She comes back and it kills me.

Aller en bas

She comes back and it kills me.

Message  Julia Inferno le 23.05.08 19:31

Bang bang you shot me down
Bang bang I hit the ground
Bang bang that awful sound
Bang bang my baby shot me down


C’est sur cet air qui lui prenait aux tripes que Julia travaillait difficilement sur un dossier d’une importance capitale. Nancy Sinatra ! Les moldus n’avaient peut-être aucune connaissance magique, mais quand même, ils étaient forts, vraiment forts sur le plan musical. Vous devez certainement vous demander, comment est-il possible de se concentrer un tant soit peu sur de la papasserie quand vous n’avez qu’une envie : danser jusqu’à transpirer toute l’eau et l’énergie que l’on peut contenir à l’intérieur de soi ? Il fallait que toute sa rage sorte, et si ça devait être par la danse, ça le serait.

Elle sortit une bouteille, qui n’était certainement pas remplie d’eau, et tant pis si on la suprenait. Pourtant, elle aurait du faire attention – les rumeurs couraient déjà assez sur ses problèmes de boissons… mais quelle importance ? qui lui en voudrait de ne pas tenir le coup après avoir appris la mort de son père ? à peine remise de la mort de Vlad et de Marc qu’un nouveau drame survenait dans les familles Inferno & Dumbledore…


~ Je dois être forte, ne touche pas à ce verre, tu sais où ça va te mener… sois forte, fais-le pour Val, pour Sally… ~


La nouvelle Directrice déversa sa colère contre un malheureux vase qui se brisa en mille morceaux et cria : MERDE ! MERDE, MERDE ! avant de vider son verre de vodka d’un trait. Oh oh, je vous vois venir, vous et votre arrogance : et une alcoolique de plus, et une. Mais non ! Ca n’avait rien à voir, Julia n’était pas une de ces vieilles femmes ridées qui passent leurs journées dans des bars à noyer leur désespoir dans une chope de bière - du moins, c'est ce qu'elle se forçait à essayer de croire. L’alcool la réconfortait, la faisait oublier de tout ses soucis, et elle en avait tellement besoin en ce moment que, tant pis pour les désastres que ça causerait, elle buvait… buvait jusqu'à en devenir complétement dingue mais, merde, qu'est-ce que ça pouvait leur foutre à tout ces gosses de riches planqués dans leurs manoirs ? qu'est-ce que ça pouvait leur foutre de savoir que leur directrice n'était qu'une loque qui comblait son manque d'amour par des verres et des verres ? qu'est-ce que ça pouvait leur foutre, au fond, qui s'interresse à tout ça ? chacun sa merde, non ? c'était pareil pour elle et pour tout le monde, alors on vide la bouteille de plus en plus tout les jours et on oublie... on lâche tout, on arrête d'essayer d'être forte, et on se laisse tout simplement aller, sans même s'en rendre compte, les doses augmentent de plus en plus, de plus en plus, on crève d'envie de retrouver cet état euphorique qui contraste tellement avec la prise de conscience de la réalité... et on tombe, on tombe tout en bas, plus bas qu'on a jamais été sous les yeux attristés de notre fils, nos amis, mais on s'en fout, on continue d'avancer dans la déchéance, on continue de lutter le mal par le mal... on tombe, et un jour, on en crève. Ca arrive comme ça, du jour au lendemain. Du jour au lendemain, le divorce, les problèmes financiers, sentimentaux, politiques - tout ce que vous voulez - nous tombe sur la gueule alors on se noie dans l'alcool jusqu'à attendre notre propre mort inconsciemment souhaité.

Dans un élan de lucidité improbable, la professeur essaya de se reprendre en mains, ne serait-ce qu’une minute. Pour résister à la tentation de cette bouteille à l’allure pourtant si banale posée tranquillement sur la table, elle prit sa veste et quitta le bureau de son père qui était le sien à présent. Sa tête tourna, sa vue se troubla mais elle reprit ses esprits et dévala les escaliers à grand pas, n’ayant qu’une envie : prendre l’air.

Et deviner sur qui elle tomba en traversant le premier étage pour atteindre le hall ? Esther. Esther Malefoy, la dernière personne qu’elle s’attendait à voir, la dernière personne qu’elle désirait rencontrer. Julia n’en pouvait plus, les éléments ne pouvaient que s’acharner sur elle pour qu’elle en arrive là, n’est-ce pas ? Sans réfléchir, la jeune femme qui ne le paraissait plus depuis quelques temps se dirigea vers son ennemi de toujours et se planta devant elle sans un geste. Sans un mot. Elle était là, la Serpentard aussi, face à face depuis la première fois depuis des mois… le cauchemar de leur confrontation quotidienne recommencait.

Cependant, quelque chose de particulier – quelque chose que seules les personnes les plus proches de miss Malefoy pouvaient percevoir – choqua la directrice. Sous le masque d’arrogance de Esther se cachait… comme une sorte de profonde tristesse. Une faiblesse qui disparut aussitôt lorsque Esther s’aperçut de la présence de sa tant aimée professeur. Celle-ci mit cette « hallucination » sur le compte du verre de vodka qu’elle avait vidé un peu plus tôt, et bientôt, probablement, elle oublierait cette « hallucination »…


Dernière édition par Julia Inferno le 27.09.08 18:15, édité 2 fois
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Esther Malfoy le 24.05.08 0:55

Charles Bukowski a écrit : "Il y aura toujours quelque chose pour détruire nos vies. La seule question est qu'est-ce qui va nous tomber dessus en premier. On est toujours au bord du gouffre."


Le gouffre. Vous savez cette sensation d'être au bord d'un précipice. Cette peur que vous ressentez à l'idée de tomber tout à coup. De sombrer dans les ténèbres. Une fois de plus. Cette angoisse qui menace votre vie à chaque instant. Inlassablement. Cette crainte qui vous guette. De jours. Comme de nuit. Cette hantise que l'on découvre ce lourd secret que vous mettez tant d'ardeur à cacher aux personnes à qui vous tenez le plus. Les visages inquiets que l'on pose sur vous en secret. Connaissez-vous réellement cette sensation ? En tout cas, E. oui...

La reine est de retour. Manants, manantes, prenez garde. Qui sait, maintenant qu'elle semble en pleine forme, ce qu'il pourrait vous arriver si vous tentez de la contrarier. Queen E. est bel et bien dans la place, les griffes sorties, prête à défendre son trône contre les insurgés. Depuis son retour, les langues se déliaient sur son passage. Elle avait déchu dès le premier jour la petite princesse qui pensait lui avoir ravi sa place : quoi de mieux qu'une humiliation publique le premier jour dans la Grande Salle. Que tout le monde soit prévenu : tous les coups sont permis. Poudlard livrera-t-il cette année sa plus grande bataille pour le trône des garces ? A voir.

Du haut de ses seize ans, la jeune fille avait beaucoup évolué depuis sa première année à Poudlard. Souvent punie pour ses arrogances et provocations, elle n'avait pas perdu son "sarcasme naturel" - comme dirait son petit ami L. - au contraire, la langue de vipère semblait être sa langue maternelle. La période trouble de laquelle elle sortait ne l'avait pas épargné. De celà, elle en ressortait plus aigre, cassante mais aussi vulnérable. Elle portait en elle un lourd secret, une maladie qu'elle ne voulait pas dévoiler. Queen E. se battait corps et âmes pour avoir la même prestance d'antan, la même fierté qui la caractérisait. Même si pour cela, elle n'hésitait pas à écraser, à rabaisser plus bas que terre ses moindres opposants. Dur la vie de reine des serpents ?

Assise en haut des escaliers, la vu sur les portes de la Grande Salle, E. attendait. Seule. Détendez-vous, un mauvais coup n'est pas à craindre ! Non, E. voulait juste trouver le bon moment pour interpeller S. Elle ne savait pas ce que donnerait leur relation mais au moins elle aurait essayé. Profitant du calme du château, les autres élèves étant en train de prendre leur déjeuner, la jeune fille se laissait aller à ses pensées : son père, sa mère défunte, les nouveaux anciens cours qu'elle devrait suivre, les différentes rumeurs sur la directrice en la personne de Julia Inferno... Cette dernière, alcoolique ? Cette idée faisait sourire machiavéliquement E. Julia ne serait tout de même pas tomber aussi bas ? Pourtant, la vérité allait se dévoiler, sous ses yeux. Dérangée par une ombre à peine perceptible, la jeune fille se retourna et tomba nez à nez avec la directrice. La personne qu'elle évitait depuis leur entretien en mai dernier. Digne, E. se leva et la jaugea du regard. Pourquoi Julia la fixait-elle ainsi ? Avait-elle perçu l'immense tristesse dans laquelle était plongée la petite Reine avant d'être dérangée ? Non, elle s'était très vite resaisie, son masque était imperceptible. Personne ne se doutait, à part Léo - et encore - de sa fragilité. Personne. Aux yeux de tous, elle était Miss Malfoy, Queen E. de Serpentard, la garce la plus crainte de l'école. Mais Julia, elle, n'était pas dans son état normal, elle empestait l'alcool et avait le regard fuyant de ceux qui ont trop bu. E. ne put empêcher de faire naître aux coins de ses lèvres un fin sourire moqueur.

Ainsi c'était donc vrai. Toutes ces rumeurs à votre sujet.

Provocatrice. Non, elle ne l'était plus. Du moins plus comme l'enfant qu'elle était auparavant. Elle parlait sur le ton de l'évidence, sans aucune méchanceté. Comme s'il s'agissait plutôt d'une constatation avec une vieille amie sur le choix d'une robe de bal. Pourtant à travers ces mots, son mépris se faisait sentir. Sèche, impérieuse, cassante voire cruelle, la petite Reine ne lâchait pas du regard sa Directrice. Au fond d'elle même, elle la plaignait. Mais qu'importe. Elle n'allait pas s'appitoyer sur son sort, le faisait-elle sur le sien, elle ? Son regard vitreux lui donnait plus qu'une déception : Julia n'était pas aussi forte qu'elle le prétendait. En voilà un point commun ?

Et dire que vous ne m'avez même pas convié à votre petite fête. Dommage. J'aurai pu divulguer tous les détails de votre destruction sociale. C'est peut-être mieux comme ça. Je suis déçue, professeur, vous ne pensez même pas à moi.

Un petit sourire. Un hochement de tête dépité. Un regard qui en disait long sur ses pensées. E. tourna les talons pressée de se réfugier dans la tranquilité de son dortoir encore vide.


Mais quelque chose me dit que cet entretien est loin d'être terminé ? A qui de lancer les dés ? Qui abattera le meilleur jeu - quitte à détruire l'autre ? Humhum. Des pronostics ?
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Julia Inferno le 25.05.08 16:36

De tous les dangers, le plus grand est de sous-estimer son ennemi. Ce proverbe-là, Julia ne le connaissait que trop bien et depuis longtemps elle avait appris à ne pas considérer Esther comme son inférieur – intérieurement, à l’évidence. Car en apparence, la jeune directrice prenait grand soin à rabaisser cette horrible petite peste de Malfoy plus bas que terre et elle en prenait d’ailleurs – curieusement, de la part d’une ex-Poufsouffle – un malin plaisir. Qui ne connaissait pas l’hostilité mythique entre ces deux familles se dirait que c’était impossible, Mme Inferno ne se permettrait jamais d’être méchante avec qui que ce soit, encore moins sadique ! Pourtant, c’est ce qu’elle était envers Esther, et nombreux l’avaient déjà remarqué sans vraiment y prêter attention : qui pouvait être attentionné et aimable avec Queen E. ? C’était mission impossible, même pour la personne la plus sympathique qu’il ne puisse jamais exister, il n’y avait pas à chercher plus loin. Fin de la parenthèse, revenons-en à nos moutons.

Ainsi c'était donc vrai. Toutes ces rumeurs à votre sujet.


Pas un mot, pas même un regard, car le sien était loin, très loin, plongé dans des brumes imperceptibles aux gens pour qui tout allait bien, pour qui boire n’était qu’un jeu auquel ils s’amusaient rarement, et non pas un besoin vital. Auparavant, J. ne serait pas restée de marbre face à cette provocation – ses réflexes et son instinct féroce envers E. auraient pris le dessus sur les méandres de ses rêveries. Etait-elle vraiment là, était-ce vraiment elle, Julia Inferno, anciennement Julia Dumbledore, s’écrasant sous le regard impitoyable de la reine des garces ?

Et dire que vous ne m'avez même pas convié à votre petite fête. Dommage. J'aurai pu divulguer tous les détails de votre destruction sociale. C'est peut-être mieux comme ça. Je suis déçue, professeur, vous ne pensez même pas à moi.

Déjà, E. avait tourné les talons, laissant la directrice seule, perdue, même complètement paumée. Cependant, celle-ci se reprit : eh ! Ce n’était pas un ou deux verres de vodka en trop qui allaient l’empêcher de se laisser faire par cette petite peste ! Le regard soudainement plus vif, elle héla la Serpentard, avant même d’avoir réfléchi à quelles méchancetés elle allait lui sortir en réponse aux siennes.

Mlle Malfoy ! Je peux savoir où vous allez ? J’ai, disons… quelques mots à vous dire.

Mais la petite princesse ne se retourna pas, se fichant complètement de ce qu'elle avait à lui dire, bien trop fière des moqueries qu’elle avait lancées à la directrice qui s’était forcée à ne pas prendre en compte. Ne voulant pas admettre qu’elle perdait la partie, cette dernière continua, d’une voix plus forte.

Qui vous a dit de partir ? Nous avons quelques détails administratifs à régler, en raison de votre « légère » absence, dit-elle d’un ton ironique, j’entends. Je vous prie de me suivre dans mon bureau. Vous n’avez pas le choix. Sale petite garce.

Ces derniers mots, elle les avait maugrées entre ses dents, priant pour que personne ne l’ait entendu autre que E. – mais elle en doutait, car celle-ci se trouvait à une dizaine de mètres de la professeur. Curieusement – ou pas – la sale petite peste en question se retourna et s’approcha de Julia, ayant clairement montré l’intention de la suivre, d’après ce qu’en disait l’expression de son visage. Enfin, si je puis dire – car en-dehors d’une insociabilité hors norme, son visage ne dégageait pas grand-chose, pour ne pas dire rien, du moins aucun sentiment pouvant appartenir à un être humain normalement constitué .


Dernière édition par Julia Inferno le 27.09.08 18:20, édité 1 fois
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Esther Malfoy le 25.05.08 20:57

- Garce ? Oh non professeur, là vous me decevez, vous perdez déjà votre calme. Respirez, la conversation ne fait que commencer. Et puis, ne me dîtes pas que ous n'avez toujours pas perdu cette facheuse habitude de m'insulter dès que vous me voyez. Vous êtes au dessus de tout celà. A mois que je ne me trompe...

Première carte abattue. Un sourire victorieux à la limite de la provocation. Le regard fier. Les yeux pétillants d'une infime once de moquerie. Un mépris inimitable. Cette attitude Malfoyienne qui montre qu'on se fout royalement de vous. Le sentiment d'écraser d'un seule regard, d'un seul coup d'oeil la personne en face de vous. Cette sensation de toute puissance devant un ennemi. Oui, oui : la vipère lançait son premier jet de venin. Qui a son antidote ?

Julia Inferno, comme c'était à prévoir, était tombé les deux pieds dans le piège de la serpentard la plus manipulatrice que l'école ait connu depuis quelques années. Quelques mots sans l'insulter, juste le ton qu'il fallait pour paraître polie mais faire sentir tout son mépris pour l'autre. E. excellait en ce domaine. les rares personnes qui ignoraient la guerre Inferno-Malfoy ne pouvait pas percevoir l'ironie bien placée des paroles de l'adolescente. Et comme d'habitude, la directrice emmenait sa rivale dans son bureau. Loin des oreilles indiscrètes. Là où elle pourrait sans dérangement la malmener. Piège ? Protection ? Sécurité ? Anticipation d'une nouvelle confrontation ? Qui sait ? La jeune femme était visiblement dépassée par la situation. Elle dut s'y prendre à deux fois pour que la petite Reine ne daigne l'écouter. Queen E. aimait assoir sa puissance, même sur les membres du corps enseignants. Faire sortir la directrice de ses gonds ? Un vrai plaisir ! Préférant éviter de mettre tout Poudlard au courant de leur petit différent, notre princesse suivit Julia jusque dans son bureau. Enfin, plutot jusqu'à l'ancien bureau d'Albus Dumbledore.

- Ohoh ! Mais vous êtes monter en grade. Vous avez enfin abandonné votre placard à balai.

Ok, là c'était limite. Ces simples mots sans signification pour certains prennaient un tout autre sens pour Julia qui venait de perdre son père et avait été promue directrice du château. Techniquement, on ne pouvait rien reprocher dans ces termes qui n'avaient rien d'insultant ou de moqueur, ni même au ton posé mais cassant qu'elle avait employé. Toutefois, connaissant E., Julia ne pourrait pas ne pas réagir. Elle avait été très affectée par le décès de son père. Et cette provocation gratuite lui serait probablement inadmissible. Au mieux, elle se contrôlerait pour plus exploser par la suite. Elèves, professeurs, abrittez vous ! La hache de guerre est de nouveau déterrée. La Serpentarde s'avança dans la pièce et fit semblant, un air faussement interessé sur le visage, de s'émouvoir en tombant sur le portrait de l'ancien Directeur. Une petite moue hypocritement triste. Les yeux fuyant. E. était plus odieuse que jamais. Un faible ricanement mit fin à cette scème d'émoi, comme si la Miss redevenait elle-même.

- Alors professeur ? De quoi vouliez-vous me parler ? Quel est ce... détails que vous n'avez pas réglé avant ? Non, pas que vous soyez incomptétente mais ça fait bientôt trois semaines que nous avons repris les cours.

Deuxième carte ? Directe. Franche. Cassante. Absolument pas soucieuse d'épargner son interlocutrice. Queen E. montrer son ascendance et sa maîtrise de sa situation. En son absence, son orgueil n'avait pas perdu. E; règnerait-elle jusque dans le bureau directoral ? A voir.

- Quel est le problème ? Vous regrettez votre bonne action et souhaitez me renvoyer ?
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Julia Inferno le 02.07.08 14:36

- Garce ? Oh non professeur, là vous me decevez, vous perdez déjà votre calme. Respirez, la conversation ne fait que commencer. Et puis, ne me dîtes pas que vous n'avez toujours pas perdu cette fâcheuse habitude de m'insulter dès que vous me voyez. Vous êtes au dessus de tout cela. A moins que je ne me trompe..

La tête haute et avançant d’un pas décidé – étrange comportement pour quelqu’un qui empeste l’alcool, Julia ne répondit toujours rien aux provocations de Queen E. Passer outre ses accusations. Rester fière. Malgré tous les efforts et la détermination que la Directrice mettait à rester indifférente aux paroles de Esther, elle ne put ne pas réagir face aux mots que cette dernière allait prononcer. Des mots tranchants comme la lame d’un rasoir. Des mots qui frappent à l’endroit même où ça fait mal. Pourtant anodins pour n’importe qui d’autre, ils étaient plus blessants que jamais pour Julia.

- Ohoh ! Mais vous êtes monter en grade. Vous avez enfin abandonné votre placard à balai.


Esther était une experte en la matière – la professeur l’avait su dès l’arrivée de celle-ci à Poudlard. Rien que l’expression de son visage prouvait sa méchanceté accompagnée d’une arrogance incomparable. Julia avait toujours défendu le bien, et au fil des années, elle s’était fait – il faut le reconnaître – un paquet d’ennemis. Mais une ennemi aussi manipulatrice que Queen E., jamais : et pourtant, c’était une gamine ! Une gamine immature, capricieuse. Comment se fait-il qu’elles en soient arriver à se vouer une haine sans limite ? Trêve de questions et de paradoxes incompréhensibles, les évènements faisaient qu’une fois de plus, Esther et Julia se retrouvaient dans la même pièce, engageant un hargneux combat.

Ohoh ! Mais il semble que je ne sois pas la seule à être montée en grade. Bravo, Esther, tu es devenue la seule femme de la maison à pouvoir influencer ton père.


Parler de la mort d’un proche d’une personne, même la plus détestable qui soit, la répugnait. Mais Julia vouait une telle rage à son ennemi qu’elle prononça ces mots sans la moindre hésitation. Le regard noir, elle profita de ce que Queen C. détourna la tête pour ranger sa bouteille de vodka à moitié vide dans un placard du bureau de Dumbledore – enfin, son bureau, à présent. Se reprenant, elle remplaça le tutoiement spontané par le vouvoiement habituel.

Je n’ai aucun regret, car je suis assez professionnelle pour différencier le travail de la vie privée. Ce qui n’a pas l’air d’être votre cas, vu votre comportement dans mes cours. Mais passons. Etant donné votre longue absence, vous avez quelques papiers administratifs à remplir.

Elle se leva pour ouvrir un placard de son armoire et en sortir le dossier, plutôt chargé, de la jeune Malfoy. Jubilant de la réplique qu’elle avait lancé à cette dernière, c’était le regard pétillant qu’elle cherchait ces papiers en question lorsqu’une feuille s’échappa du tas et vola jusqu’au sol. Automatiquement, Julia la ramassa et devint livide. Au-dessus du nom inscrit en lettres manuscrites, on pouvait lire « Dossier médical ». Et en dessous, de drôles d’informations…


Dernière édition par Julia Inferno le 27.09.08 18:23, édité 1 fois
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Esther Malfoy le 03.08.08 15:43

JULIA : Ohoh ! Mais il semble que je ne sois pas la seule à être montée en grade. Bravo, Esther, tu es devenue la seule femme de la maison à pouvoir influencer ton père.

De la rage. Une rage difficilement contrôlable. Ce flot se déversait dans tout le corps de la jeune fille. Comme habités par la magie de sa colère, les yeux de l'adolescente s'assombrirent. Le vert émeraude avait laissé place à une couleur sombre, sans âme. Sans vie. Ce regard, la Directrice l'avait déjà tellement supporté. Subit même qu'on pourrait croire qu'il n'était plus impressionnable. Pourtant, il y avait quelque chose de changer en E. Comme si la Serpentard était devenue plus calme et à la fois plus machiavélique. Méfiez-vous de l'eau qui dort... Avant cette longue période d'absence qui avait valu à E. son redoublement, les réactions de la Miss étaient prévisibles. Elle prennait très vite la mouche et il était très facile de la faire sortir de ses gonds. Or, au jour d'aujourd'hui, les quelques personnes qui s'y risquaient seraient incapables de prédire la réponse de Quee E. La juene fille faisait de gros efforts pour prendre sur elle sachant que le seul but de J. était de l'énerver davantage chaque jour. Aussi, elle détourna la tête, un infime sourire aux creux du visage, et pensa à sa défunte mère qu'on venait d'insulter. Sa colère lui ordonnait, l'influer à se réveiller et à riposter. Mais au fond d'elle-même, E. visualisait Willow Malfoy et la sagesse de cette dernière l'emportait et apaisait sa fille. C'est donc d'un ton douceureux et terriblement froid et méprisant qu'E. répliqua

C'est vrai. Mais au moins, lui, il lui reste quelqu'un. Ce qui est loin d'être votre cas. Si on en croit les récents évènements.


Secs. Lents. Froids. Ces mots auraient pu être prononcés sur le même ton qu'une condamnation. Peu importait à la jeune Malfoy. Elle relativisait, certes, mais il y avait toujours une riposte à ces attaques. Elle prennait sur elle mais montrait de plus en plus ouvertement qu'elle ne se laisserait pas marcher sur les pieds. Il n'y avait plus ces excès de colère incessants et ces sauts d'humeur. Mais était-il mieux de subir une colère froide et indéterminable à l'avance ? Pas sûr ! Préférant ne pas prendre la peine de relever les dernières paroles de sa Directrice, E. posa son regard sur elle. Un regard vide d'expression nerveuse ou colérique. Un masque lisse et impénétrable. Ce qui, visiblement n'était pas le cas de Julia. Après avoir sorti le dossier scolaire de la Serpentard de ses armoires, la jeune femme était devenue livide à la vue d'un feuillet envolé. Queen E. ne comprennait pas ce changement de comportement et préférait ne même pas savoir. Surtout, ne pas entrer de le jeu de J. L'adolescente n'avait qu'une chose à cacher depuis son retour à Poudlard et seul son père, Gegorius, connaissait ce secret. E. ne s'inquiéta donc pas sur ce sujet. C'est impatiente qu'elle se montra de nouveaux aux yeux de celle qui représentait l'autorité directorale. Un rictus facial. Un geste plus que méprisant envers ce manque d'organisation. Un infime soupir.

Professeur. Quelles sont ces formalités administratives s'il vous plait ? Qu'on en finisse au plus vite. Parce que si, vous, vous avez l'habitude de ne rien faire de vos journées, il n'en va pas de même pour tout le monde.


Spoiler:
HJ : La maladie dont souffre E. est une maladie cardiaque qui fait que si elle ne suit pas un traitement, au moindre effort physique intense comme le quiddich, elle peut voir son coeur s'emballer et mourir.
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Julia Inferno le 27.09.08 19:03

C’était fou, complètement fou. Tellement fou que pendant quelques instants, Julia devint sourde aux sarcasmes de Queen E., pourtant ajustés avec grand soin pour faire le plus de mal possible. Ses oreilles bourdonnaient, sa vue se troublait – mais cette fois-ci, pas de doutes, ce n’était pas les vapeurs alcoolisées qui s’échappaient du placard de son bureau qui la rendaient ainsi. Juste le choc d’une information qui allait lui redonner le dessus dans ce combat acharné entre Miss Malefoy et elle-même. Quoi ? Pardon ? Vous pensiez Julia complètement chamboulée par cette triste nouvelle ? N’en croyez rien, Mlle la Directrice avait juste trouvé ce qui allait faire pression sur Esther, ce qui allait la faire tomber à la renverse. Parce que maintenant, Julia savait. Et ça, c’était un privilège qu’à son avis peu de gens possédaient.

L'expression stupéfaite de la professeur disparut aussi vite qu’elle était apparue pour laisser placer à un sourire cruel que même la Reine des Garces n’aurait pu imiter tellement son arrogance était grande. D’un geste lent, la nouvelle directrice replaça délicatement le feuillet, qui avait pris en quelques secondes seulement une valeur inestimable. A ses yeux du moins. Et lorsqu’elle prononça ces mots, sa voix était parfaitement ajustée, d’un mielleux sans pareil, plus détestable que jamais.

Oh oui, bien sûr, dépêchons-nous. Je ne voudrais pas que vous décédiez avant d’avoir rempli tout les papiers administratifs. Ce serait tellement… elle marqua une pause avant d’ajouter, les yeux pétillants de malice, dommage.

Julia commençait à exceller dans le domaine de dire les choses sans vraiment les dire, juste ce qu’il faut pour éveiller l’attention de son interlocuteur, mais pas assez pour qu’il comprenne vraiment. La professeur plaça le dossier de Esther bien en évidence, comme pour dire « Vas-y, prend-le, regarde ce que j’y ai vu, admire ce feuillet qui va me permettre de gagner ce round et les prochains, laisse-toi aller, perdre pieds, et te rendre compte que ton secret n’est plus à l’abri. » . Esther et Julia s’affrontaient à présent non pas verbalement mais par regards. Des regards tellement hargneux qu’on en perdrait la tête. Un être humain n’a-t-il jamais ressenti autant de haine pour un autre être humain ? Ni E. ni J. ne le savaient, mais ce qui était certain, c’est que dans leur combat éternel, pas un seul soupçon d’humanité ne persistait. Ils ne restaient d’elles que de la rage, une rage solide, incarnée autant dans l’une que dans l’autre. Qui se douterait, en les voyant combattre ainsi, qu’elles sont capables d’apprécier la chaleur du soleil sur leur peau, la douceur de l’herbe sous leurs pieds ? Qui se douterait qu’elles sont simplement capables d’aimer ?

A cet instant précis, plus rien ne comptait pour J. que le moment où E. lui sauterait dessus – ou plus précisément sur le fameux dossier – pour en voir le contenu. Le moment où les yeux de cette peste s’écarquilleraient de surprise, où son visage soudain décomposé deviendrait d’une pâleur inégalable. Jamais elle ne savourerait meilleur moment, elle en était certaine.

Les gens se fracassent les uns contre les autres comme des poupées de verre, et Queen E. et Headmistress J. n’échappaient pas à cette dure règle...
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Esther Malfoy le 05.10.08 14:46

Autant suspend ton vol...


Le temps semblait s'être arrêté dans le Bureau du Directeur, occupé temporairement par Julia Inferno. On percevait le tic tac agaçant de la grande horloge. Pas un autre bruit. Pas un seul autre bruit. J. venait visiblement de prendre l'ascendant sur son élève, mais vis à vis de quoi ? Ohoh ! Queen E. se sentirait-elle menacée ? Le renversement du trône n'est pas loin E., protège tes arrières. La jeune fille n'avait pas perdu une miette du changement d'expression de sa directrice, du moment où elle avait pris cet étrange feuillet jusqu'à cette phrase d'une bizarrerie hors norme. J. perdait la tête ? Ou était-elle simplement sous l'emprise de ses boissons alcoolisées ? Peu importait à notre bitch la plus populaire de l'Ecole de savoir quel était le nouveau problème de J., peu lui importait de se dire qu'elle était un peu folle que l'année précédente. Il fallait juste qu'elle sorte le plus vite possible de ce bureau emportant avec elle ce secret qu'elle ne tenait absolument pas à dévoiler. S'il venait à se savoir, s'en était fini pour elle. Fini.


J. : Oh oui, bien sûr, dépêchons-nous. Je ne voudrais pas que vous décédiez avant d’avoir rempli tout les papiers administratifs. Ce serait tellement… elle marqua une pause avant d’ajouter, les yeux pétillants de malice, dommage.

Euh... Oui bien sûr J. ! Il y a des jours comme ça où on se demande si le monde ne tourne pas sans nous, n'est-ce pas Queen E. ? Totalement perplexe suite à cette remarque, elle n'eut aucune réaction. Surtout ne pas donner à Julia cette satisfaction qu'elle attendait tant. Ne pas lui faire ce plaisir. E. n'avait pas perdu cet insupportable air supérieur devant J. Et bien que celle-ci ne la lâchait pas du regard, E. ne faiblissait pas. Sans comprendre le sourire cruel, dessiné sur les lèvres de la quadragénaire, le plus hypocrite qu'elle ne lui ai jamais vu, E. savait qu'elle avait perdu ce match en raison d'un détails. Mais lequel ? Elle avait beau chercher, elle ne trouvait pas ce qui avait pu faire que J. prenne l'avantage sur elle. Et si... ? Non impossible ! Seul son père et elle savait. Personne d'autre. Mais en es-tu vraiment certaine Queen E. ?

J'ignore quel est votre problème, une fois de plus, Professeur. Mais laissez-moi vous dire que l'hypocrisie ne vous convient vraiment pas. Vous vous relâchez, je vous ai connu en meilleure forme. Est-ce tout ce que vous êtes capable de faire ? Me balancer une phrase d'une stupidité grossière ? Je suis déçue. Vraiment.

Même si E. jouait l'arrogante pour ne pas se laisser démonter, elle avait bien remarquer l'envie de J. Prendre le dossier. Son dossier. Et chercher ce qu'elle y avait découvert. Elle ne lui ferait pas ce plaisir. Pas aujourd'hui du moins. Légèrement nauséeuse, elle n'avait plus qu'une hâte : regagner son dortoir et prendre sa potion revigorante. Sans bouger, n'ayant pas lâcher J. des yeux, elle montra son impatience grandissante.

Bon, professeur, comme je vous l'ai déjà signalé, j'ai d'autres choses à faire. Alors, bien que visiblement vous vous ennuyez et appréciez les enigmes farfelues, je n'ai pas de temps à perdre avec vos enfantillage. Quels sont ces papiers que je doive remplir ? Qu'on en finisse.

Ses longs cheveux bruns étaient relâchaient sur ses épaules, sa robe impeccablement repassée, E. avait tout d'une princesse, d'une reine. La Reine de Poudlard. Mais cette Reine sait-elle que son règne tend à s'achever ? La Révolution est en marche, Queen E. A bons entendeurs...
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Julia Inferno le 03.11.08 16:10

Personne n'est assez puissant pour jouer avec le mal sans y perdre quelque chose.


Julia adressa un sourire qui en disait long à Esther. Plus de mots, plus d’indices, plus d’énigmes. Juste ce sourire. Ce sourire qui en fin de compte signifiait beaucoup plus de choses qu’on ne pouvait le croire. Mais Queen E. ne comprit toujours pas - que son règne était terminé, tout comme le round qu’elle croyait avoir gagner et qui faisait briller ses yeux. Dans un instant. Une minute tout au moins, sa vie basculerait, et elle ne le savait encore pas. Je crois que c’est ça le réel délice que la directrice prenait le temps de savourer. Ce court instant où elle savait sans que l’autre ne sache qu’elle sait. Cet instant où on se croit maître du jeu, où cette sensation de pouvoir envahit chacune de nos cellules. Cet instant où on s’imagine lancer les dés sans l’avoir encore fait. Julia se croyait surpuissante et elle aurait voulu que ce fameux instant dure toujours. Cependant une autre tentation à déguster était plus grande, un autre instant à venir plus fort encore – celui où le visage de E. se décomposerait car son empire bâti pendant toutes ces années s’effondrerait enfin.

« Finalement, je crois que je me suis trompée… il n’y a… aucun papier à remplir. Vous pouvez partir. »

Elle avait prononcé ces mots distinctement comme si chacun avait une importance primordiale. Et pourtant cette phrase n’avait provoqué qu’un haussement de sourcils chez E. qui s’apprêtait une fois de plus à cracher son venin sur Julia avant de partir, comme celle-ci le lui avait demandé. Mais J. ne lui en laissa pas le temps - elle lui attrapa le bras violemment et s’approcha d’elle pour lui susurrer à l’oreille ces mots qu’elle délecta sans gêne, car c’est eux qui faisaient son seul bonheur à présent.

« Je sais tout de toi Esther, tous de tes secrets que tu caches avec une remarquable habilité, je l’admets, même si ça ne marche pas avec moi. Oui, car personne, personne d’autre que ton père et toi-même n’aurait du savoir… dommage, hein ? Fini de jouer maintenant. Stop, game over. Fin du règne. Tu vas tourner les talons gentiment et quand tu passeras le seuil de la porte, tu auras intérêt à être bien sage car à la moindre incartade je te jure que je n’hésiterais pas à… égarer malencontreusement ce feuillet dans un endroit inapproprié, où une personne tout aussi inappropriée pourrait… le retrouver. Ai-je été assez claire ? »


Le visage de Julia était à 5cm tout au plus de celui de Esther. Leurs regards se rencontrèrent et la directrice crut voir les yeux de son ennemi briller, mais pas de victoire cette fois-ci…
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Esther Malfoy le 23.11.08 16:05

Ralph Waldo Emerson a écrit : "Il n'existe aucun secret qui ne puisse être découvert. On ne peut rien caché dans le monde civilisé. Notre société est comme un bal masqué, chacun y cache sa véritable nature et elle est révélée par le choix de son masque."


Les masques. Les transparences. Le faux. Le vrai. Sauver les apparences. Voilà le monde dans lequel vivait E. Préserver son intimité. Cacher ses plus sombres secrets. Paraitre. Apparaitre. Jouer la comédie. Jouer sa vie. Rien de tout cela n'était vrai. Jeunesse dorée de Grande Bretagne vit dans le mensonge, la trahison et l'hypocrisie. On écrase avant d'être écrasé. Sans remords. Sans regrets. Pas même une once. Rien. Insensible ? Oui. Non. Peut-être. Et pourtant, ces jeunes gens sont comme tous ceux de leur âge. Ils souffrent autant qu'eux. Peut-être plus. Sans pouvoir exprimer leur douleur. Cacher. Effacer ses sentiments. Ne pas paraitre faible. Tous les adolescents éprouvent les mêmes tristesses, les mêmes désillusions et ont souvent les mêmes espoirs. L'amour. Le bonheur. L'insouciance. Mais dans ce monde de faux semblants, certains sont plus touchés que d'autres et malgré leur ardeur à ne rien dévoiler, il arrive un jour où ils sombrent, seuls ou par le fait d'autrui, dans un enfer tourbillonnant dont seuls leur personnalité, leur caractère, leur âme pourront les en sortir. Qui les aidera ? Qui les poussera vers l'abîme et le précipice ? Les hommes se haïssent et se vouent une guerre irraisonnée pour affirmer au grand jour leur victoire. Et cette fois, la Reine est touchée plus qu'elle n'y parait. Les masques tombent. Echec et Mat Queen E...

« Je sais tout de toi Esther, tous de tes secrets que tu caches avec une remarquable habilité, je l’admets, même si ça ne marche pas avec moi. Oui, car personne, personne d’autre que ton père et toi-même n’aurait du savoir… dommage, hein ? Fini de jouer maintenant. Stop, game over. Fin du règne. Tu vas tourner les talons gentiment et quand tu passeras le seuil de la porte, tu auras intérêt à être bien sage car à la moindre incartade je te jure que je n’hésiterais pas à… égarer malencontreusement ce feuillet dans un endroit inapproprié, où une personne tout aussi inappropriée pourrait… le retrouver. Ai-je été assez claire ? »

Décomposée. Médusée. Sidérée. Déconfite. Sans voix. ... ... ... Autant de mots pour décrire l'attitude de la Serpentard. Au pied du mur. Sans aucune défense. Vulnérable. Une brèche s'était ouverte dans la muraille Malfoy et J. semblait en avoir profité pour forcer les remparts de son ennemie. Abattue. Queen E. avait perdue. Les mots de sa directrice raisonnait encore dans sa tête. Inlassablement. Comme une bombe à retardement. Une menace telle une épée de Damoclès. Un chantage impitoyable. "Fini de jouer maintenant. Stop, game over. Fin du règne. Fini de jouer maintenant. Stop, game over. Fin du règne. Fini de jouer maintenant. Stop, game over. Fin du règne. Fini de jouer maintenant. Stop, game over. Fin du règne." Elle savait. Mais comment ? Pourquoi ? Qui l'avait vendu ? Son père ? Les médecins ? E. devait savoir. Le peu de dignité qui lui restait lui permettait de faire face à la jeune femme. Mais pour combien de temps encore ? E. Ne trouva même pas la force de répondre. Pour une fois, J. l'avait mise KO. Il fallait qu'elle se relève.

Que faire ? Se montrer docile ? Faire les yeux doux à celle qu'elle haïssait depuis tant d'années pour voir son secret conserver sans être sûre qu'il le sera ? Ou alors frapper une fois de plus là où elle savait que J. ne se relèverait pas non plus ? Queen E. n'avait jamais paru aussi hésitante. Indécise. Soumise surtout. Elle n'était plus l'ombre d'elle-même. Elle sentait son coeur battre la chamade. Des vertiges la prenait mais jamais elle ne donnerait à la Directrice adjointe le plaisir de l'amener à l'infirmerie. Elle ne savait pas ce qui était le pire. Que J. susurre ces menaces ou qu'elle mette tant d'ardeur à vaincre la jeune fille ? Qu'elle attende que sa victime demande des explications. E. s'y résigna. Elle devait savoir. Dans un souffle, la tête baissée, elle laissa échappé, impuissante

Co-comment avez-su ? Je vous demande cela comme une dernière faveur... Vous me devez bien ça. Une contrariété trop forte pourrait m'être fatale... Vous le savez. Maintenant. Comment avez-vous appris pour ma maladie ? Mon père ? Mon médecin ?


Ses yeux semblaient la supplier de lui répondre. J. accédera-t-elle à cette requête ? Rien n'est moins sur... La guerre devient de plus en plus meurtrière. Les deux camps sont sur des charbons ardents et seule la personne la plus forte s'en sortira indemne.
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Julia Inferno le 29.12.08 20:41

Dominer. Mettre à terre. Plus bas que terre. Regarder de haut son ennemi, sa victoire, un goût amer dans la bouche. Un goût qui ne passera pas. Celui de la rancœur, d’une certaine forme de lâcheté, comme un baiser volé. De la haine, J en avait tant et tant envers E. que ça la rendait folle. Folle de savoir qu’en sa présence, elle n’était plus elle-même. Elle était quelqu’un de complètement différent, d’irascible, de cruel. Quelqu’un qui empeste une confiance mal placée, une rage sans limites. Et ça la dégoûtait, cette sorte de double personnalité, de schizophrénie. Ca lui brisait le cœur de se rendre compte de ce qu’elle était en compagnie de son ennemi, si loin de sa vraie nature. Car ce sont nos actes qui définissent qui nous sommes – et ce qu’elle faisait en ce moment même était inhumain, ce chantage qui jouait avec les sentiments d’une jeune fille malade.

Je vous l’accorde, ce n’était pas n’importe quelle jeune fille malade. Et des sentiments, c’était à se demander si celle-ci en avait. Devant la réaction pitoyable de l'ex-Queen E., qui essayait en vain de se rattraper à n’importe quoi étant à la hauteur de son ex-réputation, Julia ne sut que dire. Ni où regarder. Devant le spectacle de cette élève désespérée, la Directrice adjointe n’atténua pas la douleur ni le choc que cette dernière pouvait ressentir. Elle ne sut qu’enfoncer le poignard plus profondément, la lame plus aiguisée encore.

« Je te dois bien ça ?... mais qu’est-ce que je te dois, Esther ? Tu m’as tout pris, tout volé et rien rendu. Tu m’as pris mon fils sans une once d’hésitation ni de compassion. Pourquoi devrais-je en avoir pour toi ? Dis-moi, pourquoi ? »

Leur jeu de regards était époustouflant, bien qu’à présent, les deux ennemis ne jouaient plus. Plus de paroles qui essayent d’atteindre l’adversaire là où ça fait mal. Plus de gestes mal placés, plus de vanes. Elles étaient dans la cour des grands. Qu’est-ce qui en ressortira indemne, cette fois-ci ? J. était détruite depuis longtemps. Chacun son tour, « Queen » E. La Professeur n’avait plus rien à perdre… et il n’y a pas plus dangereux que quelqu’un qui n’a plus rien à perdre.

« Je vois que tout est clair. Nous n’avons donc plus rien à nous dire. Oh, si, avant de partir... je crois que votre code me sera utile. Et vous allez me le donner sans protester, n'est-ce pas ? Vous ne voudriez pas que votre... petit secret soit révélé au grand jour ?..
Passez une bonne soirée, Miss Malfoy. »


J. qui, dans un accès de fureur s’était levée un instant plus tôt, se rassit derrière son bureau. Elle jeta un dernier coup d’œil vers E. qui n’en revenait toujours pas, puis rangea le dossier de cette dernière, signe indiquant clairement qu’elle pouvait se retirer. Le round était gagné. J. devrait en sortir satisfaite… et pourtant, malgré les apparences, et au lieu de ça, elle se demandait s’il restait encore une part de son âme. Celle qu'on disait charitable.. autrefois.
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Esther Malfoy le 11.01.09 15:07

Il y a des moments dans nos vies où on se trouve à un croisement.
On a peur, on est perdu, on est sans carte
Les choix qu'on fait dans ces moments peuvent définir le reste de nos jours.
Naturellement, une fois confrontés à l'inconnu, certains d'entre nous préfèrent faire marche arrière.
Mais de temps à autres, les gens osent aller vers quelque chose de mieux, quelque chose qui se trouve juste au delà de la douleur d'être seul et juste au delà du courage que ca demande de laisser entrer quelqu'un ou de donner à quelqu'un une deuxième chance.
Quelque chose au delà de la tranquille poursuite d'une rêve.
Parce que c'est uniquement quand on est testé qu'on découvre vraiment qui on est.
Et c'est uniquement quand on est testé qu'on découvre qui on peut être.
La personne qu'on veut être existe quelque part derrière un dur travail, la foi et la croyance... et au délà des chagrins d'amour et de la crainte de ce qui nous attend.


***


Queen E. - ou plutôt son fantôme - se trouvait à ce point de non retour. A ce croisement. Qu'allait-elle faire face à cet ultimatum posé par la Directrice adjointe ? Aussi douce fut-elle par le passé envers ces chères têtes blondes de Poufsouffle, la mort de son fils et de son mari par l'action de la famille Malfoy avait bien changé cette grande dame autrefois tant respectée par ces élèves. Aujourd'hui, Julia pouvait se montrer si cruelle avec les personnes qu'elle détestait. Voire haïssait. Oui car J. avait su céder à ce doux sentiment qu'est la vengeance et le bonheur d'assouvir cette vengeance. Elle appréciait maintenant cette joie, cette euphorie particulière de voir son ennemi chuter et vous supplier du regard d'arrêter. Il y avait cependant très peu d'élève capable de s'attirer les foudres de la professeur, mais E. en faisant partie depuis ses plus jeunes années à Poudlard. Comment ? Pourquoi ? J. venait elle même d'en rappeler la principale raison. Outre le fait que l'adolescente soit bien née et qu'elle jouit de son statut social, c'est surtout le meurtre de son fils unique qui réveilla en J. cette douce folie endormie. Et maintenant que les rôles étaient inversés et que c'était à la jeune fille d'être "soumise" à la puissance Inferno, Julia ne comptait pas s'arrêter en si bon chemin.

« Je te dois bien ça ?... mais qu’est-ce que je te dois, Esther ? Tu m’as tout pris, tout volé et rien rendu. Tu m’as pris mon fils sans une once d’hésitation ni de compassion. Pourquoi devrais-je en avoir pour toi ? Dis-moi, pourquoi ? »

...

« Je vois que tout est clair. Nous n’avons donc plus rien à nous dire. Oh, si, avant de partir... je crois que votre code me sera utile. Et vous allez me le donner sans protester, n'est-ce pas ? Vous ne voudriez pas que votre... petit secret soit révélé au grand jour ?..
Passez une bonne soirée, Miss Malfoy. »


La preuve en est. J. connaissait désormais tous les vices du chantage et de la perversion. Et E. en faisait officieusement les frais. Abasourdie. Atterrée. Abattue. Interdite. Autant de mot pour qualifier l'état physique et moral d'E. Que pouvait-elle faire face à cette menace ? Livrer son code afin de préserver son secret ? Former une requête au Conseil d'administration de l'école afin de faire renvoyer Julia ? Non. E. aurait du expliquer les raisons de son pourvoi et donc dévoiler la maladie dont elle souffre en silence. Que faire ? Que dire ? Empêcher Julia de nuire plus qu'elle ne le faisait déjà. La jeune Malfoy hésitait entre ne pas se laisser faire et montrer à Julia qu'elle n'était pas soumise à ses désirs ; ou alors, à contrario, se subordonner aux injonctions de la directrice. Il fallait agir. Vite. E. était en général fine stratège, calculatrice mais il fallait avouer qu'en ce moment, elle manquait crucialement d'idées pour se défaire de cette situation.

- Mon.. Mon code ? Oh Professeur, pensez-vous réellement que je me serais jetée corps et âmes dans cet absurde "jeu" lancé par le professeur Harris ? Je suis déçue de voir que depuis tout ce temps vous ne me connaissez pas... Vous par contre, vous semblez vous y intéresser. Vous semblez penser avoir pris la main ce soir, non ? Un petit feuillet égaré malencontreusement pourrait certes m'abattre mais...

La jeune fille avait senti les larmes lui monter aux yeux. Face à Julia, elle aurait voulu tout plaquer, lui donner ce qu'elle voulait pour disparaître. Et oublier surtout. Oublier que Julia savait. Oublier que Julia pouvait la rendre plus vulnérable qu'elle ne l'était déjà. E. était passée par d'atroces épreuves en quittant Poudlard. Elle avait énormément souffert et s'était jurer de ne plus jamais se laisser abattre. Willow, sa mère défunte, l'accompagnait dans ces moments douloureux. Elle vivait en elle. Et c'est pour elle que l'adolescente se battrait pour ne pas se laisser écraser comme Julia le désirait. La tête baissée, elle avait fermé les yeux, sentant le désespoir la gagner peu à peu. Mais il ne faut jamais sous-estimer une Malfoy. Et surtout pas E. qui pouvait se révéler être d'une énergie impensable quand il y allait de sa "survie". Une force l'habitait. L'a possédé. La jeune fille releva la tête et observait les moindres mouvements de Julia. Son dossier scolaire fut rangé dans le second tiroir, à gauche, du bureau directorial. Elle s'en souviendrait. Sans un sourire, les yeux sombres, elle avait commencé son petit discours. Tout en elle montrait sa supériorité naturelle. Innée. Laissant planer le suspens sur la suite de ses paroles, Esther jaugea son adversaire du regard avant de continuer.

Mais, vous semblez ignoré que je suis également en connaissance de certains éléments pouvant sérieusement vous discréditer aux yeux des autres. Comme par exemple le nombre de bouteilles d'alcool que vous gardez cachées dans votre bureau. Et oui, c'est le problème des élèves convoqués trop souvent chez leur professeur. Ils en savent toujours plus qu'ils ne le devraient... De même, vous avez révélé votre passé scandaleux. Mais tout fut-il dévoilé au grand jour ? Hum.

La destitution de la Queen of the Bitch ne dura pas longtemps. On peut dire que notre chère E. ne supporte pas être évincée, au point de se remettre rapidement en selle pour retrouver ce qui lui est le plus cher. Le pouvoir. La demoiselle avança vers le bureau derrière lequel Julia s'était assise et attendait patiemment que son élève lui livre son code. Les deux mains appuyée sur le meuble, inclinée pour être à la hauteur de sa professeur, E. chuchota, comme pour donner le coup de grâce.

Voilà comment nous allons procéder professeur : le dossier contre le code. Sinon, il se pourrait que, moi aussi, j'égare malencontreusement une ou deux informations. On est d'accord ?
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: She comes back and it kills me.

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum