[RP] Je suis en retard, en retard ...

Aller en bas

[RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Benjamin W. Harris le 04.10.08 23:06

    Informations RP :
    Date : 1er Septembre 2008
    Heure : 20h30
    Contexte : La cérémonie de répartition commence.
    Précisions : RP collectif, ouvert à tous. Je répondrai et introduirai mon personnage dans la Grande Salle dès les premières réponses postées. Bon jeu !


Spoiler:
    Informations personnage :
    Nom : Harris ;
    Prénom : Benjamin William ;
    Date de naissance / Âge : 07.02.1968 / 40 ans ;
    Lieu de naissance : East Bridgewater, Massachusetts (United States of America) ;
    Sexe : Masculin ;
    Profession : Avocat ; Enseignant ;
    Situation familiale : Célibataire ; Sans enfant.

    A la fenêtre de son bureau, orientée vers l’Est, le ciel, le soleil et les montagnes finissait de jouer leur spectacle magnifique aux couleurs orangées, sans qu’il y prête attention. Si ce tableau était apparu pour son dernier jour à l’école il s’en serait, sans doute, inquiété, or, aujourd’hui, l’année ne faisait que commencer et il aurait encore l’occasion de pouvoir apprécier la représentation, s’il ne se faisait pas renvoyer, dès son premier jour d’exercice en tant que Directeur de l’Ecole de Sorcellerie Poudlard.

    Il était affalé sur son siège, une jambe pliée croisant l’autre, une main tripotant machinalement quelque chose au-dessus du bureau qui était maintenant le sien et qui, pourtant, servait de support à des tas d’objets et de parchemins n’appartenant qu’à un homme qu’il n’était pas, Albus Dumbledore.

« - Oui ?
- Hein ?
- Vous avez murmuré mon nom …
- C’est quoi ce bo-
- Silence ! »

    Benjamin avait manqué de tomber de son siège, surpris par cette voix qui s’était élevée de nulle part ou, peut-être, du plafond. Il se releva d’un bond pour tourner frénétiquement sur lui-même à la recherche d’une silhouette se tenant, avec lui, entre les murs de ce bureau ; mais il n’y trouva personne, comme derrière les rideaux, l’intérieur des gros meubles ou les coins de la bibliothèque en mezzanine.

    Il n’avait, jusque là, pas été fiévreux ou particulièrement stressé à l’idée de cette rentrée ; aujourd’hui, il n’avait même pas bu une goutte d’alcool, comment se faisait-il qu’il soit alors sujet à d’aussi réalistes hallucinations ? Le doute chevillé à l’esprit il reposa ses avant bras sur la rampe en bois du petit balcon qui donnait sur l’entrée de la pièce mais, et surtout, sur une dizaine de cadres qui pour la plupart, affichés au-dessus de la porte de chêne, encadrés le portrait de divers hommes d’un certain âge.
    Parmi elles toutes, c’est la toile la plus au centre qui attira l’attention du nouveau Directeur car sur celle-ci se dessinait un vieillard dont les longs cheveux argentés lui tombaient sur le visage pour se mêler à sa barbe qui semblait être peignée avec soin. Malgré une peau plus lâche et des traits qui témoignaient d’un stade de fatigue avancé, Dumbledore était reconnaissable par des accessoires caractéristiques semblant pourtant sortir tout droit d’une caricature moldue : un chapeau pointu étoilé sur la tête, des lunettes en demi-lune sur un nez asymétrique ou, encore, la couleur violette d’un bout de robe que l’on devinait au bas du cadre. Cette-fois, Benjamin ne s’étonna pas d’entendre la voix s’élever, ni même de voir les lèvres du portrait de son prédécesseur, bouger comme s’il était vivant.

« - N’êtes-vous pas en retard ?
- N’êtes-vous pas mort ?
- Ne me dites pas que c’est la première fois qu’un portrait vous fait la conversation ? Ahah.
- De l’autre côté de l’atlantique, vous savez, là où le temps n’est pas resté figé aux années 1900, nos fantômes préfèrent investir des postes de télé ou les ondes-radio plutôt que de vielles croutes mal encadrées.
- Vous êtes jeune et vulgaire ; pourquoi ont-il fait appel à vous ?
- Vous étiez sénile et réac’ ; ça répond à votre question ?
- Il est 8h30 passées.
- Picsou s’est réincarné en horloge-parlante ?
- Pic- ? … Je vous signale simplement que vous auriez dû vous trouver dans la Grande Salle depuis une dizaine de minutes déjà. Arriver en retard pour son premier jour en tant que Directeur n’est pas du plus bel effet.
- Que savez-vous de l’effet que je veux donner à mon entrée ? »

    Un silence interrompt enfin la théâtrale conversation, Benjamin se retourna vers les étagères pour admirer la consistance de cette Bibliothèque dont il n’avait pas encore lu le titre des livres. Entre deux coups d’œil sur les pages jaunies de vieux grimoires il répondait avec nonchalance à l’ancien Directeur qui, lui, prenait un ton plus grave.

« - C’était donc vrai.
- Qu’est-ce qui est vrai ?
- Que mes méthodes ne seront pas les votre.
- Depuis combien de temps m’espionnez-vous ?
- Depuis que vous m’avez réveillé de ma sieste en allumant ce feu pour y discuter au travers avec votre ami. »

    Après « La chasse aux sorciers », qu’il referma en entendant ces mots, le nouveau Directeur n’ouvrit pas d’autres ouvrages, calibrant son esprit, sa vue et son ouïe sur l’unique portrait qui souriait.

« - N’est-ce pas ? Vos méthodes ne sont pas les miennes, Mr Harris.
- Mais mes intentions le sont.
- Je ne pense pas.
- Je n’en attendais pas moins d’un mort. »

    Dumbledore rit ; Benjamin, lui, sortit sa baguette.

« - Vous savez, Albus-
- Professeur Dumbledore.
- Vous savez – Professeur Diabétique – je me sens très concerné par la mission qui m’est confié et, pour vous le prouver, je vais prendre, dès maintenant, mon rôle au sérieux avec une mesure qui me fera gagner, j’en suis sûr, beaucoup d’efficacité : je ne pourrais vous accorder de mon temps à chaque fois que votre douleur aux reins vous poussera à critiquer mon travail, ainsi, je crois qu’il est temps de se dire au revoir.
- Vous êtes quelqu’un de- »

    Sans même une incantation, le coup de baguette donné par Benjamin retourna, non seulement, le portait de Dumbledore mais aussi toutes les autres toiles de la pièce qui laissèrent alors apparaitre sur les murs du Bureau un inesthétique éparpillement de châssis de tableaux rongés par les divers maux du temps.
    La pendule affichait maintenant 20 heures 51 minutes, la cérémonie était commencée depuis vingt bonnes minutes et la quarantaine d’élèves à répartir devait être déjà bien entamée, voir arrivée à sa fin : il était temps pour lui de faire son entrée.


Dernière édition par Benjamin W. Harris le 30.10.08 15:39, édité 1 fois
avatar
Benjamin W. Harris
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 7

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de pommier, poudre de dents de Clabbert, parfaite pour les sorts de protection.
• Commentaire d'Ombrage  : Humour juste pourrave.

Suis amoureuse de lui ** (ce qui n'a rien de glorieux quand on voit P, je précise.)

-> C'est Leanne ça, non ? P ? ( Canelle va le buter le sandwich ! )

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Lulli Saarven le 05.10.08 17:03

« Je suis en r’tard en r’tard en r’tard ! »


Voilà deux jours que Lulli se visionnait les Disneys à la suite, et là, il s’agissait d’Alice in Wonderland. ( Ouai, en VO quoi ! La classe). Il avait – sans savoir comment – réussi à faire de la Salle sur Demande une salle de cinéma Moldu. Avec du popcorn à volonté. Ils n’étaient pas nombreux à Poudlard pendant ces deux jours, certains préparaient leurs salles, d’autres nettoyaient armures & tableaux. Lui avait nettoyé des instruments de musique, amené sa réserve de film et ses cigarettes, et avait réaménagé la bibliothèque. Et la Salle de Divination, car oui, maintenant, il était professeur de Divination. Bon. Revenons-en au Lapin Blanc & à Alice. C’est traumatisant pour un gamin, ce genre de film, se disait-il. Non, mais vraiment. La Reine de Cœur qui gueulait à tout bout de champ « Qu’on lui coupe la tête », la Chenille qui fume le narguilé, les Jumeaux à moitié timbrés et le sourire de Chat de Chester… Brrr, ça lui faisait froid dans le dos.

Un coucou sonna les 19h. … 19h, de quel jour ? Oh. Oui. La Répartition des Minimo… 1ères années. Il écrasa sa Marlboro, avala les dix derniers popcorns, but une gorgée de son Malibu Ananas, et se leva du fauteuil en cuir en souriant. Il se rappelait des élèves qu’ils étaient, paniqués ou heureux, impatients ou envieux de retourner chez eux, intelligents ou ignares… Il y en avait de toutes sortes. Et aujourd’hui, ce soir, Lulli serait à la place d’un professeur. Il en a le cœur qui bat fort, fort.

D’un pas rapide, il se rend dans ses appartements. Luxueux. Décorés à SA manière, c'est-à-dire, un côté sobre, un côté excentrique. Des étoiles noires et des touches turquoise de partout. Mais surtout du noir, du gris et du blanc. Tous les fauteuils et sofa en cuir. Il n’était pas temps de faire le tour de l’appartement, il était pressé, et il se rendit à sa chambre en chantonnant « Un matin de mai fleuri ».

Il ouvre le placard, choisit une tenue plutôt inhabituelle, un pantalon en jean noir collant, un blanche, et par-dessus tout ça, enfile une robe de sorcier gris perle (j’aime bien cette couleur), avec un « P » (pour professeur), écrit en turquoise. Des chaussures à mini talon plat, noires, et il était prêt. Un zeste de parfum au chocolat, un coup de peigne, et il était parfait. Il noua une cape noire autour de ses frêles épaules enfonça sa baguette dans une poche intérieure de la cape.

Il était à l’heure, avant les élèves. D’un air de petit garçon émerveillé, il redécouvrit la Grande Salle, décorée, comme à son arrivée ici. Il n’osait plus bouger, il voulait redevenir enfant et arrivé ici, effrayé, comme ceux qui n’allait pas tarder. Il avait de recommencer sa vie ici, de rire avec les Serpentards, de s’enfiler des bouquins, de plus en plus… Un toussotement le fit sursauter, et il réalisa qu’il bloquait l’entrée. Il avança, dans un silence qu’on pourrait qualifier de religieux s’il était croyant. Il se perdait beaucoup dans ses souvenirs en ce moment. Lulli se coula jusqu’à la table des Professeurs, avec un frisson non contrôlé. Il s’assit. Les autres professeurs n’étaient pas tous là. Le nouveau directeur non plus, d’après les murmures autour de lui. Pour se calmer, il fixait le verre bordé d’or qu’il avait devant son nez, déjà rempli de vin. Il n’aimait guère le vin, lui qui avait passé trois ans à se pinter la face à la Vodka et au whisky. Il ferma les yeux, et se força à se repasser Alice au Pays des Merveilles, de ne pas penser à là où il était.

En r’tard en r’tard en r’tard.


Des voix s’élevèrent de l’entrée. Il releva la tête, rouvrit les yeux et déglutit avec difficultés. Pour une rare fois de sa vie, Monseigneur Lullimien paniquait. Tout les 2ème jusqu’aux 7ème années s’étaient installés. Les nains de jardins arrivaient. Ilse mordit la lèvre. Il jeta un coup d’œil rapide aux Serpentards. Pas mal du tout. A, B. Lulli regarda sa main étoilée. Nostalgique.

En r’tard en r’tard en r’tard. Le Directeur l’était.
Et Lulli voulait se faire couper la tête.
avatar
Lulli Saarven
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 11

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Commentaire d'Ombrage  : C'MA Lulli.
Et je veux un hugs.
Lulli est un mec T__T

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Artemis Lone le 06.10.08 20:05



En retard, en retard ... Tout le monde était en retard.


Tout le monde, à commencer par Artemis. Pour sa crise d'adolescence, qu'il avait faite six mois plus tard que ses sœurs, avec un effet plutôt dévastateur : Une démolition massive de sa chambre et une tentative de suicide foireuse qui n'avait aboutit qu'à une déprime prolongée pour le reste des vacances. Parce que le gamin en avait marre de se faire traiter ainsi, qu'il avait décidé de changer, de refaire sa vie, de recommencer tout à zéro. Cela signifiait aussi oublier tous ceux qu'il aimait, les repousser dans un coin de sa mémoire, les oublier, les éviter, pour tenter en vain de rester ce garçon renfermé qu'il était devenu presque malgré lui pendant ces vacances. Un garçon solitaire, mystérieux, un peu sur les nerfs, perdu dans ses pensées, en colère contre lui-même, soucieux, pensif, coupable; un garçon qui aurait voulu tout oublier. Qui aurait voulu L'oublier. Mais était-ce possible ?

Et puis ensuite, le Poudlard Express qui avait dix minutes de retard, juste pour laisser arriver les petits derniers et leur montagne de bagages, qui avaient pris une heure à embarquer, à embrasser une dernière fois leurs parents, et qui avaient encore continué à leur faire des signes de la main. Et cette bande de Poufsouffles qui avaient envahi le wagon d'Artemis, cette charrette de bonbons qu'il avait refusé de dévaliser, ce voyage morose et affligeant, cet air résigné et nostalgique qui ne le quittait pas. Cette pensée qui l'obsédait, qui le tourmentait, et à laquelle pourtant il se refusait. Il refusait de repenser à Elle. C'était trop dur. On se rappelle, juste pour oublier ... Mais il n'arrivait pas. Surtout après l'avoir revue sur le quai, avoir repensé à ses bonnes résolutions, et ce mot maudit. Après s'être rappelé pourquoi il voulait cela; après avoir oublié pourquoi il ne voulait pas. Et les calèches qui avaient aussi du retard, avec ces bestioles attachées au devant qu'il savait invisibles, ces sombrals que seuls voyaient ceux qui avaient déjà vu la mort. La bande de Poufsouffles qu'il avait retrouvé, à son grand regret, et ce voyage chaotique qui s'était encore étiré en longueur. Et puis, au détour d'un tournant, il avait enfin vu le château. Un pincement au cœur, un coup d'œil en arrière; il était sans doute déjà trop tard pour revenir en arrière. Le train était sans doute déjà reparti pour Londres, abandonnant Artemis à son triste sort, celui d'affronter son passé. Il n'était parti que depuis deux mois de Poudlard, mais une seule journée avait réussi à transformer ces vacances en une éternité.

Arrivés au château, enfin. En retard, toujours, tout le monde, tout le temps, pour bien commencer l'année. Un bruit monstrueux lorsque les élèves s'installèrent enfin dans la grande salle. Artemis, plongé dans son assiette, évitait au possible de regarder autre chose que les fines dorures qui l'ornaient. Néanmoins, une réplique incluant le mot 'préfet' attira son attention et lui fit lever la tête. Il la vit, souriante, assise à l'extrémité de la table. La conversation qu'il avait surprise évoquait les nouveaux préfets de l'année, et une attention plus précise lui appris, ô surprise, que Valentin avait effectivement réintégré son poste. Quant à l'autre préfet ? Il sentit son cœur se serrer, et replongea immédiatement dans son assiette en apprenant que c'était Elle qui avait été nommée. Il n'était pas jaloux d'avoir été démis de son poste, loin de là, c'était beaucoup mieux pour lui de n'avoir plus à porter cette charge; cela lui éviterais au moins d'être aussi connu que l'année derrière. Non, ce qui lui torturait les tripes, c'était de savoir que c'était Elle qui avait hérité de son poste, Elle qui ... Artemis ferma les yeux en prenant bien soin de ne pas se laisser distraire, essayant en vain de ne penser à autre chose qu'au fait qu'il lui aurait bien été utile en ce moment d'être Occlumens. Mais il était n'était pas assez doué en Défense Contre les Forces du Mal; Il ne l'était pas, il ne l'avait pas été. Il comptait le devenir, se mettre enfin à étudier, à avoir de bonnes notes, reprendre sa place de Serdaigle, prouver que Serdaigles, ce sont les intelligents ! ... Un autre pincement au cœur. C'était Elle qui lui avait dit ça la première fois, la première fois qu'ils s'étaient rencontrés. Dans le hall. Le jour de son retour, l'année passée. Le boulet gaffeur qui s'était pété la figuré sur son lacet en renversant toute sa valise, le préfet de Serdaigle qui méritait juste le titre d'abruti en chef. Et la petite gamine mignonne, innocente, amnésique, avec son bloc-notes et son brownie au chocolat. La mignonne fillette qui était devenu bien plus pour lui depuis un an. Celle qu'il n'osait à présent plus regarder de peur que son regard seul puisse le rendre encore plus coupable que ce qu'il ne se pensait déjà.

Et les gamins de première qui étaient en retard, aussi. Les profs qui tardaient. Les profs, qui, d'ailleurs, avaient quelque peu changés. Julia Inferno avait repris son titre de prof de SACM, pour le plus grand plaisir d'Artemis, ainsi que nombres d'autres. Un nouveau professeur, un certain Grumpy, Ernest de son prénom, avait prit le titre de professeur de potions. Néanmoins, le siège de la bibliothécaire avait disparu et un nouveau professeur de Divination avait pris la place de Trelawney la hippie. Grand, mince, cheveux courts, quelque peu efféminé. Un air sérieux, un sourire charmant, une mine désintéressée, des habits sobres. À vrai, on aurait presque hésité affirmé qu'il s'agissait d'un homme, même à la vue de son prénom qui, et Arty l'apprendra plus tard, n'avait rien de particulièrement masculin : Lulli. 'Diouuu que c'est chou' aurait-il dit l'année passée. 'Lulli ? Zarb.' Un discours plus cours, plus simple, plus tristement mature : un aperçu clair de ce qu'était devenu Artemis. Les premières années avaient pris place au centre de la grande salle, et le Serdaigle était enfin sorti de la contemplation de son assiette dorée pour observer avec attention la chanson du vieux choixpeau. Saluée par une salve d'applaudissement, suivie par la répartition. 'Abel, Lawrence !' 'Amers, Lise !' 'Areys, Candice !' ... Les noms se succédaient aux noms et les applaudissements aux applaudissements. C'est alors qu'Artemis se rendit compte d'une chose troublante, frustrante, choquante même, pour le moins alarmante et toute simplement 'zarb' : Si Julia Inferno occupait la place de professeur de SACM, qui occupait le magnifique fauteuil d'or de Dumbledore ? Il tourna rapidement la tête, et sa question trouva réponse; Le siège était vide.

Artemis abandonna toute pensée sur ses bonnes résolutions, sa vie passée et future, sur tout ce qui était susceptible d'occuper ses pensées, et surtout Elle, et se concentra de lui-même sur le problème auquel il faisait face : Pourquoi cette place était-elle vide ? Le poste pouvait n'avoir été réattribué, auquel cas ç'aurait quand même été Mme Inferno qui aurait repris sa place, non ? À moins que le ministère de la magie n'ai pas jugé auportunt de la laisser reprendre ces fonctions avec son sérieux penchant actuel pour l'alcool. Quand bien même, le rôle aurait dû avoir été donné à quelqu'un ? Et si ce quelqu'un n'était pas encore arrivé ? Ou s'il lui était arrivé quelque chose ? S'ils n'auraient pas de directeur cette année ? Et si ? Et si ... Avec des si, on mettrait Paris en bouteille, Poudlard dans une boîte d'allumette et le nouveau directeur, si toutefois il y en avait un, à sa place sur le siège de Dumbledore. Par ailleurs, le dit nouveau directeur était justement en train de converser ardemment avec l'ancien chef de Poudlard. Il fallait qu'il soit en retard, bien entendu, comme tout le reste de cette journée, il fallait qu'il arrive vingt minutes plus tard, en plus milieu de la répartition de 'Mearns, Satine !', histoire de traumatiser la future Poufsouffle -Bien fait pour eux, ça leur apprendra à ennuyer Artemis-, il fallait qu'il retourne le portrait de Dumbledore et qu'il en fasse de même avec toute l'école afin d'y imposer ses méthodes.

Et il fallait aussi qu'il soit en ce moment-même 20h51 et que Julia Inferno prononce le nom de 'Mearns, Satine !'. Bonne année, monsieur le directeur.
avatar
Artemis Lone
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 1104

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 27 cm, bois de chêne et plume d'hippogriffe, très maniable et souple, pour sorts et métamorphoses.
• Commentaire d'Ombrage  : Moi je l'aime ma Pastèque.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Invité le 14.10.08 19:07

- Les première années, par ici s'il vous plaît !

Timothy tenta tant bien que mal de se frayer un passage en direction de la voix qui venait de se faire entendre à la descente du train. Il n'était pas bien gros, alors il choisit de se faufiler entre les élèves plutôt que de les bousculer. Il se glissa au milieu des autres premières années et il fut rassuré de voir qu'il n'était pas le seul à prendre un air perdu. Le voyage à bord du Poudlard Express s'était bien passé. Il avait supplié Lou de le laisser s'assoir dans le même compartiment qu'elle, et elle avait accepté gentiment. Il savait qu'elle n'aurait pas refusé, mais, il préférait toujours demander.

Timothy suivit le mouvement, le nez en l'air, à regarder tout au tour de lui. Il avait un charmant air inocent, celui d'un enfant qui découvre quelque chose de nouveau. Timothy avait 10 ans - et demi, précisait-il toujours - et n'aimais pas qu'on le traite comme un "enfant". Mais c'était la vérité, il avait toujours un peu le comportement d'un enfant. Sa petite taille n'arrangeait pas les choses. Le groupe de première année arriva au bord de l'eau, où ils grimpèrent dans de petite barques en bois. Timothy monta avec un garçon légèrement plus grand que lui, à la peau mate et au sourire joyeux, et une grande fille au visage mince, qui portait de petite lunettes perchées sur le haut de son grand nez. Il la trouvait très impressionnante. En revanche, son voisin avait l'air gentil et enjoué. Sur la barque d'à côté, un jeune garçon racontait à qui voulait l'entendre qu'il avait déjà neutralisé un dragon à lui tout seul. Bien sûr, personne ne l'écoutait.

- Tu penses aller à quelle maison ? Lui demanda soudain une voix.

C'était le garçon à la peau mate. Il avait l'air d'avoir envie de répondre lui-même à sa propre question. Timothy, lui, ne s'inquiétait pas trop pour ça. Les maisons lui aparaissaient comme une fatalitée, même si ce n'était pas quelque chose de négatif. C'était comme tomber dans la classe 1 ou la classe 2, sauf que là ils n'étaient pas choisis au hasard.

- Hm ... Je ne sais pas. Et toi ?

- J'aimerais bien aller à Gryffondor, déclara-t-il avec un sourire jusqu'aux oreilles.

La barque s'arrêta au bord de l'herbe de l'autre côté du lac. Timothy descendit et manqua de tomber en marchant sur le bas de sa robe. C'était comme si la couturière avait fait exprès de la laisser trop longue, pour lui rappeler sa petite taille. Heureusement, il faisait presque déjà noir, et personne n'avait remarqué. le petit groupe s'était reformé et ils avançaient maintenant vers le château. C'était ... magique. Tim le grand rêveur n'en demandait pas mieux. Toutes ces tours illuminées, les fenêtres, la couleur de la pierre dans la pénombre. Il marchait encore une fois le nez en l'air, et continua de fixer au dessus de lui jusqu'à ce qu'il se rende compte qu'il n'était plus à l'extérieur, mais dans la Grande Salle. Lou lui avait déjà parlé de ce plafond magique.

Timothy promena cette fois son regard autour de lui. Les élèves répartis sur les quatre tables discutaient dans un grand brouaha, sûrement pour se raconter leurs vacances. Il sentait l'exitation dans le regard et l'atitude des autre premières années. Pourquoi lui était-il détendu ? Il était exité comme une puce à l'idée de venir à Poudlard, mais maintenant qu'il y était, il était seulement émerveillé.

Dans quelques minutes, ils allaient être répartis. Il fallait seulement attendre l'arrivée du nouveau Directeur. Il n'était toujours pas là ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Wiluna Qadehar le 15.10.08 19:06

La nouvelle année commençait un peu bizarrement pour Wiluna. Ses vacances avaient été parfaites (ou presque) puisqu’elle avait eu la joie de pouvoir inviter chez elle sa meilleure amie, Peach, pendant deux longues semaines, qui d’ailleurs étaient passées étrangement vite. Mais il avait bien fallu reprendre le chemin de l’école et c’est à ce moment là que beaucoup de choses bizarres étaient arrivées.

Tout d’abord, la nouvelle année commençait toujours dans le train et c’est dans ce fameux Poudlard Express que la première "chose" arriva : Wiluna débarrassa Sally-Anne de sa cicatrice et failli même en faire sa deuxième meilleure amie ! Rendez-vous compte, sa presque pire ennemie ! Heureusement que celle-ci la stoppa net dans son élan de racontage de life, sinon quelle tête auraient fait ses autres amis ?! D’un autre côté, la jeune fille ne se souciait pas vraiment de ce que disaient les autres. Enfin, comme cette belle future amitié était déjà devenue ex, pas la peine d’en parler plus longtemps.

Ensuite, Wiluna avait finalement fait ses rondes dans le train, obligatoires à cause de son poste de préfète qu’elle avait gardé, et la seconde "chose" lui sauta au yeux : elle croisa Merlin qui n’avait plus son badge de préfet ! Etonnée, elle chercha à en savoir plus et appris qu’il avait été démis de ses fonctions et que personne ne le remplaçait encore. Personne ?! A quoi donc pensait Julia ? Pourquoi n’avait-elle pas nommé quelqu’un ? Wiluna n’allait tout de même pas assurer le double du travail ?! Allait-elle encore plus mal qu’en juin ? Mais la Gryffondor ne pouvant répondre à ses questions, pas la peine d’en parler plus longtemps.

Enfin arrivée à Poudlard, Wiluna se dirigea vers la table de sa maison avec ses amis ainsi que son frère et son groupe de potes et en s’asseyant, le plus élégamment possible bien sûr, elle fit comme quasi tous les élèves, c’est-à-dire qu’elle observa la Grande Salle et ses occupants avec la plus grande attention. Tout ça pour remarquer la troisième "chose" : Julia était bien là et paraissait mieux, mais Julia occupait la place à la droite du siège du Directeur. Elle était donc redevenue la Directrice Adjointe. Et si elle se plaçait là, c’est qu’un (ou une) nouveau Directeur avait été nommé ! Pourquoi n’étaient-ils pas au courant ? Et puis d’abord, qui était-ce ? Elle le découvrirait quand il apparaîtra, alors pas la peine d’en parler plus longtemps.

Du coup, la jeune préfète reprit son inspection. Elle chercha des yeux Malloy mais ne le trouva pas. Elle croisa le regard d’un garçon de Serdaigle qui lui fit un clin d’œil (on peut aussi classer ça dans les bizarreries vu qu’elle ne le connaissait pas) elle rit à la blague de Peach et son regard retomba sur la tables des Professeurs. Du nouveau il y en avait. Le prof de Potion avait l’air d’une bonne pâte mais le prof de Divination … lui aussi faisait partie des "choses". D’abord était-ce vraiment un garçon ? Kylian lui affirma que c’était une femme. Mais elle n’avait pas de poitrine ! D’un autre côté il arrive que les femmes très minces soient aussi très plates. Et ses cheveux courts. Evidemment une femme peut avoir les cheveux courts… Wiluna aurait sûrement la réponse en interrogeant Rick puisqu’il avait pris divination comme option. Il s’en mordait les doigts d’ailleurs. Bref, pas la peine d’en parler plus longtemps.

Le temps… il défilait justement. Elle commençait à être sacrement affamée notre jeune fille. Heureusement, les Première Année arrivèrent enfin, Julia apporta le Choixpeau et la répartition commença. Sans Directeur ?! Mais qui était ce bouffon ?! Un Directeur se devait d’être présent à la Cérémonie de répartition ! C’était important tout de même. Et puis un Directeur se devait de ne pas être en retard ! Pour qui se prenait-il à les snober comme ça ?!
Un peu plus et Wiluna devenait aussi rouge que son blason. Elle ne savait pas qui il était mais elle le détestait déjà.

En retard, et puis quoi encore !
avatar
Wiluna Qadehar
Préfète en Chef
Préfète en Chef

• Nombre d'écrits  : 8394

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois d’acajou, poil de licorne, 20 cm
• Commentaire d'Ombrage  : Bah Wilu eh bah je l'OVERKIFFE.
Clé'

Bah Wilu et bah je l'overdeteste.
Val.

Arty : Bah Wilu ... Rien du tout en fait. J'aime bien son nouveau vava.

WILOUNANOU

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Benjamin W. Harris le 19.10.08 23:03

    Dong! Il était vingt-et-une heure du soir, la Cérémonie était maintenant entamée aux trois quarts ; le Directeur était toujours absent, à croire qu’il ne se montrerait jamais ; la série des ‘P’ se concluait avec un ‘Prey Timothy’ qui, renseigné par ses prédécesseurs, avait sagement posé sur sa tête le couvre-chef chiffonné qu’était le Choixpeau Magique. Dong! Le Directeur était toujours absent, en réalité, il descendait le grand escalier de marbre ; Timothy, sur son tabouret, entendait le chapeau chuchoter. Dong! Ils étaient maintenant deux à chuchoter. Dong! La répartition était anormalement longue. Dong! La salle entière s’était mise à chuchoter. Dong! « Hum … » Dong! « Poufsouffle ! » Dong! Les convives de la table aux nappes jaunes et noires se levèrent comme un seul homme, des cris et des applaudissements adressés chaleureusement à leur nouveau partisan, comme un accueil à bras ouverts. Dong! MIAWAAH !

    Comme l’ultime geste d’un chef d’orchestre, le hurlement strident d’un félin apeuré vint faire s’évanouir l’excitation des Poufsouffle. Comme le Petit poucet aurait suivi ses cailloux sur le chemin du retour, les élèves et professeurs de la Grande Salle remontaient la course du chat noir qui, maintenant réfugié sous le tabouret du Choixpeau, transpirait d’une désagréable et forte odeur de poils brûlés. Ils ne s’en apercevaient que maintenant, une moitié de la double porte de la salle était grande ouverte, laissant apparaitre un homme d’âge mûr endimanché, à la baguette encore fermement empoignée. Devant les regards écarquillés de plusieurs ‘première année’ il ne put s’empêcher de se justifier, comme un jeune élève le ferait devant son Directeur : « C’est lui qu’a commencé ! »

    Sans attendre de réponse, ni même de saluts, il s’avança dans l’allée centrale, non sans un certain plaisir à remarquer toutes les têtes, tous les yeux, toutes les pensées, le suivre comme on observe un marathonien en pleine course. Sur l’estrade, le chat déguerpit vite de sa cachette lorsque son agresseur vint à s’approcher du tabouret, le visage déformé par la curiosité à la vue du chapeau décousu auquel il s’adressa – « c’est autorisé d’être aussi moche ? » – avant de se tourner franchement vers la salle pour s’éclaircir la gorge et, enfin, se présenter, pas le moins du monde préoccupé par la dizaine d’élèves de ‘première année’ attendant encore, debout, de se faire répartir.

« - Dites bonjour au nouveau Directeur ! »

    L’effet d’annonce quelque peu sans effet chez les élèves, comme chez les professeurs, il rajouta sans attendre :

« - Mince, j’ai du rater la ligne du contrat qui stipulait que j’entrais dans une école de tétraplégiques … Pas grave, on communiquera en clins d’œil, ce sera convivial et plutôt marrant. »

    Sa baguette toujours dans la main, machinalement, il s’amusait à la faire tourner entre ses doigts.
    Son regard, quand il vint se poser sur les quelques élèves debout en face de lui, devint le reflet d’une question qui rimait sans doute avec « mais que font ces gamins ici ? », ce pour quoi il ne chercha pas de réponse cohérente plus longtemps : « Vous ne voulez pas aller vous asseoir avec vos camarades, là, y’a de la place sur les bancs alors, soyez mignons, allez y poser vos fesses. »

« - Bien. Je m’appelle Benjamin Harris, je serai le Directeur de cette école jusqu’à … Ce qu’on me renvoie pour mauvais traitement sur les élèves, probablement. Enfin ! Que vos estomacs vides s’inquiètent pas, je ne vais pas m’éterniser, je n’annoncerai que les grandes lignes des changements qui s’opéreront cette année, les préfets et Directeurs de maisons se chargeront de le traduire et le développer en clignements d’yeux. Pour commencer, sachez que cette année, il n’y aura pas de coupe des quatre maisons à proprement parler, gagner des points en récitant une phrase de cours est à la porté de n’importe quel primate, ce que j’exigerai de vous sera d’être d’excellents sorciers, des élèves capables de soutirer une information par la force de la magie ou de la ruse mais aussi de protéger leur secret par une défense aussi physique que morale. »

    Sa baguette arrêta soudainement de tourner entre ses doigts, il serra normalement le manche et vint lui faire pointer sa tempe comme s’il s’apprêtait à mettre fin à ses jours.

« - En effet, à partir du moment où vous ferez ce geste et que vous prononcerez la formule suivante, votre esprit générera le nom d’une œuvre célèbre, un livre ou une peinture, qu’il faudra mémoriser et ne répéter sous aucun prétexte. Ce code personnalisé sera votre secret, il faudra le protéger comme votre propre vie contre tous les élèves de cette école qui voudront vous le faire cracher. J’annonce la couleur : vous pouvez récupérer ces codes par tout moyen … A l’exception de ceux susceptibles d’entrainer la mort ; les ministres ne sont pas vraiment drôles sur ce point. Si vous révélez votre code à l’élève d’une maison concurrente, c’est une perle gravée de votre nom qui tombera dans leur sablier. A la fin de l’année, seront récompensés la maison gagnante et les 5 élèves ayant soutirés le plus de secrets, quelque soit leur couleur. Je vois, parmi vous, beaucoup de septiques, je suis, pourtant, on ne peut plus sérieux ; sont en jeu la richesse et la connaissance, je ne saurais trop vous conseiller d’y mettre du votre ne serait-ce que pour, enfin, donner un sens à vos jours passés entre ces murs. »

    Il prit une profonde respiration et récita d’une voix claire et portante l’incantation que ces centaines d’élèves devraient répéter après lui :

« - Homo Homini Lupus. »

    Après quoi rien ne se passa ; il y a bien son regard qui avait changé le temps de quelques secondes, s’étant plongé comme dans le vide, mais rien d’autre, rien de particulièrement significatif de l’efficacité de ce sort. Il rangea alors sa baguette et reprit sa marche vers là d’où il était venu, continuant son discours au rythme de ses pas.

« - Il est évident que, pour le bon déroulement de cette compétition, certaines règles, comme le couvre-feu ou l’interdiction de vagabonder dans la forêt, sont purement et simplement abolies. Aussi ai-je oublié de vous préciser, non sans une certaine envie de provoquer le frétillement de vos petites baguettes, que quiconque arrivera à me soutirer mon titre de bouquin gagnera, en plus d’une reconnaissance éternelle pour avoir réussi l’impossible en mettant à mal un aussi grand sorcier que moi, une chose que tout être humain sur cette terre rêverait d’avoir … Et il ne s’agit d’une bimbo en bikini, bande de frustrés. Sur ce, je vous souhaite, un bon appétit et une bonne soirée, il sera plus qu’important pour vous, désormais, de bien dormir et manger, les festivités peuvent arriver n’importe quand, ne l’oubliez pas, soyez prêts. »

    Clac!
avatar
Benjamin W. Harris
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 7

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de pommier, poudre de dents de Clabbert, parfaite pour les sorts de protection.
• Commentaire d'Ombrage  : Humour juste pourrave.

Suis amoureuse de lui ** (ce qui n'a rien de glorieux quand on voit P, je précise.)

-> C'est Leanne ça, non ? P ? ( Canelle va le buter le sandwich ! )

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Lou Adams le 21.10.08 10:12

- Timothy Prey ! annonça la directrice adjointe, Mrs Inferno.

Lou croisa le regard de Timothy, et lui sourit en levant le pouce. Autant quand il était entré dans la Grande Salle, autant, maintenant que c’était son tour, son visage semblait se décomposer. Il avait bien besoin qu'on l'encourage. Même si Lou était déjà sûre d'elle. Il irait à Gryffondor, c'était évident ! Elle s'imaginait déjà jouer les grandes sœurs, lui montrer les passages secrets, l'aider pour ses cours, et peut-être même le recruter dans l'équipe de quidditch, parce qu'il fallait l'avouer, Tim était un excellent poursuiveur. Il fendait l'air, interceptait le souaffle sans que l'on puisse le voir arriver, faisait des passes impeccables et marquait facilement en trompant le gardien. Le temps d’attente fut un supplice. Ce Choixpeau pouvait-il un peu se dépêcher ? Lou entendait déjà le mot " Gryffondor ", qui se répétait en boucle, jusqu’à ce que …

- Poufsouffle !

- Quoi ?

Lou avait crié un peu fort. Elle réalisa qu’elle s’était même levée, en même que les Poufsouffles, mais pas pour la même raison. Les regards se tournèrent progressivement vers elle. Elle croisa à nouveau celui de Timothy, dont les yeux disaient que ce n’était pas de sa faute, et que cela ne le dérangeait pas du tout. Le regard de Lou était plein d’incompréhension. Ce n’était pas possible ! Elle se rassit, et heureusement pour elle, le miaulement aigu d’un chat détourna l’attention sur elle.

- Qu’est-ce qui t’a pris ? lui souffla sa voisine de table. Tu es folle de crier comme ça pendant la Cérémonie de Répartitions.

Ce n’était pas un reproche. Juste de l’inquiétude.

- Je ne sais pas … C’était tellement … évident, qui aille à Gryffondor ! Je ne comprends pas …

Mais on ne la laissa pas finir sa phrase. Un homme entra, précédé d’un chat, probablement le même qu’on avait entendu miauler. C’était probablement un professeur en retard, même s’il avait une drôle de façon de s’occuper de son chat. Il traversa la Grande Salle qui s’était brusquement plongée dans le silence. Quand il se tourna vers les élèves et se mit à leur parler, Lou se souvint de qui il s’agissait en réalité. C’était Benjamin Harris, le nouveau directeur nommé à Poudlard. Elle avait lu l’interview dans la gazette. C’était vraiment un drôle de personnage, et Lou avait du mal à l’imaginer occuper les fonctions de Dumbledore. Il semblait si … excentrique, déluré, et avec des ambition pas très … éducatives. Plus il parlait, et plus il semblait s’éloigner de l’idée première qu’on se fait d’un directeur de Poudlard.

- Tu trouve pas ça bizarre, de devoir soutirer une espèce de code par la force ? lui demanda sa voisine.

- Si, un peu … Mais c’est sans doutes parce que nous étions habitués à autre chose, non ?

Clac !

Des centaines d’yeux rond se tournèrent vers l’endroit où, quelques instants plus tôt, se trouvait encore Harris. Un bruit de murmures commença à bourdonner, de plus en plus fort.

- Il a transplané ! il a transplané !

Lou avait prit un air horrifié, c’était comme si ses yeux sortaient de leurs orbites. Sa bouche se tordit.

* Mais c’est impossible ! ça veut dire que … *

- Oh, non, fit Lou d’une voix tremblante à l’attention des élèves qui se trouvaient assis autour d’elle. Vous avez compris ce que ça signifie ? Poudlard n’est plus aussi en sécurité.
avatar
Lou Adams
Préfète de Gryffondor
Préfète de Gryffondor

• Nombre d'écrits  : 1448

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : 32 cm, bois de cèdre, plume de simurghe (phénix arabe)
• Commentaire d'Ombrage  : Louuu 8).

Mon Loir préféré !

Ma soeeeuuuuur <33

Je vois qu'on m'aime =D (à tous les coups c'est Ayne pour les trois xD )

A ne pas emmener avec soi au casino !

Bah merci x)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Invité le 27.10.08 17:45

Comme les trois quarts de ceux qui se trouvaient autour de lui, Cosmo n'était pas énormément rassuré en entrant dans la Grande Salle. Tous ces regards braqués sur eux... Qu'allait-il advenir d'eux ? Pauvres première année. Visiblement, à la table du personnel, qui siégeait plus haut que les quatre autres, facilement reconnaissables à leurs couleurs, un siège était libre, celui qui se trouvait au beau milieu.

Le Directeur de l'école n'était donc pas présent ? Cosmo jeta un regard circulaire sur l'ensemble de la salle. Elle était immense. Il n'avait jamais eu l'occasion d'en voir de si vaste, et se demandait même si plus tard, quand il serait un artiste célèbre, il jouerait devant autant de personnes rassemblées. Oui, quand on a dix ans et demi, la perspective de l'avenir reste encore bien simple. Durant le voyage dans le Poudlard Express, il avait fait connaissance avec un groupe de première année, tout aussi anxieux et motivés à l'idée d'intégrer cette école. Il avait pensé pouvoir croisé d'autres amis de son quartier, à York, mais jusqu'à présent ce ne fut pas le cas. Vu le nombre qu'ils étaient, ce n'était guère étonnant.

Alors qu'ils étaient alignés, les nouveaux venus se faisaient silencieux, seuls quelques téméraires se permettaient de parler à voix basse. La Cérémonie de Répartition ne leur fut pas vraiment expliquée, mais lorsque le premier nom de la liste fut prononcé, et que le premier élève s'avança, hésitant, en direction du tabouret et du grand chapeau qui trônait dessus, la méthode fut rapidement comprise. Même si l'explication était étrange. Comment un objet aussi poussiéreux et usé par le temps pouvait être LA voix qui décidait de quelle maison devait se rendre les jeunes élèves ?

Perdu dans ses pensées, il ne put retenir un petit
"Bizarre...".
Le souci quand on s'appelle Brown, c'est qu'on est toujours en haut de la liste. Il n'eut pas à attendre bien longtemps pour entendre un "Brown, Cosmo" retentir dans la Grande Salle. Il déglutit en voyant tous les yeux se braquer sur lui, et avança le plus vite possible en direction du tabouret. Une femme dont il n'avait pas la moindre idée du nom et de la fonction lui posa le Choixpeau sur la tête. Il lui arrivait jusqu'au nez, il ne voyait rien, et c'était sans doute pas plus mal. Il ne savait pas trop ce qu'il devait faire, et attendit. Pas bien longtemps, une voix finit par se faire entendre.


"Tiens, un Brown. Voyons voir... Hum. Un original, un artiste ! J'aime ça. Que dirais-tu de Poufsouffle ? Je pense que cela te conviendrait bien. Oui, c'est bien ça... POUFSOUFFLE !"

Si les premiers mots n'avaient été entendus que de lui seul, la dernière et puissante exclamation fut entendue de tous les présents dans la salle. Sur sa gauche, les Poufsouffle s'étaient levés en applaudissant, et l'invitaient avec des gestes à venir s'asseoir sur les premières chaises, vides et destinées aux nouveaux venus dans la maison jaune et noire. Sans un mot, il s'assit à côté d'une jeune fille, bien plus âgée que lui, qui lui souhaita la bienvenue dans un sourire. Les autres première année se succédèrent ainsi. Un garçon aussi brun que lui était blond se retrouva également à Poufsouffle et prit la chaise à sa droite. Cosmo le salua dans un hochement de tête.

Un homme fit enfin son apparition dans la Grande Salle, il avait une allure plutôt classe, mais parlait d'une façon qui n'avait rien de très... convenue. Son arrivée n'eut visiblement pas l'effet qu'il espérait, et Cosmo ouvrit des yeux ronds en l'entendant les qualifier de tétraplégiques. C'était ça le nouveau Directeur ?
Il fit un étrange discours, où il parla d'un nouveau système pour la coupe des maisons. Cosmo avait eu l'occasion d'entendre son frère et sa soeur en parler, et ils n'avaient jamais rien dit de tel. Une sorte de concours qui consistait à récupérer des codes par la force et la ruse ? Observant les élèves autour de lui, il n'était pas très rassuré. Comment parviendrait-il à obtenir le code de cette élève, là-bas qui paraissait des plus observatrices, ou de celui-ci, qui devait bien mesurer deux mètres !


- Homo Homini Lupus, se répéta-t-il a mi-voix, afin de ne pas en oublier la formule.

Et déjà, l'homme qui se disait directeur s'était envolé dans un CLAC ! Des murmures s'étaient élevés de partout, et à la table non loin de la sienne, Cosmo entendit un élève s'alarmait. Transplanage ? Ils n'étaient plus en sécurité ? Quel était cet étrange personnage qui venait tout bouleversé apparemment ? Il hasarda, pour ceux se trouvant auprès de lui :

- S'il est directeur, il doit savoir ce qu'il fait, non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Invité le 29.10.08 22:31

- Et c'est à ce moment là qu'il a volé dans les escaliers, et le pire, c'est qu'il était mort de rire !

La totalité du wagon était hilare, et même les plus timides et réticents ne pouvaient s'empêcher d'esquisser un sourire, plus ou moins affirmé. Cette histoire, il la racontait à chaque fois, celle de l'imbécile heureux de son école moldu qui est tombé dans les escaliers, à Osaka. Adrian n'était pas moqueur, il riait juste de tout de tout, et dans toutes circonstances.
C'est qu'il avait le don de rendre chacune de ses histoires, même les plus anodines, drôles à un point que même certain de ses professeurs venaient à en rire. Il se demandait même parfois si les professeurs de Poudlard seraient aussi faciles à amuser...

L'année avait pour le moins bien commencée, même s'il ne pouvait pas affirmer s'être fait des amis, il était au moins connu de ceux de son wagon, et c'était le principal. Et qui sait, peut être le wagon voisin aura entendu ses histoires? En tout cas, ce n'est que le début, et des élèves à rencontrer, il en trouvera plein au cours de l'année.
Justement, cette année...Quand il y réfléchissait, il n'arrivait pas à deviner dans quelle maison il se retrouvera; c'est qu'Adrian s'était documenté sur l'école avant d'y venir et était bien pressé d'y mettre les pieds. Gryffondor? Serdaigle? Poufsouffle ou Serpentard? Aucune importance pour lui. L'essentiel sera de faire gagner sa maison, par tout les moyens.

Soudain, alors que l'ensemble du wagon, perché à ses lèvres, attendait une nouvelle histoire, le train ralentit pour se traîner sur un cinquantaine de mètres avant de s'arrêter définitivement. Lorsqu'il regarda par la fenêtre du wagon, il ne put s'empêcher de lacher ;

- Oh la vache c'est immense... ! Sans dec y'a moyen de se perdre là dedans...

Et c'était parti pour les bouchons et les turbulences dans les couloirs. Évidemment, les premières années étaient les derniers sortis, et qui plus est, traversaient le lac en barque. Du moins, c'est ce qu'il avait entendu dire.
Il sorti donc du train, et ne put s'empêcher d'admirer le décor, qui même de nuit, était splendide.
Ils furent guidés vers le lac et montèrent dans des barques.

Puis, après plusieurs blagues, vint le moment fatidique; la montée des marches avant la porte d'entrée, la porte principale du château, la porte qui sonnerait le début d'une nouvelle vie, une nouvelle étape, un nouveau commencement.
Placé dans les derniers de la file, il n'entendit pas ce que le professeur leur disait, mais pensant qu'il ne s'agissait de rien d'important, il ne s'inquiéta pas et continua de rêver à comment pouvait ressembler l'intérieur de Poudlard?

La porte s'ouvrit, tout le monde entra, tel un troupeau de mouton, guidé par le vieux berger qu'était le professeur.
Et ce fut un spectacle qui s'offrit à lui; rien de comparable à ces temples Shintô qu'il connaissait par cœur, ni à ces magnifiques parcs parsemés d'érables géants. Non, ici les bougies flottaient, le plafond transparent donnait une vue imprenable sur le ciel étoilé et sa lune argentée...

Après plusieurs minutes d'attentes, durant lesquelles il s'était surpris en train d'écouter la conversation de deux jeunes garçons qui parlaient de la maison dans laquelle ils souhaitaient aller, le directeur arriva et fit son discours.
Alors comme ça ils devraient choisir une œuvre comme code, et le protéger coute que coute. Pas mal...Restaiet encore à trouver cette œuvre.

Puis le directeur s'éclipsa, et vint le moment de la tant attendue répartition...
Des tas d'élèves passèrent, Gryffondors, Serdaigles, Poufsouffles, encore Gryffondor et Serdaigle, Serpentard...
L'impatience commençait à se lire sur le visage d'Adrian.
Et son tour arriva...

- Adrian Kaze.

La foule de première année, comme à son habitude à chaque nom prononcé, chahutait en essayant de trouver du regard la personne dont il était question. Il s'avança lentement, et tout le monde se tourna vers lui. Mais c'est avec le sourire aux lèvres et joyeux qu'il monta les quelques marches et traversa les quelques mètres qui le séparait du Choixpeau.
Il s'assit sur le tabouret, et un professeur lui mit le choixpeau sur la tête.

- Hum hum, Adrian...Intéressant..tu sais quoi? J'hésite un peu...marmonna le Choixpeau magique.
- Moi aussi j'hésite. Alors heureusement que vous êtes là, ça m'évitera de faire le choix, lui répondit Adrian.
- Hum..je vois beaucoup de joie de vivre. POUFSOUFFLE !
- Merci !

Adrien se releva, après que le professeur lui ait retiré le Choixpeau de la tête. Il irait donc à Poufsouffle.
Il se dirigea vers la table de ses futurs meilleurs compagnons et voisins de chambre, qui l'applaudissaient. En s'asseyant, tout sourire avec les autres et déjà en train de rire avec eux, il se disait qu'il passerait sûrement une très bonne année.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Invité le 30.10.08 17:40

Le voyage avait duré plusieurs heures, et pourtant la jeune Brooke Watson ne les avaient pas vu filer ; la première année avait été en charmante compagnie durant toute l’escale. La nuit sombre et étoilée engouffrait déjà le train, qui lui ralentissait de plus en plus, alors que les élèves enfilaient leurs robes de sorciers. Par la fenêtre, la jeune fille observait l’immense château qui désormais allait être sa seconde maison et commençait à comprendre pourquoi son père lui parlait de ce lieu avec tant d’étoiles dans les yeux! Poudlard était un endroit aux hautes tours illuminées, on distinguait la surface lisse et brillante d’un lac un peu plus loin et également celle d’une forêt sombre… L’endroit semblait mystérieux et mais on ressentait, rien qu’en le regardant, qu’il était magique.

Habillée avec son uniforme et traînant ses lourds bagages derrière elle, Brooke quitta son compartiment et rejoignis le quai bondé d’élèves bousculants, bruyants, certains angoissés et d’autres excités pour la nouvelle rentrée. Plus impatiente que flippée, la jeune fille se fraya un chemin tant bien que mal parmis la foule pour suivre les Préfets. La traversée en barque du Lac qui s’ensuivit était particulièrement silencieuse car la plupart des passagers avait le nez en l’air et observait l’immense château. Accompagnée de deux jumeaux particulièrement vantards, Brooke observa et écoutait les quelques mensonges (ou pas) dits a voix légèrement fortes pour être entendues par cette dernière. Ne pouvant pas résister de glisser une parole aux deux bruns, la petite Watson dit d’un ton dégagé:

« - S’il vous plait, faites que les autres ne soient pas tous de pareils crétins… »

Les barques arrivèrent sur la rive. A nouveau, on entendait des voix s’élever «Par ici, regroupez vous et suivez moi !», couvrant la conversation des voix. Mais plus on approchait de Poudlard, plus le silence s’intensifiait… Le stress de certains faisait pleurer les plus sensibles et rires les plus idiots. Brooke, elle, était calme mais incroyablement pressée de découvrir la grande salle et le « vieux choixpeau » comme le qualifiait son père. A peine eut-elle le temps d’en finir avec ses pensées que le groupe était déjà devant les grandes portes de la Grande Salle.

En quelques secondes, Brooke était serrée entre un tout petit garçon et, au contraire, une grande fille, devant la longue table des Professeurs. « Etrange, le plus grand fauteuil est vide. Il devrait pas y avoir un Directeur normalement assis là ? » , pensa la jeune fille. Mais elle détourna complètement son attention de la supposée absence du Directeur lorsque une fille apporta le choixpeau et le déposa sur un tabouret en bois. Les noms commencèrent à se succéder, les élèves a être répartis, quand les portes s’ouvrirent pour voir arriver un chat et homme… assez impressionant. Dès qu’il fit ses premiers pas dans la pièce, le silence tomba et tous le suivirent des yeux. Plus de Coupe des Quatre Maisons ? Trouver des codes par la force ? Brooke fronça les sourcils en signe d’incompréhension ; à ses yeux, cet homme était définitivement classé dans la catégorie des gens bizarres! Avec un craquement sonore, il disparu et laissa la Grande Salle comme à son arrivée.

La cérémonie des répartitions continua . La jeune sorcière fut appelée parmis les derniers encore debout, et s’avança d’un air serein vers le chapeau usé. Elle s’installa sur la tabouant branlant et une femme déposa l’objet sur sa tête. Dans un léger frisson de surprise, Brooke entendit le choixpeau murmurer a son oreille. Puis, après quelques secondes, il dit a haute voix:

« - GRYFFONDOR ! »

Les élèves de Gryffondor se levèrent et applaudirent la jeune Watson qui se dirigeait a présent vers eux.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Invité le 30.10.08 21:42

Elle avait faillit louper son train, Emily avait faillit rater le poudlard express à cause de sa très chére mère qui ne voulait pas la laisser partir et de son petit frère qui ne cessait de pleurer. Pendant qu'elle déjeuner Henry lui avait parlé rapidement de Poudlard, du système des maisons, des cours, des salles communes, des points à gagner etc et lorsque son père lui raconta à peu prés les caractéristiques de chaque maison Emi aurait tout fait pour éviter Pousfouffle ou même Serdaigle.

"Où que tu sois je serais fière de toi!" lui avait annoncé son géniteur en passant la main dans les cheveux emmélés de sa petite fille et malgré les hurlements de sa mère celle ci n'avait pas voulu se coiffer même pour un jour aussi important. Ce fut au moment précis où son frère débarqua dans la chambre pour lui dire qu'elle allait lui manquer qu'Emily regarda l'horloge de sa chambre et se mit à crier:

"PAAA' ON EST EN RETARD!"

Ce fut alors la panique général, sa mère et son ptit frère lui dit au revoir et allérent se promener dans les bois pendant qu'Henry utilisait ses pouvoirs et un portoloin en expliquant rapidement à quoi cela servait et ils arrivérent prés de la gare. Elle réussit à avoir son train à quelques minutes prés et se trouva dans un compartiment avec une jeune fille avec qui elle n'avait aucune envie de parler. En observant les paysages Emily se voyait courir avec ses deux meilleurs amis et se faire pourchasser par le vieux du village qu'elle venait juste d'insulter mais non au lieu de ça elle était dans un train à côté d'une cruche qui faisait que pleurer en regardant la photo de sa famille:

*Elle va se taire cette bécasse*

C'était mise à penser la jeune Envers en fusillant sa voisine du regard. Elle se mit à dessiner ce qu'elle voyait en vitesse, elle gribouillait un arbre par là, une montage, puis le train:


"Oh que tu dessines bien!" lui avait alors lançé sa comparse de compartiment. Cela avait fait sursauté Emily qui avait alors caché son carnet et c'était écrié soudainement:

"Non mais tu vas regarder tes pieds sale cruche!"

Et oui s'il y avait bien une chose que la jeune demoiselle détestait c'était qu'on la questionne sur sa passion qui était le dessin, elle envoyait bouler toute personne qui osait s'aventurer sur ce chemin houleux et encore plus une inconnue. Celle ci se tu d'un coup et s'enfuit du compartiment laissant une Emily hilare, oh qu'elle allait se plaire à Poudlard au milieux de ses sorciers d'abrutis sans cervelle.
Il y eut enfin l'apel comme quoi les élèves devaient révêtir leur robe de sorcier car le train allait bientôt entrer en gare. Vu qu'elle était seule dans le compartiment la jeune Envers se changea sans géne, rangea ses vêtements, descendit sa valise, fit attention à sa chouette qui ne supportait pas être enfermer dans cette cage blanche.
Emily ne se géna pas pour pousser les enquiquineurs qui la bousculaient aussi :


*C'est bien ce que je disais tous des abrutis*. Cette pensée avait traversé l'esprit de la jeune fille sans le vouloir. Elle ne supportait pas la foule et encore moins quand c'était des jeunes imbéciles qui hurlaient et courraient dans tous les sens alors qu'ils savaient même pas où aller. Puis on les fit se mettre par groupes pour ensuite les faire aller sur des barques et traverser un lac qui menait à l'immense château qui n'était autre que l'école:

*Ah ouai quand même!* ne put s'empêcher de penser Ily en observant le magnifique château dans laquelle elle allait passé toute sa scolarité normalement. La traversée se fut en silence puisque les trois éléves qui l'accompagnaient se connaissait déja.
Une fois arrivé dans le Hall on leur prit leur valise et leur animal en leur disant qu'ils allaient être ammené dans leur futur salle commune et les chouettes ou hiboux dans la voliére:


*Goodbye Poumi* avait pensé Emily en observait sa chouette qui se débattait dans la voliére: elle était comme elle, elle avait besoin de liberté et non pas d'être enfermé.
On les emmena enfin dans la grande salle
:

"Il y a un nouveau directeur m'a dit mon pére" lui avait annoncé un jeune homme qui marchait à côté d'elle.

"Cool" avait juste répondu Emily qui c'était séparé du garçon car on l'avait fait asseoir ailleurs. Elle observait les professeurs, certains venaient juste d'arriver, les anciens élèves étaient presque tous déja là et certain d'ailleurs l'a regardé dèja bizarrement et Emi n'aimait pas ces regards *ca promet! Bon il est où ce directeur?* Ce fut à ce moment là que le fameux nouveau directeur fit son apparition avec un drôle de discours et disparu en deux secondes sous le regard ahuri de tous élèves.

*Mon père m'avait pourtant bien dit que Poudlard était si bien protégé que personne ne pouvait faire ça.. Etrange!*

Puis ce fut enfin le moment que chaque premiére année attendait avec impatience : la répartition. Emily observai les éléves qui étaient envoyés à Serdaigle, à Pousfouffle, à Griffondor et à Serpentard, les deux maisons dans lequel elle aurait voulu être envoyé étaient Griffondor ou Serpentard quoi qu'elle avait une préférence pour Serpentard sans savoir vraiment pourquoi.


"Emily Envers!". Ce fut donc enfin son tour, la jeune rousse se leva lentement et marcha d'un pas assuré jusqu'a un petit tabouret où un professeur lui mit le fameux choixpeau dont lui avait tant parlé son père et elle entendu qu'il lui dit discrètement:

"Tu es une jeune fille espiégles, tu n'as pas froid aux yeux.. Je te vois trés bien à SERPENTARD!"

La jeune Envers se leva fiérement et rejoignit ses futurs camarades à la table Serpentard où tous c'était mit à l'applaudir. Elle avait déja hâte de passer cette année avec eux et de ne faire qu'une bouché des autres maisons.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Invité le 31.10.08 1:35

Léonora sorti très difficilement de son lit ce matin là. Elle n'avait pas très bien dormi. La perspective de rentrer dans une nouvelle école... MAIS OUI! On était le 1er septembre! Léonora sauta de son lit, courru dans la salle de bain pour en ressortir 17 minutes plus tard, lavée, peignée, habillée, prête à affronter une nouvelle journée! Enfin ça c'est ce qu'elle croyait avant de se rendre compte que son estomac était plus noué qu'un noeud de bateau. Elle s'arrêta nette comme désamparée.
Calme-toi Léonora, calme-toi!" Une fois ces esprits retrouvés, Léonora descendit aussi calmement qu'elle le pue les escaliers pour rejoindre ces parents dans la cuisine. Sa tante et sa grand-mère, les deux seules sorcières de la famille avant elle, avait fait le déplacement pour accompagner Léonora dans la journée probablement la plus importante de sa vie. Son père lui devait aller travailler mais sa mère avait pris sa journée. Même si ce n'était pas une sorcière, elle trouvait cela normal de partager le monde de sa fille.
Bonjour ma chérie! Qu'est-ce que tu veux manger ce matin
Rien merci, j'ai pas très faim.


Léonora ne pensait plus qu'à ces frissons qu'elle ressentait qui allaient bientôt la faire trembler des pieds à la tête. Voyant sa tête déconfite, sa tante intervint.

Ma puce, ne t'inquiète surtout pas. On est passé par là ta grand-mère et moi, et regarde-nous, est-ce qu'on a l'air de s'en plaindre?
Léonora tenta d'esquisser un sourire, en se disant tout de même qu'elle aurait beaucoup aimé les voir à son âge dans une telle situation. Elle se força à avaler quelques fourchettes d'oeufs brouillés et monta se laver les dents.
Quelques minutes plus tard, elle se retrouvait dans sa voiture, des bagages plein le coffre en direction de la gare de King's Cross. Léonora avait pris son billet et ce qui lui paraissait étrange c'était cette histoire de voie: 9 3/4.


Mamie, qu'est-ce que ça veut dire que 9 3/4?
Ah mais tu découvrira ça sur place, on ne va pas te gacher ce plaisir ma petite fille.
$

Léonora s'attendait au pire ce qui fut très vite confirmé en arrivant sur place lorsque sa grand-mère lui dit:
La voie 9 3/4 se situe juste ici, entre ces deux murs. La seule chose que tu ai à faire c'est de courrir très vite et tu passera au travers. Allez vas-y
Léonora déglutit, regarda perplexe le mur de pierre en face d'elle, empoigna son chariot et fonça en fermant les yeux, ne pensant même pas à ce que les gens autour d'elle allait penser en voyant une jeune fille foncer dans un mur. Lorsqu'elle rouvrit les yeux, elle se trouvait en face d'une vieille locomotive rouge sur laquelle était inscrit en lettres dorées "Poudlard". Sa famille la suivait de près. Elles avancèrent vers le train pour trouver une place à Léonora et l'aider à charger ses bagages.
Avant même que Léonora ait eu le temps de le réaliser, elle était déjà toute seule dans une locomotive en marche, en direction d'un monde inconnu. Elle pouvait enfin savoir ce que ressentai Christope Colomb.

Après quelques heures d'un trajet plutôt calme en compagnie d'un petit groupe de personne qui n'en avait que faire d'elle, quelqu'un entra dans le compartiment indiquant qu'il fallait se changer avant d'arriver au chateau. Léonora pris donc ça robe de sorcier et sorti du compartiment pour aller l'enfiler à l'abri des regards indiscrets. Elle passa devant les autres compartiments. Dans l'undeux elle entendit des rires. Apparemment il y avait un humoriste né. Elle continua son chemin lorsque qu'une jeune fille sorti en pleure d'un des compartiments. Une jeune fille à l'interieur était penché sur un dessin, l'expression presque furaxe. Léonora se demanda un instant ce qui avait pu se passer, puis considérant que ce n'était pas son problème, alla se changer.
Elle venait jsute de finir d'enfiler sa robe lorsque le train ralentit. Elle sentit la boule au ventre revenir. Elle ouvrit la porte du compartiment vide dans lequel elle s'était changée et se laissa porter par le mouvement. Une minute plus tard elle se retrouva dans une barque avec des gens qu'elle ne connaissait pas. La minute suivante, elle admirait le plafond si étrange de la salle immense dans laquelle allait se faire la répartition.
Il y avait un tabouret au centre de cette salle, sur lequel se trouvait un vieux chapeau. Sa tante lui avait expliqué que c'était avec que ça qu'elle allait se voir attribuer une maison. Dans la famille la maison la plus courante était apparemment Gryffondor. Mais qu'allait-il advenir de Léonora...

Un bruit de porte retentit soudain dans la salle. Léonora sorti de ces pensées et tourna la tête en direction de l'entrée pour y voir un chat furieux suivi d'un homme qui marchait d'un pas pressé. Léonora n'eut pas le temps de tout comprendre. La seule chose qu'elle discenra dans tout ce discours fut tétraplégique, code secret et Clac!!! le directeur, puisque c'est ainsi qu'il s'était présenté, avait disparu. Léonora porta à nouveau son regard sur le chapeau. Quelques élèves supplémentaires passèrent puis elle entendit enfin son nom.


Léonora Stuart?

Son estomac se serra plus fort que jamais. Léonora s'avança d'un pas hésitant vers ce chapeau étrange et consentit à s'assoir. Lorsque le chapeau entra en contact avec sa chevelure, il se mis à bouger entrainant la tête de Léonora avec lui, et marmonnant des paroles étranges

Je vois, beaucoup de courage et de la loyauté. Mais il y a aussi de l'intelligence, voire même de l'imprudence.
Mais ou vais-je te mettre...? Ah ... j'ai trouvé. Pour toi ce sera...
GRYFFONDOR!


Léonora s'affaissat, soulagée que ce moment soit passé. Elle se leva et alla s'assoir à la table des Gryffondors, un sourire jusqu'aux oreilles.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] Je suis en retard, en retard ...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum