Celui qui venait d'arriver [Libre]

Aller en bas

Celui qui venait d'arriver [Libre]

Message  Invité le 27.10.08 18:23

Cosmo venait tout juste de se familiariser avec la salle commune des Poufsouffle. Hier soir avait eu lieu la cérémonie de la Répartition : aussi éprouvante que déstabilisante. Maintenant, sa seconde 'famille', serait la maison des jaune et noir. L'avantage de Cosmo était qu'il n'avait aucun a priori concernant les maisons. Il ne les connaissait pas vraiment. La seule chose qu'il avait en mémoire était que son frère était allé à Gryffondor, et en avait gardé une grande fierté. Quant à sa soeur, elle était passée par Serdaigle et en parlait toujours avec passion. Il avait donc la certitude que ces sept années d'études qui commençaient allaient totalement le changer. Et c'était tant mieux.

Jusqu'à présent, il n'avait jamais quitté York, là il se retrouvait loin de tout cela. Sa mère lui avait demandé de lui envoyait des nouvelles de temps en temps, histoire qu'ils soient rassurés quant à son arrivée. Il le ferait, bien entendu, mais pas de suite. Ce matin même, il avait eu ses premiers cours. Les professeurs leur avaient de suite annoncé la couleur : même si ça changeait de tout ce qu'ils avaient connu jusqu'à présent, ce n'était pas des vacances. Il faudrait travailler dur. Et ça, dans l'immédiat, Cosmo ne le comprenait pas vraiment. Il avait déjà de petits exercices à faire, mais les ferait plus tard. Hors de question de s'acharnait déjà sur des exercices obscurs dès le premier jour de rentrée !

Par habitude, une fois les cours terminés, il avait enfilé ses chaussures de claquettes. Une petite manie qui était la sienne, il ne pouvait pas s'empêcher des pas au gré de son inspiration, tout en marchant. Il avait aussi amené son violon et quelques livres de pièces de théâtre. Il n'était pas encore allé à la bibliothèque mais espérait qu'ils avaient des pièces de théâtre, autant moldues que sorcières. C'était d'ailleurs le seul rayon qui l'intéressait vraiment quand il se rendait dans ce lieu de culture...

Il cheminait désormais dans les couloirs, curieux de tout, jetant des coups d'oeil un peu partout, pour se repérer les lieux. Arrivé au bout d'un couloir, il avait deux choix : tourner à droite ou emprunter les escaliers. Il opta pour la seconde option, afin de découvrir l'étage supérieur. Toutefois, alors qu'il fut engagé au milieu des marches, l'escalier se mit à bouger.


- Oulà... c'est quoi ça ? Fit-il, légèrement paniqué.

Il leva les yeux au-dessus de lui, s'entre-croisaient un grand nombre d'autres escaliers. Le bâtiment de Poudlard était impressionnant, on avait le sentiment qu'une vie d'homme entière ne suffisait pas pour en connaître tous les recoins.
L'escalier pivotait très lentement, Cosmo finit par trouver son équilibre, et trouvait même la situation amusante. A mi-voix, il se mit à chantonner un petit air entrainant tout en esquissant des pas de claquettes. Le bruit des chaussures sur le marbre des escaliers raisonnaient pas mal, il ne s'en rendait toutefois pas, et continuait son petit numéro, s'emportant de plus en plus au fil de ses pas, sur un rythme que lui seul connaissait.

Cosmo se laissait toujours entrainé par le son des claquettes qui cognaient en rythme, il lui fallut un certain temps pour percuter que l'escalier s'était arrêté, et qu'au bout de celui-ci, quelqu'un l'observait.


[Libre]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Celui qui venait d'arriver [Libre]

Message  Invité le 27.10.08 19:42

Les premiers jours à Poudlard sont, pour tout élève qui se respecte, les plus importants. Plus pour ceux qui débutent dans le milieu de la magie que ceux qui ont déjà une demi-douzaine de frangins dans l'école, mais quand même, ces premières impressions étaient les plus importantes. Déjà, la découverte du château impressionnait à tous les coups, même pour ceux qui l'avaient déjà vu en photo ou se l'était déjà vu décrire par une tierce personne. Ensuite, la grande salle et la répartition, le vieux chapeau moisi, le banquet aux couverts d'or et le décor magique qui ne laissait personne indifférent. À chaque année, ça ne ratait pas : au minimum les trois quart des élèves poussaient un 'oh' admiratif une fois la porte de la salle franchie, et ça se comprenait.

Pas de plafond, une longueur indéterminée, quatre tables généreusement garnies de mets fumants et alléchants, une cinquième où s'alignait une brochette de professeurs sinistres, un trône d'or pour le directeur, des bougies partout et une ambiance féerique. Après avoir survécu aux premières impressions du décor et à la répartition, la suite du palais : les premiers escaliers, les dortoirs, les camarades de classe, la première nuit loin de chez soi, parfois la première ailleurs pour certains. Et le lendemain, enfin la rigolade : premiers cours, premiers profs, premières récrés. Des cours passionnants si l'on exclu celui d'histoire de la magie, des profs sévères pour la plupart, excentriques pour d'autres, des récrés trop courtes pour partager avec entrain ses premières impressions, et tous ces premières années qui ne cessaient de papoter avec le premier venu pour confier à quel point il était impressionné par Poudlard, et à chacun d'y mettre son grain de sable.

Ael faisait partie, avec son frère Orphan, de ces premières années à la fois timides et curieux, semblant pour certains connaître le château tandis que d'autres peinait encore à trouver les toilettes –c'est à ça que servent les préfets, me direz-vous. La veille au soir, elle venait de se faire répartir dans la maison des bleus, les Serdaigle érudits et travailleurs, qualifiés de maison des intellos par certains Serpentards hypocrites qui ne valaient guère mieux que les âneries qu'ils débitaient à longueur de journée. La gamine avait fait partie de la bande des émerveillés qui se seraient pris les pieds dans un tabouret en regardant avec admiration le plafond de la grande salle tellement elle le trouvait beau. Son frère, au contraire, semblait garder les pieds sur terre et avait préféré continuer comme à son habitude à veiller sur elle plutôt que de s'étonner avec elle de toutes les merveilles du château –par ailleurs, il avait déjà trouvé une merveille bien à lui, mais cette histoire lui appartient.

Lui aussi avait été envoyé, au grand bonheur d'Ael, dans la maison des 'intelligents' et elle avait pu avec une certaine euphorie l'attendre à la sortie de la salle commune pour aller avec lui au petit déjeuner. Cette soudaine liberté lui plaisait beaucoup et, malgré le fait qu'elle serrait toujours avec son frère vu qu'ils avaient le même âge et la même maison, elle ne pouvait s'empêcher de rêver de sortie nocturne, d'escapades aventureuses et d'autres folies qui faisait le propre de l'innocence enfantine. Le discours du directeur l'avait fait rêvé, et elle aimait déjà l'ambiance; elle n'avait cessé durant la nuit d'établir des plans pour obtenir le code de ses camarades et avait, dès qu'elle s'était retrouvée seule, récupéré le sien. Après le déjeuner était venu les cours, et Ael avait pu avec bonheur découvrir toutes les merveilles de la sorcellerie : Potions, métamorphoses, sortilèges ... Même si ces premiers cours n'avaient été essentiellement que de la théorie, elle en était sortie avec des idées pleins la tête et des rêves gargantuesques à donner le vertige à n'importe quelle personne sensée.

La journée avait filé à vive allure et la fin des cours avait enfin sonné, chargeant les élèves de divers devoirs à rendre à leur professeurs. Songeant que le travail pouvait bien attendre, Ael fila au dortoir en semant son frère au passage, au grand désespoir de celui-ci. Malgré qu'ils aient le même âge, Orphan ne pouvait s'empêcher d'avoir tendance à toujours protéger sa sœur, autant par affection pour elle que par peur qu'il lui arrive quelque chose; essayez d'approcher Ael en présence de son frère et il vous passera aux rayons x avant même que vous n'ayez pu lui adresser la parole. Néanmoins, la gamine adorait son frère, mais elle préférait au combien ses moments de liberté quand elle arrivait enfin à abandonner son 'aîné' dans les escaliers. Arrivée au dortoir, elle avait filé dans sa chambre et avait sorti du double-fond de sa valise le carnet à dessin et la trousse qu'elle y avait rangé. Elle avait troqué ses livres de cours contre son matériel d'artiste et était sorti à vive allure du dortoir, cherchant rigoureusement à éviter son frère qui l'aurait étranglé de questions avant qu'elle n'ai pu faire un pas.

Enfin libre, elle avait descendu à vive allure les escaliers, essayant d'éviter au possible ceux qui bougeaient. Au premier étage, alors qu'elle espérait enfin arriver un jour dans le parc où elle comptait remplir son carnet d'esquisses, elle s'était retrouvé à n'avoir aucuns escaliers devant elle et devoir attendre que l'un d'un s'arrête. Et il s'avéra que, sur celui qui se stoppa devant elle à ce moment, un jeune garçon habillé de l'habituelle robe noire de Poudlard et avec un blason jaune épinglé sur le poitrine dansait des claquettes. Il avait à ses côtés quelques livres et un étui de violon, tandis que ses pas de danse italienne résonnait dans la cage de l'escalier du château. Ael l'observa un instant en silence, jusqu'à ce qu'il se rendit compte que l'escalier s'était arrêté et qu'une jeune fille l'observait. La gamine sourit quand il remarqua sa présence, se voulant amicale. Elle hésita un instant, puis engagea la conversation :


« Salut, j'm'appelle Ael ! T'es nouveau aussi, non ? Comment tu t'appelle ? »

Elle sourit à nouvelle de son sourire angélique qui lui était caractéristique. Elle détailla sans le vouloir vraiment le garçon : une taille normale, du moins s'il était en première, une tignasse châtain, des yeux profonds qui semblaient de couleur différente, un air étonné et mystérieux. À vrai dire, il avait l'air plutôt mignon pour un garçon. Restait à savoir s'il était sympa et s'il allait lui répondre positivement ou s'il avait plutôt envie de lui coller une et d'aller voir ailleurs. Ael pria intérieurement pour la première option : à part son frère et deux serdaigles qu'elle avait rencontré dans le train, elle ne connaissait personne ici, et avait hâte de se faire des amis.


[Excuse le roman, j'me rends pas compte que j'écris beaucoup ^^"]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Celui qui venait d'arriver [Libre]

Message  Invité le 28.10.08 15:00

La première journée avait été, aux yeux du jeune Brown, à la fois fascinante et ennuyante. Que de théorie... Il s'y était attendu, bien sûr, mais quand se retrouve face à des professeurs qui débitent des connaissances qu'ils qualifient de basiques, il n'est pas toujours évident de rester concentré. Pour Cosmo, en tout cas, c'était plutôt difficile. Il avait fait des efforts, en cours d'Histoire de la magie surtout, pour ne pas être catalogué dès le premier jour, mais tout de même... vivement les exercices pratiques ! Particulièrement en métamorphose ! Même s'il n'en avait jamais fait jusqu'à présent, ce qu'il avait pu en voir de ses parents, de son frère et de sa sœur le captivait. Cette facilité avec laquelle on pouvait transformer les choses, changer l'état premier d'un objet en donnant l'illusion que ce qui avait été jusque-là, n'était plus. Il n'avait pas encore eu de cours de métamorphose et espérait que le professeur serait bien.

Il y avait tant à découvrir dans ce nouvel univers qu'était l'école de Poudlard et à chaque pas que faisait Cosmo, il lui semblait entrer à chaque fois dans une sorte de bulle d'apprentissage, ou tout était nouveau, passionnant, et serait à sa portée, au fil des ans. Il n'en reste pas moins que s'emporter dans des pas de claquettes au beau milieu d'un escalier en train de bouger n'était pas la meilleure façon de rester discret. Il n'y était pour rien vous dirait-il, les claquettes il avait ça dans le sang et ne pouvait s'en empêcher, quand son esprit se met à valdinguer sur un air qui lui est propre. Cependant, il ne s'attendait pas à avoir un public, aussi réduit soit-il. Constatant qu'une jeune fille était présente, devant les escaliers, il s'arrêta net dans ses pas, les joues un peu rougies par l'effort et la honte. Il savait parfaitement que bon nombre d'enfants de son âge trouvaient les claquettes totalement ringard et dépassé. Il ne voulait pas se faire trop trop remarqué à peine arrivé.

Un peu gêné, il passa ma main derrière sa nuque, et observa l'autre élève. Elle semblait toute aussi petite que lui, peut-être une première année, qui sait ? Ce serait l'occasion de faire un peu connaissance avec des élèves qu'il retrouverait durant ses cours. Elle-même parut avoir la même idée, et l'interpela dans un sourire. Elle avait l'air gentille, et était plutôt jolie avec ses cheveux qui lui tombaient sur les épaules, ses yeux brillants et son sourire d'ange. Elle lui parla d'une voix claire et sincère. De toute façon, Cosmo n'était pas du genre méfiant, pour lui, tout le monde était sincère. Sa naïveté le perdra surement un jour, mais pas de suite. Naïf peut-être, mais il parvenait toujours à déjouer ceux qui se moquer de lui, même si cela prenait parfois du temps.

D'ailleurs, la nouvelle coupe des maisons l'angoissait quelque peu. Il aurait eu quelques années de plus, et de l'expérience dans le domaine de la magie, sans doute prendrait-il ce nouveau principe avec envie, n'ayant comme unique but que de vérifier s'il était assez fort et rusé par rapport aux autres. Oui, mais là il n'était que première année, et mis à part des sortilèges basiques dont il s'était déjà un peu essayé (avec de maigres résultats), il ne voyait guère, dans l'immédiat, comment récupérer les codes d'autres élèves. Il avait également récupéré le sien, qui l'avait un peu étonné. Il ne s'attendait pas à une oeuvre moldue, oeuvre que sa mère l'avait invité à lire, et qu'il avait grandement apprécié.

Ne nous éloignons toutefois pas, l'interlocutrice s'était présentée sous le prénom d'Ael. Plutôt original. Le jeune Brown lui répondit à son tour, tout en récupérant son étui à violon, et en descendant les marches qui le séparaient de la jeune fille.


- Moi c'est Cosmo, enchanté. J'suis en première année, ouep. A Poufsouffle. Fit-il en indiquant du doigt le blason des jaune & noir sur sa robe de sorcier.

- Je ne pensais pas... je pensais être seul, désolé. Ajouta-t-il sur un ton d'excuse quelque peu inutile. En quoi l'avait-il dérangé concrètement ? Ce n'était pas lui qui avait incité l'escalier à bouger.

- C'est vraiment grand ici, tu ne trouves pas ? Questionna-t-il enfin, tout en embrassant du regard la quantité d'escaliers accumulés dans ce lieu.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Celui qui venait d'arriver [Libre]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum