Entraînement n°1 2008

Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Entraînement n°1 2008

Message  Valentin Moson le 31.05.08 15:22

Cette nuit, Valentin avait recommencé Il s’était retrouvé dans la salle commune, assis près du feu éteint. Il avait ouvert les yeux, puis s’était mis à contempler l’endroit où il était. Cette sensation l’insupportait. Il avait l’impression d’avoir fait des dizaines de choses mais il ne s’en souvenait plus. C’était sa deuxième crise de somnambulisme . Pour la première, son compagnon de dortoir s’était réveillé et l’avait vu, debout, en train de contempler le ciel par la fenêtre du dortoir. Il l’avait alors remis au lit et lui avait tout raconté le lendemain Cette seconde fois était bien plus désagréable. Valentin était tout seul, en pyjama, dans cette grande salle vide. Il était débout, avait froid aux pieds, et sentait une espèce de boule lui venir à la gorge.¨Pourquoi avait-il peur ainsi? De quo avait-il peur? Il haïssait le sommeil ces temps-ci. Si il ne se levait pas endormi pendant son sommeil, alors il déblatérait des imbécillités. Un jour, son camarade avait noté ce que Valentin avait dit. Ce dernier n’accepta de le lire que trois jours après de peur de découvrir certaines choses qu’il voulait se cacher… Mais finalement ce n’était rien. Sur le papier était marqué.

Pourquoi tous ces gens blonds me regardent comme ça, j’ai peur. Pourquoi ils ne font pas de bruit? Hein, pourquoi? Je ne sais pas quoi faire moi, sur mon balai sans bruit. Mamie non plus n’aurait pas su. Peut-être que c’est de ma faute. Ils sont tous blonds. J’aurai pas dû. Mais je fais pas exprès. J’ai mal à la tête.

Un blabla incompréhensible. Valentin comptait montrer le papier à sa prof de Divination, qui était censé savoir analyser ^les rêves. Ce n’était pas vraiment un rêve, mais ça s’en rapprocher. Valentin avait des souvenirs de rêve pendant cette nuit, où il volait sur son balai, mais pas de personnes blondes… Quidditch? Entraînement? Heure? Non! Il était 4h47 exactement. Et Valentin était bloqué dans son filet de pensées depuis cinq bonnes minutes. Il savait que si il continuait ainsi le sommeil ne viendrait plus ensuite. Et comme le lendemain matin, à 9H30, il y avait entraînement de Quidditch, il devait être au point en forme! Valentin se fit violence en se forçant à monter les escaliers jusqu’au dortoir et en allant se coucher…


>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>>


A 8H45, le réveil de Valentin sonna. Il ouvrit les yeux et la première chose qu’il vit fut un papier plié sur son tabouret. Il savait ce que cela signifiait. Il avait dû encore réveillé Samuel en parlant dans son sommeil, et lui avait encore tout noté. Mais Valentin n’avait ni l’envie ni le temps de le lire maintenant, il se leva et remarqua tout de suite que le réveil n’avait pas été efficace pour tout le monde…

-Artemis, merde quoi! Réveille toi!

Il prit son coussin et le jeta violemment sur la tête du poursuiveur de son équipe de Quidditch . Valentin, qui n’avait pas du tout envie de l’attendre s’exclama de la voix la plus forte qu’il put, pour bien le réveiller:

-Bon, moi j’y vais, t’as intérêt à être sur le terrain à 9H30! Et puis si tu vois Crystal tu lui dis de se grouiller. Wingardium Leviosa!

La couette de Artemis s’éleva dans les airs et aller se déposer de l’autre côté de la salle. Sans prendre garde aux protestations, Valentin, qui était déjà habillé, partit en direction de la Grande Salle. Sur le chemin, il construit peu à peu le déroulement de l’entraînement. Il avait pris avec lui sa malle contenant son Souaffle ensorcelé, cette balle qui voulait toujours rentré dans les buts, et qui permettait à Valentin de s’entraîner. Les Souaffle non ensorcelés était dans les vestiaires, il n’avait plus qu’à trouver des petits exercices à leur faire faire. Il finit par en trouver de nombreux, tous aussi différents les uns des autres, lorsqu’il était enfin avec son thé et ses toast grillés.


Un quart d’heure plus tard, Valentin était sur le terrain de Quidditch, avec tout le matériel rangé autour de lui, et son balai sur le dos. I l regarda au loin. Comme personne n’arrivait, Valentin enfourcha son balai et s’envola dans les airs, laissant au sol ses soucis, ses pensées, toutes ses questions qu’il se posait. Lorsqu’il filait aussi vite dans le vide, le dos courbé, les yeux plissés, les mains serrés au manche, le vent lui frottant les joues, Valentin n’était plus Valentin. Il était libéré.


HJ: Tous ceux qui sont dans l'équipe de Serdaigle de Quittiche doivent VRAIMENT répondre à ce topic. Merci!
Valentin Moson
Valentin Moson
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 1555

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de rose, crin de licorne, 26.5 centimètres, plutôt flexible . Excellente pour les sortilèges .
• Commentaire d'Ombrage  : Amoureux.
( & Nyu aussi d'abord. T'aime les gateaux à la banane ? )
[Il adore les bananes.]
[ On se demande quel genre. ]
[Le genre qui se mange. Very Happy]
[ Ouai ouai ... ]
Dégagez bande de poivreaux !
Arty : Toi&M=Mignon comme tout. Pour longtemps j'es

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Artemis Lone le 02.06.08 20:30

*Cette fois-ci, les arbres n'étaient plus en guimauve et le sol recouvert de bonbons, non. Aujourd'hui, c'était encore mieux : Rogue portait une perruque Léo mauve avec des bouclettes, Mc Gonagall s'était teinté les cheveux en jaune pétant et toutes les filles se trimbalaient en costume de lapin crétin. La vie était merveilleuse à Poudlard où les entraînements de quidditch n'avaient jamais lieu et ... Attendez une seconde. Les entraînements de quidditch ?*

Un réveil sembla un instant sonner dans le fond de la pièce, mais Artemis était encore trop plongé dans son jacuzzi de chocolat pour s'en préoccuper. Le sommeil des autres, ça se respecte, et ce n'était pas un vulgaire réveil qui allait le contredire, d'autant plus que le sien avait rendu l'âme il n'y a même pas une semaine, il n'y avait donc aucune sonnerie qui pouvait venir le sortir de sa divine léthargie. Pourtant, Arty jurerais avoir entendu un réveil sonner, mais où ? Un édredon balancé de l'extrémité du dortoir lui rappela alors qu'il n'était pas seul dans la pièce et que c'était sans doute l'autre abruti qui lui avait balancé le-dit édredon -et qui possédait également ce fichu réveil qu'Artemis s'empresserait de détruire dès que l'autre emmerdeur aurait le dos tourné.

Mais ce n'était pas un oreiller de plus qui déplut à l'artychaud, aussi plaça-t-il celui ci au dessus de sa tête pour ne pas entendre celui qu'il se rappela soudain comme étant l'autre préfet de serdaigle lui gueuler de se dépêcher d'aller à l'entraînement de quidditch. Entraînement de quidditch ? Mais non, voyons. Arty se tourna de l'autre côté de son lit, comptant bien faire une bonne grasse matinée bien méritée, mais une subite migration de sa couette à l'autre bout de la pièce le contraint à se lever. Il ouvrit difficilement les yeux et balaya la dite-pièce d'un regard endormi. Le lit de l'autre touriste était défait et la couette d'Artemis traînait dans un coin, mais aucun trace du précédant touriste; une rafale de pas précipités dans les escaliers lui indiqua qu'il était déjà parti.

Pris d'une soudaine vague de motivation, Arty se redressa et passa une main dans sa tignasse défaite. Un coup d'oeil au réveil de « l'autre », 8h46. Une illumination suprème dans son cerveau fit ressortir un instant des paroles qui semblaient bien lointaines, quoique ...


« [...] sur le terrain à 9H30! [...] Crystal tu lui dis de se grouiller. »

9h30 ? Rapide calcul, il lui restait 40 minutes pour se préparer, prévenir la gamine, récupérer son vieux Brossdur dans le hangar et rejoindre l'autre dont il n'arrivait décidément pas à se rappeler le nom sur le terrain. Autant s'y mettre directement; Arty vira son t-shirt de nuit, enfila un t-shirt gris clair souillé, une chemise à manches courtes légèrement rayée de couleur beige dessus, un jeans rapiécé dessous, une paire de chaussettes roses [Rowy t'aurais pas oublié un truc ?] et ses vieilles baskets défoncées. Il se passa rapidement un coup de peigne dans les cheveux, sans succès, s'aspergea la figure d'eau et le dessous de bras de déo, enfila son sac de toile rempli de brol qui ne le quittait jamais et sortit du dortoir. Maintenant, retrouver Cry, ah ah ah.Il descendit dans la salle commune, et ses idées foireuses pour pénétrer dans le dortoir des filles sans se faire jarter tombèrent à l'eau lorsqu'il aperçu la gamine qui pieutait dans un fauteuil près de la cheminée.

Sa tête reposait sur un accoudoir, ses bras étaient serrées contre elle comme si elle se fait un câlin, ses cheveux dégoulinaient sur son visage et un sourire muait ornait celui-ci; elle était tout simplement belle. Malgré la kawaiité de la scène et la désagréable impression qu'il gâchait un délicieux rêve, Arty entreprit cependant de réveiller la gamine. Il la prit doucement par les épaules, la secoua un peu et, voyant qu'elle émergeait doucement des brumes du sommeil, lui murmura à l'oreille :


« On a entraînement de quidditch dans 40 minutes, pense à prendre un p'tit dej avant de venir, t'as déjà l'air fatiguée. »

Artemis sourit à ses propres paroles puis, voyant que l'amnésique avait compris ses paroles, remonta la bretelle de son sac sur son épaule et sortit de la salle commune. Il ne fallu pas deux minutes pour être en bas, un genou à moitié déboité et un doigt en compote -:mauvais atterrissage après la troisième rampe, la plus compliquée. Voyant qu'il était, miracle divin, à l'heure, il décida qu'il méritait bien un petit déjeuner. Il se prépara un impressionnant plateau recouvert de tout ce qu'il y avait environ sur la table, puis se choisit un coin tranquille pour déguster son festin. Pains au lait, muesli, croissants, pistolets, salade de fruit et verre de lait, même Ricorée vint se joindre au plateau qu'Artemis avala rapidement.

Son repas de roi terminé, il jeta un coup d'œil à sa montre : 8h20, juste assez pour arriver à l'heure. Il récupéra son sac, sortit de la grande salle et traversa le hall en une glissade qui failli lui faire écoper d'une heure de retenue puisqu'il faillit faire tomber ... Rogue, qui n'avais malheureusement pas sa perruque mauve, quel dommage. Arty dévala les marches du perron et couru dans l'herbe encore humide de rosée malgré la température ambiante jusqu'au stade de quidditch. Léger détour par le hangar, le temps de récupérer son Brossdur et de lui refaire une beauté, et direction le vestiaire. Miracle, il semblait que seul ... raaah mais décidément son nom ne me revient pas, donc chose machin était le seul à être arrivé. Le temps qu'il enfile son équipement azur et bronze, personne d'autre n'était arrivée. Que fichait donc Cry et les autres ? Pas le temps de se poser la question, Artemis débarqua sur le terrain.

Seul, en l'air, l'autre machin chouette tournoyait dans les airs, semblant s'échapper de tous ses soucis terrestres. Arty enfourcha son balai, s'appuya d'un coup sur le sol et s'envola dans les airs. En quelques secondes, il rejoignit l'autre qui semblait profondément perdu dans ses pensés. Souhaitant aborder la conversation et n'ayant d'autre sujet sous la main pour l'engager afin de signaler sa précense, il lança à l'autre :


« Dis, heu, chose truc ... J'ai oublié ton nom, tu voudrais pas me le rappeler ? XD »

Artemis esquissa un sourire gêné et fit un semblant de pirouette sur son balai tout en guettant l'horizon à la recherche de la silhouette de la jeune serdaigle aux doux cheveux; il ne l'aperçut pas et, sans savoir pourquoi, en éprouvât un léger pincement au cœur. Mais que diable Artemis avait-il donc avec cette gamine ?
Artemis Lone
Artemis Lone
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 1104

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 27 cm, bois de chêne et plume d'hippogriffe, très maniable et souple, pour sorts et métamorphoses.
• Commentaire d'Ombrage  : Moi je l'aime ma Pastèque.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Crystal Andreas le 03.06.08 11:02

[ Bon, je réserve ce message pour la princesse endormie. Si y'a d'autres Serdaigles, ils attendront Tire la langue ]

° Deux grandes ailes légères dans l’air. Un oiseau, que ça s’appelle. Un oiseau qui avait le corps d’un humain, ou d’une humaine, plutôt, enfaite, même. Des nuages roses accompagnaient son long parcours, lui soufflant un vent chaud contre la peau et les plumes, et criant des « Hourra » dans les oreilles de l’humaine-oiseau. La terre était au dessus de sa tête, et le sol en dessous de ses pieds, le ciel était vert et la terre était bleue, fournie en ronces qui s’accrochaient au crâne de la femme oiseau. Puis les ailes s’envolèrent autre part, loin, loin. Et l’humaine commença une chute, comme la chute d’Alice au Pays des Merveilles, de Lewis Carroll. Divers objets tombaient en même temps qu’elle, des objets très colorés, brûlant ses yeux et lui faisant découvrir mille sensations nouvelles. Des horloges liquides turquoise, du sable fuchsia, des oiseaux fluorescents. Cela l’émerveillait tant…°


Un tremblement d’air déferla sur le corps de la princesse endormie. Une pression sur son épaule avait suffit à provoquer un réveil magiquement magique. Comme la Belle au Bois Dormant lorsque le Prince dépose un doux baiser sur ses lèvres pulpeusement roses, comme celles d’une Barbie. Voilà, exactement, les princesses de Disney c’étaient des barbies moyenâgeuses ! Les princesses de Disney étaient des moldues. Les princesses, les vraies les véritables étaient forcément des sorcières, alliant mystère et douceur, et étrangeté et beauté. Tiens, Crystal était un nom de princesse ! Et Crystal rêvait encore un peu, en émergeant de son sommeil troublé. Mais bientôt une douleur fugace traversa son bras, partant du coude pour arriver à l’épaule. Sa position n’était pas très appropriée pour dormir apparemment.

Bref. La Princesse Endormie ouvrit les yeux, battant des cils pour se réveiller, et dévisager un garçon aux cheveux ébouriffés. Artemis ? Mais pourquoi qu’il était dans le dortoir des filles celui là ? Ah. Non. Ses fesses compressées lui rappelaient qu’elle s’était endormir sur un fauteuil. La chaleur lui rappelait qu’elle était devant la cheminée. Et la douceur sous ses pieds lui indiquait un tapis. Tour. Salle commune. L’amnésique couina brièvement pour manifester son désapprouvement. On ne réveille pas quelqu’un qui dort, et qui tombe en rêvant ! Non, qui rêve de tomber, nuance. Ma pauvre Crystal, la chaleur te joue des tours ! Bon. Toujours est-il qu’elle était réveillée et que l’autre touriste lui adressait la parole dans l’oreille.


« On a entraînement de Quiddich dans 40 minutes, pense à prendre un p'tit dej avant de venir, t'as déjà l'air fatiguée. »

Quiddich ? Quoi est-ce que ça, encore ? C’était pas le jeu, avec les baballes volantes et les personnes sur des balais ? Si ? Avec un chef d’équipe qui faisait paniquer Crystal chaque fois qu’il ouvrait la bouche ? C’est malin ça. Rien de tel pour la faire paniquer que de lui dire qu’elle n’a QUE quarante minutes pour se préparer. Et là, déjà, il y avait cinq bonnes minutes en moins, avec ce réveil tardif. Trente-cinq minutes. Argh. Heureusement que la coquetterie et elle, ça faisait deux. Bon. Et l’autre s’en allait déjà avant qu’elle n’ait prononcé un seul mot. Mais. Et la politesse alors ? Bon, tant pis. Trente cinq minutes. Ca lui laissait le temps de se doucher, de s’habiller, et passer un rapide coup de peigne, et de manger un truc avant de courir au terrain.

Bon. Vêtements. Sans être bordélique, Crystal n’était pas une maniaque, mais alors pas du tout. Et elle ne prenait pas rapidement de décision. Et elle n’était pas discrète. Alors après avoir réveillé toutes ses camarades de dortoir, et vidé au moins la moitié de ce qui lui servait d’armoire, et d’avoir étalé un jean noir, une jupe noire et grise aux motifs lunaires, une chemise grise et noire aux motifs solaires, et d’autres fringues, une de ses « amies » posa les fringues aux motifs et l’envoya hors de la salle en râlant : « On dors nous on est pas dans un hôtel alors oust maintenant du vent ». Au moins, la décision avait été vite prise… Est-ce qu’elle devrait se changer pour voler ? Peut-être bien que oui. Il lui fallait un pantalon enfaite ! Aménan. Elle en avait un, là bas.

Salle de bain. 9h00. Un rapide jet d’eau froide sur le corps – elle est maso, cette fille, je vous le dis -, un rapide coup de peigne, de brossage de dents, de tout ce qui se passe dans une salle de bain, enfaite, et elle était prêt. 9h11. Elle ne serait jamais à l’heure, ça, c’était pas possible !

Grande Salle. 9h15, elle avait dû courir dans les escaliers, en manquant de déraper tout le temps pour y arriver assez tôt. Elle s’asseyait à côté d’un gros garçon, assez étrange, il causait tout seul. Au moins, elle n’aurait pas à faire la discussion avec une personne inconnue, dieu merci. Dieu ? Mais elle ne croit pas en Dieu en plus ! Passons. Devant elle, un tas de mets délicieux. Enfin, à en juger par l’odeur et l’apparence. Elle ne prit que ce qu’elle connaissait déjà, ce qui se résumait à : Deux tartines à confiture de fraise, un chocolat chaud, un café et un verre de jus d’o. Tout cela avalé en Dix minutes top chrono. 9h25.

Et c’est partit pour la course ! Les personnes entrant dans la Grande Salle à ce moment durent s’écarter pour laisser passer une petite fille pleine d’énergie et de caféine, qui courait jusqu’à la grande porte. Elle ne serait jamais à l’heure. L’air du matin, qu’elle aimait ça. L’air du matin, de la nuit, du soir, après la rosée, tout le temps ! L’herbe était encore un peu mouillée de la rosée. Alors, comme toute petite fille amoureuse de ce temps, elle enleva ses chaussures et se remit à courir. Elle avait une allure un peu étrange, les cheveux laissés libres, une longue jupe et une chemise qui contrastaient par leurs motifs, et des pieds pâles fouettant l’herbe. Elle arrive ainsi sur le terrain, et vit deux silhouettes en l’air. Un sourire timide aux lèvres, elle mit ses mains en porte voix et leur cria :


« Désolée pour le retard ! Je me dépêche ! »

Et quelques minutes plus tard, elle arriva sur le terrain, habillée d’un pantalon noir, caché par sa tenue de Quiddich. Et les chaussures adéquates, bien sur. Mais. Un balai. On lui avait expliqué que dans un cabanon, il y en avait. Ca devait être le machin en bois, tout pourri. Elle l’ouvrit, et un nuage de poussière lui sauta à la figure. Rah. Elle farfouilla. Et voilà, à 9h45, elle rejoignit les deux autres, en haut.

« Excusez-moi pour le retard, capitaine… »
Crystal Andreas
Crystal Andreas
Elève de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 2092

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 23 cm, bois de saule pleureur trempé dans du sang de vampire, trois perles d’huitre magique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Valentin Moson le 10.06.08 14:33

Il était libre. Valentin n’existait plus, il était entré en fusion entre son balai et l’atmosphère. Maintenant, il fusait, en haut, à droite, en bas à gauche, les yeux fermès, sans aucun repère, tourbillonnant dans les airs, comme un moucheron qui volerait sans but précis. Car il n’avait aucune idée en tête, ni celle de s’entraîner, ni celle de montrer qu’il savait bien voler, non, il prenait juste du plaisir. Un plaisir que personne ne pouvait lui enlever, il ne dépendait plus de rien ni de personne, il avait comme l’impression que plus rien ne pouvai se produire, qu’il allait continuer à voleter ainsi pour l’éternité, sans jamais ressentir n’importe quel autre besoi n que celui de continuer, encore et encore. Il était heureux, que demandait de plus? Rien !
En tout cas surtout pas être interrompu. Celui qui aurait le malheur d’arracher Valentin à son bonheur éphémère pouvait être certain que …

« Dis, heu, chose truc ... J'ai oublié ton nom, tu voudrais pas me le rappeler ? XD »

Chose . Truc. On venait bien de l’appeler, chose ET truc?Il ne rêvait pas? Valentin ne rêvait pas? Il se stabilisa dans les airs et regarda la personne qu’il l’avait appelé « chose truc ». Bien entendu. C’était lui. Artemis Lone. Préfet de Serdaigle dès sa première année. Poursuiveur de l’équipe. Et camarade du dortoir depuis peu. Le garçon n’arrivait même pas à se souvenir du nom de son capitaine d’équipe, de son préfet, et de son camarade de chambre ( sachant que c’est le même nom ). Valentin décida d’ignorer pour le moment le jeune poursuiveur, faisant mine de ne pas l’avoir entendu, puis il continua à voler quelques instants jusqu’à ce que …

« Désolée pour le retard ! Je me dépêche ! »

Et voilà qu’arrivait le deuxième poursuiveur. Ou plutôt « la ». La jeune Crystal, arrivait sur le terrain, bien entendu en retard. Mais ce n’était pas cela qui allait lui donner de mauvais points. En effet, Valentin appréciait déjà cette petite, elle avait une capacité impressionnante à se faufiler dans les airs et à récupérer les balles , et … elle était plutôt mignonne. En la voyant se dirigeait vers les vestiaires pour se préparer,Valentin regarda vers le sol , en direction de la base des buts les plus proches. Il y avait laissé tout le matériel pour l’entraînement et souhaitait d’abord expliquer quelques petites choses avant de commencer , tant pis si les autres n’étaient pas encore là, il prendrait en cours.

« Excusez-moi pour le retard, capitaine… »

Crystal les avait rejoints et avait fait son entrée de sa toute petite voix fragile qui donnait l’impression qu’une brise légère suffirait à la faire se briser. Elle semblait si vulnérable, et à la fois si forte. Quelquechose se dégageait d’elle, quelque chose d’incompréhensible, une fragilité d’apparence, et un équipement de Quidditch sur les épaules. On aurait pu croire d’elle que sur son balai, le vent l’aurai perturbé, mais elle semblait imperturbable comme un fantôme. Crystal. Cristal. Ne disons nous pas « pur comme le cristal » ou « clair comme le cristal ». Un cœur pur comme le cristal est bien un cœur qui est limpide et sans défaut? Cette fille portait bien son prénom…

« Bon euh… Bah suivez-moi »

Valentin fila rejoindre le matériel là où il l’avait laissé, posa pied à terre et se retourna. Il s’était attendu, à ce que les deux Serdaigles soient encore dans les airs, en train d’arriver. Mais ils étaient déjà là, prêt à l’écouter. Valentin se retrouva un instant mal à l’aise. Il se rendait compte qu’il allait donné son premier entraînement de Quidditch. Lorsqu’il réalisa entièrement la chose, il se rendit compte du bonheur que cela lui procurait et se lança:

« -Bien, dans cette malla il y a un souaffle ensorcelé et un Souaffle normal. Le Souaffle ensorcelé a pour but, un peu comme un Cognard, de passer le plus grand nombre de fois dans le but le plus proche. Bien entendu, une fois que vous l’aurez dans les mains, il s’arrêtera de bouger, mais si vous le laisser trop longtemps dans les airs seul, il va filer droit vers les buts. Le premier exercice qu’on va faire, s’appele le Tourbillon. Nous devrons tourner en cercle, sur le même cercle bien entendu et nous faire des passes au hasard. Si les passes sont trop molles ou dans la mauvaise direction, le Souaffle filera vers les buts et notre objectif à tous sera de l’en empêcher. Les objectifs sont donc simple: anticiper le mouvement du coéquipier afin de lui faire des passes réussis, et les plus rapides possibles. Cet exercice permet également de s’entraîner à garder une trajectoire constante, donc de pouvoir être maître total de votre balai. Et pour finir, vous devez être prêt à tout moment à partir le plus rapidement possible vers le Souaffle pour essayer de l’empêcher de traverser les buts. Voilà… Des questions? »

Dans la tête de Valentin, l’exercice était simple, on se fait des passes en cercle, et dès que le Souaffle s’en va on le rattrape. Mais finalement, quand il fallait l’expliquer, ça paraissait beaucoup plus dur.

-Au fait, mon nom est Moson. Valentin Moson.

[HJ:My name is Bond. James Bond! BWWWAH c'est nuuul! Arty faut pas me pousser à RP, c'est mal!]
Valentin Moson
Valentin Moson
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 1555

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de rose, crin de licorne, 26.5 centimètres, plutôt flexible . Excellente pour les sortilèges .
• Commentaire d'Ombrage  : Amoureux.
( & Nyu aussi d'abord. T'aime les gateaux à la banane ? )
[Il adore les bananes.]
[ On se demande quel genre. ]
[Le genre qui se mange. Very Happy]
[ Ouai ouai ... ]
Dégagez bande de poivreaux !
Arty : Toi&M=Mignon comme tout. Pour longtemps j'es

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Artemis Lone le 14.06.08 14:25

Yavait une pâquerette sur le toit de Poudlard. Si, si, je vous jure, Artemis avait vu une pâquerette sur le toit de ... Mais qu'est ce que je raconte ? Je reprends. Artemis en était donc à se demander où étais sa future petite #SBAM# sa camarade de Serdaigle, jusqu'à ce que celle-ci apparaisse sur le pas de la porte du château. Elle enleva ses chaussures, traversa le parc en courant, les cheveux au vent, habillée d'habits gris aux motifs lunaires, dieu qu'elle était choute comme ça, on aurait dit une princesse. Bref, la princesse ébouriffée débarqua dans le stade, ses chaussures à la main, et lança de sa petite voix de gamine qu'elle arrivait dans deux minutes, le temps de se préparer. Sympa, et Artemis, pendant ce temps-là, il fait quoi ? Surtout que l'autre machin-chose lui avait toujours pas répondu, à croire qu'il l'ignorait.

Manquant subitement d'inspiration, Artemis se mit à tourner vaguement en rond avant de ses prendre les pieds dans son balais et de manquer se péter la figure. C'est à ce moment-là que Cry ressortit du vestiaire, en habits bleus et bronze de la maison des Serdaigle. Elle enfourcha son balais et rejoint dans les airs les deux préfets de sa maison. Une petite excuse pour le retard, un sourire craquant, un tic pour remettre ses cheveux en place, et aaaargh ... Elle est trop mignonne c'pas possible. Malheureusement, Mr X-chose-bidule ne semblait pas de l'avis d'Artemis et, plutôt que de s'attarder sur l'immense beauté de sa coéquipière, lança d'une voix plutôt hésitante :


« Bon euh… Bah suivez-moi. »

Le suivre ? Ben d'accord. Arty se remit plus ou moins droit sur son balai et fonça à la suite de son compagnon vers un vieux coffre pourri qui traînait hasardement dans un coin de la pelouse. Le capitaine atterit sur le sol, suivit immédiatement d'Artemis et de Crystal et il sembla étonné, lorsqu'il se retourna, de les voir déjà là. Il hésita un instant, chercha ses mots puis, voyant que c'était quand même à lui de parler, dit :

« Bien, dans cette malle il y a un souaffle ensorcelé et un Souaffle normal. Le Souaffle ensorcelé [...] pour essayer de l’empêcher de traverser les buts. Voilà… Des questions ? »

Joli monologue. Artemis fit un sourire gêné à l'intention de l'autre truc, se tourna vers Cry pour voir si elle avait comprit beaucoup plus du discours de ... Raah mais c'quoi son nom à l'autre encore ? Sa question ne resta guère longtemps en suspens, puisque Mr le capitaine s'empressa alors de répondre à la question d'Artemis :

« Au fait, mon nom est Moson. Valentin Moson. »

Ah ben voilà. Artemis sourit, content de voir que ... Valentin avait pris la peine de répondre à sa question. Peut-être était-il un peu lent à la détente. Soit. Arty passa une main dans sa tignasse, se réajusta sur son balai puis, voyant que yavait un sacré vent sur la stade depuis que Val' avait fermé la bouche, osa poser sa question :

"Et, heu ... On commence quand ? :3"

Arty retint un bref éclat de rire, presque content de son blague immature. Une nouvelle main dans les cheveux, une légère démangeaison dans le mollet gauche; il essaya vaguement avec sa chaussure droite de faire cesser cette dernière, sans succès. La seule chose qu'il réussit à faire c'est ... tomber par terre, ou plutôt tout droit sur la malle de Valentin. Du Artemis tout craché, n'est ce pas ? Le choc aurait pu être anodin si la balle n'avait pas été ensorcelée par un sorcier puissant et maléfique, enfin bon un étudiant de seconde année à Poudlard qui était plutôt doué. Inutile de vous faire un dessin, un touriste qui tombe sur une malle avec un Souaffle ensorcellé et deux cognards, ça fait boum, et les trois baballes se font la malle (de la malle, han.). Enfin, pas tout à fait.

Remarquant qu'il avait salement gaffé, Artemis s'écarta précipitement de la malle qui bougeait anormalement fort, se prit à nouveau les pieds mais cette fois-ci dans son équipement, et s'effondra au sol en même temps que les trois balles enragées défonçait la malle et s'échappait dans le ciel du stade, le souaffle en direction des buts, les cognards en direction ... Des trois serdaigle qui traînaient sur la pelouse.


"Owh merde ..."

Arty esquissa un sourire gêné. Cause : Artemis se pète la gueule. Conséquence : Les deux cognards et le souaffle dégage. Lien de cause à effet : Artemis est pas doué. Au moins avec ça Arty est sûr de pas être pété à l'examen de Français même s'il va dire qu'il y a une pâquerette sur le toit de Poudlard :3
Artemis Lone
Artemis Lone
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 1104

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 27 cm, bois de chêne et plume d'hippogriffe, très maniable et souple, pour sorts et métamorphoses.
• Commentaire d'Ombrage  : Moi je l'aime ma Pastèque.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Crystal Andreas le 22.06.08 18:57

[ Je suis désolée, c'est court et naze ]


Bon. Certes, les garçons, ce n’était pas très intéressant à regarder. Mais de là à faire tourner son balai sur lui-même pour observer attentivement l’horizon, quand même. Pas qu’elle s’ennuyait, non, mais. Franchement. Vous êtes déjà monté sur un balai volant ? La vue qu’elle avait, elle qui adorait maintenant les airs… Des oiseaux volaient. Mince alors, ils étaient vraiment gros les oiseaux. Avec deux grandes ailes, et une queue longue comme… Comme quoi d’ailleurs ? Un immeuble ? Quel romantisme. Passons. Les grosses bêbêtes semblaient danser. Et malgré leurs poids/taille, ils étaient gracieux. Un ballet. Elle avait perdu la conscience de ce qui l’entourait c’était tellement beau, tellement magn…

« Bon euh… Bah suivez-moi »


Ah oui. Elle était au Quiddich. Celui qui avait dit ça, en semblant bégayer d’incertitude, c’était Valentin Moson. Comment ça se prononçait d’ailleurs ? Moson, comme une Moisson mais sans le i, ou Mosone, comme Bobone ? Faudrait qu’elle lui un jour, même si cela n’avait que peu d’intérêt. Elle l’appellerait Monsieur, c’est très bien, Monsieur. C’était poli, peut-être un peu trop même, mais non, c’était pas fais, pas la peine de se mettre martel en tête pour ça. Mais où qu’ils étaient maintenant ? Ah, en bas. Comment on démarre un balai, il n’y a pas de clé de démarrage. Tape dessus, pour voir. Ca marche ! Et la voilà à côté de l’ébouriffé un peu spécial, à attendre que Monsieur Valentin commence de parler. Et il commença un long discours.

Ca n’était pas bien compliqué, leur exercice. Faire passer une balle à un coéquipier, elle avait fait ça toutes ses années de primaires. Certes, c’était sur le sol, mais cela reviens au même, parce qu’en primaire, si l’on perd la balle, on a perdu. Là, c’est pareil. Et il fallait être quoi déjà ? Réactif convenait. Récupérer le Souafle. C’était quoi un Souafle ? On s’en fiche. Alors que Valentin avait parlé vite, Crystal réfléchissait à vive allure, pour enregistrer en même temps que Monsieur V., parlait. C’était dur.


« Monsieur, allez moins vite et respirez quand vous parlez… »

Un petit sourire désolé. Elle s’était montrée malpolie là ? Non ? Au secours. Si. Non ! Mais, mais ! Elle en avait assez, de ces deux là qui la faisaient tourner en bourrique. Comme si c’était de leurs faute, faut arrêter la mauvaise fois Cry. Elle se parle toute seule, en plus. On arrête la panique. STOP IT ! Voilà. Va voir la pâquerette sur le toit de Poudlard.

Ou regarder plutôt Artemis se casser la figure sur la boite. Tiens, cette boite, Valentin l’avait montré du bout des doigts. Et cette malle contenait des baballes qui volent, dont deux qui tapent, non ? Si. D’ailleurs, deux baballes en métal volaient sur eux. C’est méchant ça. Avant qu’elle ait pu hurler un « MENON ! » à Artemis quand il chutait, trois baballes étaient de sorties. Constat. Permission de … Rien du tout ! Quoi faire, quoi faire.

Quand vous avez deux secondes pour vous sauvez la vie, vous pensez à quoi ? A vous étaler sur le sol, non, et à fuir looooin des Cognards ? La princesse eut l’unique idée de monter sur son balai et de filer dans les airs, avec un des Cognards à sa suite. Oh. Une pâquerette, sur le toit de Poudlard. Et ses grooos oiseaux. Comment ça s’appelait ? Elle n’avait pas suivie les cours de Soinsmachins. Elle demandera à quelqu’un d’intelligent. Elle filait de plus en plus haut.

Comment c’était beau Poudlard de loin. Oups. La baballe métallique se rapprochait dangereusement. Mais, une balle ne réfléchie pas. Une balle, ça peut pas monter tout droit ? Elle n’en savait rien, et elle testa. Un arbre arriva en face d’elle. Elle tordit le manche de son balai brusquement, comme Alan qui tourne le volant lors d’un accident de la route, et sa jambe râpa contre l’arbre. Et le Cognard lui fonça – sur l’arbre – droit dessus. Avec un quand BOUM, suivit d’un CRAAAK. Pauvre arbre. Elle était désolée.

Et mince alors… Une balle, ça ne mourrait pas non plus.
Et mince alors, elle avait mal à la jambe.
Crystal Andreas
Crystal Andreas
Elève de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 2092

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 23 cm, bois de saule pleureur trempé dans du sang de vampire, trois perles d’huitre magique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Valentin Moson le 23.06.08 14:02

Toute sa vie, Valentin n’avait su que constater les dégâts . Il n’avais su que rester inerte devant des évènements en pagaille, qui ne créaient que des problèmes, et lui restait impassible, comme en proie à une paralysie totale dès qu’un évènement non prévu arrivé, quelque chose qui ne devait se produire . Valentin aimait l’ordre, la discipline . Il aimait le respect des consignes, les règles, il aimait que tout se passe comme il le souhaitait, où comme els règles le souhaitait . Là, il aurait voulu que tout se passe bien . Que ses deux poursuiveurs l’écoutent attentivement, qu’ils soient réactifs, qu’ils commencent immédiatement l’exercice, qu’ils s’entraînent jusqu’à pas d’heure, pour progresser encore et encore . Au lieu de ça bien sûr , Valentin eu le droit à une honte monumentale, une de ces remrques qui pourrait être blessante si elle ne venait pas de la princesse de la pureté, de la simplicité :

« Monsieur, allez moins vite et respirez quand vous parlez… »

Et pour clôturer le tout, Artemis se vit bien sûr dans l'obigation de lancer sa remarque, la petite remarque agaçante qui fait que ça casse tout:


"Et, heu ... On commence quand ? :3"

Ainsi qu’à un rire nerveux, une gamelle de la part d’Artémis Lone, tout seul . Oui, précisons, que Valentin ne comprit jamais . Plus tard, lorsqu’il atteindra la quarantaine , Valentin se souviendra de ce moment- là Il se dira:

-Je ne me rappelle vraiment plus comment cet imbécile était tombé . Toujours est-il qu’en riant bêtement, il s’est effondré sur ma malle de Quidditch .

Il se souviendra également de la suite , avec moins de détails bien sûr, mais il s’en souviendra . Il se rappellera de la manière si légère dont Cry était monté sur son balai et avait filé dans les airs, loin loin . Il se rappellera aussi le bruit sifflant du deuxième Cognard arrivant sur lui . Au loin il voyait Crystal voler, le Cognard à sa poursuite, puis plus loin, il voyait le Souaffle ensorcelé, en profiter pour rentrer et sortir puis re-rentrer dans les buts avec une rapidité jouissante . Valentin avait eut le droit à deux secondes pour observer ce spectacle . Il n’eut le doit qu’à une seule seconde pour éviter le Cognard arrivant maintenant sur lui. Il se jeta sur le côté, à plat ventre, et le Cognard s’écrasa par terre. Il n’eut aucune idée de ce qui lui prit par la suite . Toujours est-il qu’une espèce de colère s’empara de lui . Une rage monstrueuse plutôt . A peine était-il par terre, le Cognard à côté était en train de se relever , Valentin lui sauta dessus . Non pas à Artemis, mais au Cognard. Il l e serra fort dans ses bras et crut un instant que la balle s’était arrêté . Mais ça ne dura vraiment qu’un instant, car lors de l’instant d’après, Valentin se retrouva avec une balle en furie dans les mains, une balle qui se débattait, comme si Valentin avait l’intention de la tuer, une balle dont la rage égalait surement celle de Valentin . Même si celle de Valentin venait d’en prendre un coup à cause de l’effet de surprise de la force de la balle . Il se retrouva traîner par terre, la balle donnant parfois des coups sur le sol répétés, sauf que bien entendu, c’était les bras de Valentin qui prenaient les coups. Et le Cognard frappait, il frappait le sol avec les bras de Valentin, pour que celui-ci cède . Valentin bouillonnait:

-Mais merde! Artemis! Finite Incantatem! Avec ta baguette! Finite Incantatem!

Le Cognard s’amusait maintenant à essayer de partir en l’air, soulevant légèrement Valentin . Puis la balle avait l’air de se rendre compte du pois du Serdaigle . Alors, le Cognard s’agitait, de droite à gauche, par traits verticaux . Valentin, qui sentait la douleur dans ses bras sentait qu’il ne pouvait plus tenir. Il sentait maintenant aussi, le Cognard se traînait par terre jusqu’en direction de … Artémis.

[Bwahahaha!! Je suis désolllééé! C'est tout court ... ]
Valentin Moson
Valentin Moson
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 1555

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de rose, crin de licorne, 26.5 centimètres, plutôt flexible . Excellente pour les sortilèges .
• Commentaire d'Ombrage  : Amoureux.
( & Nyu aussi d'abord. T'aime les gateaux à la banane ? )
[Il adore les bananes.]
[ On se demande quel genre. ]
[Le genre qui se mange. Very Happy]
[ Ouai ouai ... ]
Dégagez bande de poivreaux !
Arty : Toi&M=Mignon comme tout. Pour longtemps j'es

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Entraînement n°1 2008 Empty Re: Entraînement n°1 2008

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum