il allait pouvoir s'en aller. Il remarqua d'ailleurs que le groupe d'amis était parti, ce qui rendait la salle beaucoup plus aérée, mais beaucoup plus froide aussi. Il décida cette fois de repartir le plus vite à l'intérieur du château en courant dans les escaliers. Il était étrange d'ailleurs que le froid, qui tout à l'heure ne le dérangeait pas, l'oppressait à cet instant avec autant d'intensité.

Une fois à l'intérieur, la chaleur se chargea de le réconforter. Il retira son écharpe qu'il mit dans sa poche et continua son chemin dans le couloir, lorsque qu'une jeune fille s'étala de tout son long par terre.
Gênée et sur le point de pleurer, la jeune fille rousse se releva tant bien que mal, sous les rires d'un groupe de filles qui passait par là. La cerise sur le gâteau était qu'en se relevant, elle avait déchiré sa robe.
Adrian remarqua qu'elle avait laissé tomber une lettre, qu'il ramassa, plus par gentillesse que par pitié, et avec un sourire sympathique, lui tendit.


- Tiens, tu l'as fait tombé.


Dernière édition par Adrian Kaze le 27.11.08 22:28, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Invité le 27.11.08 22:15

En ce dimanche matin, tout le monde restait au lit profitant de cette grâce mâtiné de repos mérité après une semaine plutôt compliquer. Les mois filait tandis que lui il n’avait pas l’impression d’avancer que sa soit en cour ou en ce qui concernait c’est relation. En effet depuis la rentré il n’avait pas rencontré grand monde, tous ceux qu’il essayait de connaitre de sa maison le jugeait trop gentil et le blâmait. Il préférait alors rester seul, comme il l’avait toujours été. Il aimait bien flâné dans ce château, non pas qu’il était impressionné, après tout il avait toujours vécu dans le luxe, c’était juste qu’ici il ce sentait libre et même si les jeunes était les même que ceux qu’il avait connu il était quand même différent. Ce matin thomas avait envie de sortir prendre l’air, hier il n’avait pas eu le temps faute de devoir… d’ailleurs les devoir lui causait beaucoup de soucis ces dernier temps surtout que les professeur lui reprochait d’être distrait. Ce n’était pas sa faute a lui si la seul lettre qu’il n’avait jamais reçu était de ses parents qui lui annonçait qu’il ne voulait pas le voir revenir au vacance et qu’il lui chercherait une colonie pour les deux mois de grande vacance. Ces lien familiaux n’avait jamais été très fort mais cependant savoir que sa famille le reniait totalement lui faisait quand même mal.

Mais bon pourquoi pensé a cela, ses parents ne voulait plus le voir il ferait avec après tout même lorsqu’il habitait chez eux il n’y avait quasi pas de contact. Thomas chassa de ses pensée ses parent pour ce concentré sur ce qui le préoccupait ce matin c’est a dire qu’il devait finir un devoir de botanique et pour se détendre il préférait allé au lac peut-être aurait il besoin de passé a la bibliothèque mais il ne préférait pas envisagé cette possibilité car après tout il n’avait aucun autre moment que ceux qu’il passerait aujourd’hui pour se détendre même si certain dirait que des devoirs ce n’était pas une détente mais pour Thomas sa en restait une du moins cette matière dans laquelle il se sentait particulièrement a l’aise car comme certain de ses camarades de classe s’en plaignait il ne fallait pas utilisé de baguette. Il jeta d’ailleurs un coup d’œil a sa baguette qu’il avait acheté il n’y a pas si longtemps, avec l’aide d’Aurane … il chassa rapidement ses pensée une fois de plus car se rappelé la jeune fille n’était pour lui que souffrance… il se demandait d’ailleurs si il connaitrait un jour ce que certain appelait le bonheur. Alors qu’il descendait rapidement l’escalier se faufilant près des murs pour ne pas ce faire remarquer il entendis des rires. Ceux-ci provenait d’un groupe de 5ème année, rien de rassurant…

Thomas arriva enfin dans le couloir qui menait au parc, au lac a toute ses choses si magnifique qui faisait que cela valait la peine de ce levé un dimanche matin. Il allait tourné lorsqu’il vu au fond du couloir quelque chose qui lui fit détourné la tête très rapidement… une jeune fille vêtu de vêtement vraiment fin mais le plus gênant surtout pour elle était qu’il semblait qu’elle venait de chuté pour une raison que thomas ignorait cependant cette chute lui avait fait déchiré ses vêtements… elle n’avait plus qu’un bout de tissus qui pendait… Thomas restât quelque seconde bouche bée car il se trouvait mal a l’aise pour la jeune fille mais également pour lui car il ne savait que faire, allait elle le trouvé indiscret de venir l’aidé alors qu’elle se trouvait ainsi vêtu ? Il décida d’allé contre sa gène après tout aidé la jeune fille était plus important.

Il s’avança alors mais il ne savait toujours pas comment l’abordé… il décida de tenté d’être le plus galant possible et de ne surtout pas la gêné d’être dans une telle tenu dans un couloir. Heureusement pour elle l’heure n’était pas passagère cela n’empêchait pas qu’il fut impossible qu’elle soit totalement détendu. Thomas se rapprochait de plus en plus, il ne faisait pas de bruit lorsqu’il marchait car on lui avait appris a se faire oublié ce qui pour une fois était bénéfique… quoi que après tout la jolie demoiselle n’aimerait peut-être pas avoir un étrange qui se rapproche comme cela ne silence près d’elle elle pourrait bien pensé que Thomas avait l’intention de profité de la situation… Lui n’avait jamais eu de telle idée, il était si innocent mais il savait pourtant que certaine fille alors qu’il avait voulu les abordée en toute simplicité ne lui avait laissée aucune chance de parlée et l’avait envoyée valsée le taxant d’obsédé… pourquoi pensait elle sa ? Il n’en savait rien et ne parvenait pas a le découvrir cependant il avait remarqué que les filles qui l’avait repoussée comme sa sans lui laissée le temps pour dire le moindre mot était toute des filles avec un blason rouge dont il ne se souvenait plus le nom de la maison.


*au lieu de resté figé comme sa a disserté sur ce que je suis-je ferait mieux de l’aider.*

Il fit un pas de plus lorsque la jeune fille se tourna peut être avait elle entendu thomas et voulait lui dire de déguerpir, cependant lorsqu’il vu le visage surprit de la demoiselle il comprit qu’elle ne l’avait pas entendu et qu’elle s’était juste retourné pour regardé l’état dans lequel elle se trouvait. Thomas la fixa avec toute l’intelligence d’un poisson rouge avant d’essayée de se ressaisir.

*tu doit l’aidé la ! Pas la contemplé bouge toi idiot ! *

Il voulait parlée mais pour quoi dire ? Il voulait l’aidée mais avait peur de la géné, cela aurait certainement été plus facile avec une fille mais il n’était pas une fille et il se voyait mal allée cherchée une fille pour aidée la pauvre demoiselle. La seul chose qu’il était capable sur le coup c’était de la dévisagé de la tête au pied. Elle était rousse, avec des yeux bleu qu’il jugea magnifique sans s’autorisé a le pensée réellement. Alors qu’il la regardait de la tête au pied il comprit que il devait certainement la géné alors dans une tentative nul il essaya de lui faire oubliée qu’il la dévisageait une seconde plutôt il préféra essayé de se justifier de sa présence.

-je… je suis désolée je t’est vu dans le couloir… je ne savait pas si tu avait besoin d’aide donc euh… je me suis permis de venir pour voir si… tout allait bien…


*alors la t’est trop fort pour t’exprimée la elle va vraiment te prendre pour un imbécile tu ferait mieux de partir au plus vite avant qu’elle retienne ton nom et qu’elle te fasse une super réputation du crétin pas doué*

Il reprit

-je voulait juste t’aidée… mais je croit que sa ira…


Il s’en voulait vraiment de ce qu’il venait de débité qu’allait donc pensée cette jeune demoiselle de ce discours si… si… il n’y a même pas de mot pour le qualifié tellement c’était pathétique. Thomas baissa donc les yeux attendant un signe de la fille pour s’en allée. Tellement absorbé par la jeune fille il n’avait pas remarqué qu’un autre élève étant également présent et tendais a la demoiselle un lettre. Il sentit le rouge monté au joue il passait pour un idiot devant deux personne cela le poursuivrait surement longtemps.

HRP: j'avait écrit tout mon poste avant que adrian poste mais j'ai du allé mangé :p je t'est donc rajouté a la fin j'espère que sa ne dérange pas

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Naomah Farwell le 29.11.08 15:58

[HJ: pas de prob pour ma part, j'ai essayé de tout bien caler dans le timing ^^ par contre, si tu pouvais faire attention à la ponctuation et à l'orthographe, ce serait plus facile de te lire Smile]

Et voila... C'était le pompom! Elle avait déchiré sa belle robe... Et d'une façon telle qu'elle ne serait pas en mesure de la réparer elle-même, elle devrait le dire à sa mère, et encore une fois, elle se ferait remonter les bretelles. Pourtant, ce n'était pas de sa faute! C'était à cause de cette foutue armure! Elle lui aurait bien donné un coup de pied si cette dernière n'avait pas été de meilleure constitution sur bien des plans.
Occupée à en vouloir à l'armure d'être en métal, Naomah ne pensait pas encore vraiment à se sentir humiliée, même si les rires ambiants devaient finir d'attirer son attention.
A peine tournait-elle un regard noir vers ces crétins qu'un pouffsouffle apparaissait dans son champ de vision, étrangement bienveillant. Noa n'était pas préparée à ce genre de comportement. Juste au moment où elle allait se saisir de sa lettre, un peu brusquement et sur la défensive alors que les rires résonnaient au loin, quelqu'un d'autre attira son attention, en coin.
Le garçon se trouvait juste du côté de la déchirure dans sa robe, aussi changea-t-elle de priorité, et de mit-elle au devoir d'attraper les deux pans de sa robe pour les nouer entre eux. La robe était peut-être raccourcie en général, mais au moins, elle faisait tout le tour.

Le rouge aux joues, et se sentant d'autant plus humiliée que deux personnes gentilles se sentaient obligées de venir lui porter secours, elle pinça les lèvres pour empêcher les larmes de couler.
Une fois la proposition d'aide formulée, réplique un peu plus vertement qu'elle ne l'aurait voulu au serpentard:


Si tu veux vraiment m'aider, va donc faire taire ces idiots!


Au ton de sa voix, on sentait qu'elle essayait d'en imposer, entre le calme froid et la dignité à peine entamée, mais les petits trémolos en second plan ne laissaient aucun doute.; L'émotion était bien présente et manquait de la submerger.
Une fois le nœud bien serré au niveau de sa jupe, Naomah attrapa sa lettre d'un geste vif et chargé de colère. Elle en voulait au monde entier de ce qui s'était passé, et s'en voulait à elle aussi d'être tombée, de s'être ainsi humiliée.
La colère l'empêchait de formuler la moindre parole sous peine d'éclater en sanglots ou un truc dans le genre, mais consciente tout de même de devoir remercier les deux garçons pour leur gentille attention, elle restait là à attendre de trouver ses mots.
avatar
Naomah Farwell
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 97

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Ebène et poudre de fée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Invité le 29.11.08 16:49

Elle l'avait à peine remarquée qu'elle tourna la tête vers quelqu'un d'autre.
Un serpentard qui lui proposait de l'aide. Pas habituel pour quelqu'un de cette maison, mais la réputation du vert s'était rétablie par le simple fait qu'il lui avait manqué de respect en l'ignorant complètement et en proposant à son tour de l'aide à la jeune Serdaigle, en se fichant complètement de la présence du POufsouffle !
Vexé dans sa tentative, et énervé d'entendre tous ces rires autour, Adrian ne savait plus quoi faire.

Le jeune Serpentard ne savait même pas parler. Il était là, planté comme une potiche devant celle qui se faisait huer de tous côtés.
Elle lui demanda de faire taire tous ces gens, mais il ne réagi pas, et resta là sans rien faire.
Adrian le savait, dans ces situations, la meilleure solution est de modifier la cible des rires. Il n'aimait pas particulièrement se tournée au ridicule, mais le Serpentard, lui, qui voulait absolument aidé la magnifique rouquine, ne pouvait refuser !


- Et les amis, vous voulez vraiment rire? demanda Adrian en s'avançant vers le Serpentard. Il lui posa une main devant le nez, et demanda à l'assemblée; vous voulez savoir ce que je cache derrière ma main?

Personne n'osa répondre et les rires s'arrêtèrent. Le Serpentard essaya de le retirer mais Adrian appuya de toutes ses forces sur son pied afin de lui faire comprendre qu'il n'avait pas intérêt à bouger.
Une fille qui se croyait maligne s'avança vers eux. Elle avait les cheveux coiffés en chignon d'une couleur blonde pale, qui paraissait même blanche à la lumière. Elle devait être en troisième année et était adulée par toute ses amis qui semblaient l'admirer. En véritable chef de bande, elle était la seule qui n'avait rien dans les bras, alors qu'une de ses amis assez boudinette lui portait ses affaires.


- Ben tu lui caches son nez. N'essaye pas d'être drôle mec, ça te va pas.


Même si Adrian méprisa l'attitude de cette fille et ne rêvait que d'une chose; lui rétorquer quelque chose de méchant, il savait très bien que ce n'était pas la chose à faire pour arranger la situation.
De sa main, il pointa sa baguette vers l'autre main qui était placé devant le nez du serpentard. Celui-ci d'ailleurs était paniqué et ne savait plus quoi faire. Et de toute façon, il n'avait pas intérêt à faire quoi-que ce soit.


- Porcinez ! murmura Adrian à l'adresse de sa baguette.

- TADAM !

Le jeune POufsouffle retira sa main et laissa à l'air libre le groin qui trônait en maître au milieu du visage du Serpentard. Les rires fusèrent dans tout le couloir.

Le jeune métisse était fier du résultat. Pour un premier nez, c'était pas mal.
Enfin assez bien pour produire l'effet escompté. La jeune Serdaigle n'était plus du tout au centre des discussion et des rires, mais le serpentard au nez de Cochon.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Invité le 01.12.08 22:31

Thomas n’avait pas eu le temps de répliqué que l’autre idiot de poufsouffle lui lança un sort. Il ne s’y attendait pas et surtout il ne comprenais pas pourquoi il avait fait sa. C’est sur les rire n’était plus tourné vers la jeune fille mais pourquoi les avoir redirigé sur Thomas !!! Tandis que le groupe de jeune se moquait, Thomas pointa sa baguette sur son nez et murmura finite. Le sort prit fin, les dégât était réparé mais cette fois Thomas ne voulait pas ce laissé faire il c’était si souvent fait humilié lorsqu’il était petit pour laissé une occasion qui lui ferait une réputation de naze qui ne savait même pas ce défendre. L’autre jeune homme était tourné vers la demoiselle qui était tombé, Thomas trouvait sa déloyale mais avec sa pratique qu’elle que peu limité de la magie il ne devait pas hésité. Il pointât sa baguette sur le dos du Poufsouffle puis lui dit

-Tu veut joué ? tien attrape sa monsieur le pestiféré dit il en lui lançant un tube de pommade moldu.

Il y eu un moment d’incompréhension général, tout les regard se tournèrent vers Thomas. Ce dernier eu un grand sourire avant de lancer un

-furonculus

des furoncles commencèrent a poussé a vive allure sur le visage du jeune homme. Habituellement Thomas n’aurait pas agit de la sorte mais après tout ce dernier l’avait cherché. Thomas lança un regard au groupe mais cependant il n’y avait pas de rire juste des sourires car les élèves s’attendait maintenant a un duel entre les jeunes garçon… durant un instant Thomas paniqua qu’est ce qui lui avait prit de ce lancer la dedans ? ses connaissances ne lui permettrait pas de faire un vrai duel… mais après tout peut être était-ce de même pour l’autre élève il ne semblait pas bien plus âgée que lui. De plus il ne connaissait pas les règles des duels de sorciers. De plus s’il se battait se serait pour… une fille ? non, sa ne lui ressemblait pas surtout que la fille en question il ne la connaissait même pas !! il se tourna alors vers la charmante demoiselle

-vous vouliez que les rire s’arrête et votre ami le pestiféré
a exécuté mais ses méthodes laisse a désiré…


Il ne savait pas très bien quelle avis adopté par rapport a
la jeune demoiselle car c’était a cause de la phrase de cette dernière que l’autre idiot avait ridiculisé Thomas.


*non ce n’est pas sa faute a elle, elle n’ a pas demander cela.*

-enfin bref, je ne désirait pas vous importuné, je m’attendait pas ce qu’un pestiféré vienne cherché les ennuie.

Thomas ne recherchait pas les ennuie mais au fond… il en
voulait au jeune homme de l’avoir ridiculisé devant la jeune fille. Thomas
regarda le pauvre petit pestiféré qui ferait mieux d’allé vite fait a l’infirmerie ou bien d’arrêté le sort. D’ailleurs Thomas trouvât que sa lui allai bien comme surnom le pestiféré. Il eu alors un sourire qui en disait long. Il regarda le jeune homme guettant sa réaction, il ne savait certes pas parée mais il pourrait toujours tenté une esquive, il lui lança d’un ton narquois


-alors que va donc tu faire mon petit pestiféré ?

Il gardait sa baguette bien en main, prêt a toute perspective.

[post édit: désolé c'est pas super mais pas l'inspi pour recomméncer toute une rélféxion sur le sujet]


Dernière édition par Thomas Warden le 11.12.08 19:34, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Naomah Farwell le 08.12.08 22:29

Naomah était occupée à pouffer bêtement dans son coin, très amusée par tout ceci et soulagée de se sentir loin des regards grâce aux deux garçons. Un moment, quand le garçon de poufsouffle s'était approché de l'autre, elle avait pensé s'en aller discrètement et filer vers la volière sans demander son reste, voyant là l'occasion d'échapper au cas de conscience qui se posait à elle, mais finalement, le spectacle avait commencé, elle s'était laissée entraîner, et n'avait plus bougé.
L'attention revenant en partie sur elle, voila qu'elle se prenait à regretter de ne pas avoir filé sans demander son reste. Quoi que... Non, et elle se remit à sourire en jetant un coup d'oeil en coin à celui de poufsouffle.
Cette guerre des appendices valait vraiment le coup.
Alors que le serpentard lui parlait, elle ne put retenir un rire un peu moqueur, franchement amusée. Le plus elle les regardait tous les deux, et le plus elle avait envie de rire. La main devant la bouche pour s'empêcher de pouffer d'une façon qui ne se fait pas pour une lady, elle laissa tout de même échapper un autre gloussement.


Vous êtes idiots, mais vous êtes marrants.

L'air d'un chat devant un combat de souris, elle fit quelques pas de côté pour mieux voir le poufsouffle et leur murmurer sans que les autres spectateurs ne l'entendent.


Vous allez vous battre?

L'enthousiasme sembla tout à coup laisser place à l'effarement alors qu'un problème majeur se posait à ses yeux et qu'elle se tournait à nouveau vers le serpentard, les sourcils froncés pour mieux l'aider à réfléchir. Non, vraiment, le tableau ne collait pas. Comment pouvait-on faire s'affronter un bubobulbe et un cochon?! ça manquait totalement de romanesque... Quel gâchis! Que devenait donc les grands duels à coup de sortilèges explosifs?!


[HJ: édité...]


Dernière édition par Naomah Farwell le 12.12.08 0:52, édité 2 fois
avatar
Naomah Farwell
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 97

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Ebène et poudre de fée

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Invité le 09.12.08 17:35

Vous allez vous battre?

La question avait tout les droits d'être posée. Après tout, ça en avait bien l'air, d'un duel.
Mais Adrian avait du mal à réfléchir, tant ses boutons lui faisaient souffrir le martyr. Les furoncles, parfois aussi grosse qu'une pouce, recouvraient la quasi totalité de sa peau. Son visage le brûlait à la moindre expression, et lorsqu'il essaya d'agripper sa baguette dans sa poche, il hurla intérieurement de douleur lorsqu'il frôla le tissu de sa poche. Le Serpentard était content de lui. Il ne cessait de l'appeler "le pestiféré", surnom qui aurait eu plus de crédibilité si il n'était pas entrecoupé de " Grroh Grog " et de rires porcins.
Ce Serpentard l'énervait de plus en plus. Quelle idée de lui faire pousser des boutons. Non mais, un groin, ça peut être "mignon", mais des boutons partout sur le corps...

Il devait trouver un moyen de faire partir ces horribles furoncles, et de clouer le bec à ce Serpentard. Serpentard qui, soit-dit en passant, avait eu un comportement très puéril. Mais après tout, lui aussi n'avait-il pas un comportement enfantin? Qu'est ce qui le différenciait de cet idiot de Serpentard? Même si les raisons étaient différentes, les actes, aussi stupides soit-ils, étaient là.
Que l'on fasse pousser un nez de cochon pour attirer les rires de la foule qui étaient alors tournés vers une fille, et faire pousser des furoncles pour se venger de son groin, c'était pareil.

Mais tout ça n'arrangeait rien à la situation, et Adrian souffrait à quache mouvement de sa peau contre ses vêtements.

La jeune Serdaigle riait. Si absorbé par ses spots, Adrian ne l'avait même pas remarqué. L'essentiel avait été fait. Le truc, c'est que les gens riaient. Pas parce que Adrian venait de dire une blague, mais parce qu'ils se moquaient de lui. Le Serpentard était toujours aussi fier de lui, et riait comme un porc avec les autres, qui à chaque " Grroh Grog " riaient de plus belle.

"Vous allez vous battre?" La question résonnait encore dans sa tête, même si elle n'avait été que murmurée, elle occupait toute la place dans son subconscient. Au diable les comportements raisonnables d'adultes, il n'avait que 11 ans après tout !


- Rictusempra !

La phrase sifflait entre ses deux incisives, et des étincelles jaillirent de sa baguette pour atteindre le Serpentard.
Celui-ci se jeta à terre et hurla de rire. Le spectacle était d'autant plus ridicule qu'il ne riait pas comme un humain, mais plutôt comme un cochon qu'on égorge. Tout le monde dans le couloir et même plus loin ne pouvaient plus se contenir. Adrian lui même avait du mal à s'empêcher de lâcher un petit rire.

Qu'allait-il faire maintenant avec ces saletés de furoncles sur son corps? La douleur, intense, et l'envie de rire n'étaient vraiment pas compatibles. Il voulait s'enfuir. Il voulait ne jamais avoir été gentil. Jamais avoir aidé cette Serdaigle qui, après tout, n'avait qu'a affronter les regards des autres toute seule, car elle les voyait, elle.

Non, Adrian n'était pas comme ça. Il chassa ces pensées de sa tête et tourna le dos au Serpentard. Il souffrait. Sur son visage, rien ne ressortait, mais il bouillonnait de l'intérieur. L'infirmerie. Il devrait y aller. Et ces gens qui ne se doutaient en rien de sa souffrance. Et cet imbécile de Serpentard qui ruait le sol de coup en suppliant, comme-ci ce même sol allait pouvoir l'aider à stopper ce rire immonde.



HJ : 2dité, on va pouvoir reprendre ! =D


Dernière édition par Adrian Kaze le 09.12.08 21:04, édité 2 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Sans les dents [libre]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum