[RP] La nuit où tout bascule ...

Aller en bas

[RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Julia Inferno le 07.04.08 20:12

Un voile devant les yeux. Un malaise soudain. Quelques bribes de conversation, loin, si loin... et puis plus rien.

Ce n'était pas possible. Sa vie se déroulait sous ses yeux sans qu'elle puisse en recoller les bouts, tout cela n'était qu'un rêve, n'est-ce pas ? La mort est une chose difficile à admettre. Une épreuve insurmontable, pour certains. Pendant longtemps, on croit qu'elle ne peut pas nous atteindre, pas nous ! Ca n'arrive qu'aux autres ! Et perdu dans nos certitudes désillusoires, on tombe de haut - de très haut - lorsqu'elle nous frappe. Un coup si soudain qu'il nous en reste un goût amer dans la bouche que même l'amour, le réconfort après le chagrin ne peut pas enlever. Son cœur était vide. Vide de sens. Il battait fébrilement, se demandant pourquoi ? Pourquoi continue-je à battre ? Pour les autres. Oui, pour les autres. C'est ce que l'on se dit et on continue à vivre et à avancer en brandissant cette p*tin de raison comme une barrière, peut-être une excuse à ne pas tomber dans la déchéance ?

La Grande Salle était bondée. Des centaines et des centaines d'élève, bavardant joyeusement, sans se douter de rien. Julia avait honte, elle se sentait mal - leur innocence la touchait tellement qu'elle se haïssait à la pensée que le sourire figé sur leur visage allait se défaire d'une minute à l'autre, par la faute de cette nouvelle déchirante, par SA faute... cependant, chacun se demandait quel était cette soudaine convocation à une heure si avancée dans la nuit. Que s'était-il passé ? Et surtout pourquoi, pourquoi l'air assuré des professeurs avait disparu, laissant place à la peur et aux pleurs ? La Directrice adjointe, ou plutôt la nouvelle Directrice - à présent, s'avança d'un pas hésitant vers l'avant de l'estrade où trônait un aigle d'or, support des discours de Dumbledore, discours qu'il ne verrait plus jamais... Elle ne se faisait pas à l'idée, à l'aspect définitif de ce tragique évènement. Mais lorsqu'elle ouvrit la bouche, la salle entière se tut pour lui laisser la parole. Sa voix se cassa lorsqu'elle commença à parler à l'assistance d'une attention inégalable, mais elle continua, maintenant qu'elle était lancée, elle ne pouvait plus faire marche arrière. Ils devaient savoir.

Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous comuniquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité

Jamais Poudlard n'avait assisté à un tel silence, à une telle inquiétude sur le visage enfantin de ces élèves. Julia continua, essayant de rassembler le peu de courage et de force qu'il lui restait - mais quelle force ?

J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais.

Le cœur vide de sens de Julia éclata en milles morceaux lorsqu'elle prononça ces mots, et elle s'effondra en pleurs, plus désespérée que jamais. La vérité fait trop mal. Quelques instants de silence le plus total avant que la nouvelle n'arrive aux consciences. Puis les premiers cris vinrent en même temps que les larmes. Une telle détresse, une telle peur. Julia n'en pouvait plus. Elle s'enfuit en courant, où ça, elle n'en savait rien, mais loin de tout ça, loin de tout ce chagrin...

Des centaines de cœur s'étaient brisés à la seconde même où on avait su. Des centaines de visages défaits, de larmes. Une détresse telle... Julia n'en pouvait plus. Julia ne souhaitait que disparaître. Julia désirait ne jamais réapparaître.


EDIT ESTHER : Si ca ne vous va pas, changez ^^
EDIT JULIA : Evidemment, c'est un sujet de RP libre, tout le monde peut répondre. Ce RP fait partie du nouveau contexte instauré il y a peu ! Il est donc très important.
avatar
Julia Inferno
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4588

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noyer, plume d'Abraxans, 26.5 cm. Efficace pour les sorts de DCFM et de soins aux créatures magiques.
• Commentaire d'Ombrage  : Clé' c'est trop ma potesse d'amour !
Wilu

Clé elle est nulle à l'école !
Sol'

Quelle audace, jeune ingrate ! Vous ferez mieux de réviser vos cours de SACM !

Sol' elle est jalouse de Clé' parce qu'elle peut pas boire comme une adulte.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Esther Malfoy le 08.04.08 13:24

- Mesdemoiselles ! Mesdemoiselles, s'il vous plaît, l'heure est grave, levez-vous et rendez vous dans la Grande Salle ! Je veux voir les préfets dans cinq minutes dans la Salle Commune pour encadrer les élèves ! Malfoy ! Je vous rapelle que vous êtes préfète ! C'est compris ?
- Humpf ! Ouai, ouai... Foutu école...


E. ne raffolait pas des réveils en fanfare : c'était l'atout majeur pour une personne qui souhaitait la mettre de très mauvaise humeur. L'annonce de la directrice de Serpentard sonna, malgré tout, comme un mauvais pressentiment : la Direction de Poudlard n'avait que très peu de fois réuni ses élèves en pleine nuit dans la Grande Salle et à chaques fois, la situation s'était révélé très critique ! Autour de E., les filles s'activaient, s'interrogeaient et commençaient à s"inquiéter. Mary était déjà debout, Faith enfilait son peignoir, Juliet cherchait après ses pantouffles... E. s'assit sur le lit quittant peu à peu son sommeil : ses yeux étaient tirés, elle baillait aux cornailles, ses cheveux étaient emmêlés... Elle sentait de l'électricité dans l'air, les filles se regardèrent l'une après l'autre et dans le regard de chacune, on saisisait l'inquiétude.

Meredith "Vous croyez que c'est... vraiment grave ?"
Juliet "La directrice ne serait pas venue pour rien, je pense..."
Faith " Ca craint, j'vous l'dit !"
Esther " La meilleure solution pour savoir est de se rendre à la Grande Salle, je vais retrouver Léo, rejoignez nous au salon les filles."

E. enfila sa robe de sorcier et sortit précipitemment de sa chambre, descendant les escaliers à pleine course. Dans le salon, quelques groupes d'élèves étaient déjà présents et piaillaient dans tous les sens. Soupirant d'exaspération, l'adolescente chercha L. des yeux. Il était vraiment... se distinguait des autres garçons, ses cheveux blonds dorés en pagaille, ses yeux bleu gris fatigués... E. ne voulait pas se l'avouer mais elle l'aimait toujours.

- UN PEU DE SILENCE JE VOUS PRIE !

Peu à peu, le brouhaha cessa et la jeune fille en profita pour se rapprocher du deuxième préfet et monter sur la table, entraînant L. avec elle. Pas question qu'elle fasse tout toute seule !

- Comme vous le savez, nous devons tous nous rendre dans la Grande Salle. Il s'est passé quelque chose de... grave, selon notre directrice de maison, alors, Léo et moi, allons vous demander de nous suivre dans le calme et sans trainer dans les couloirs. En route !

Les élèves de Serpentard passèrent quelques minutes plus tard le seuil de la Grande Salle suivit de près par les Serdaigles. Julia semblait dans tous ces états, E. ne l'avait jamais vu comme ca depuis... La mort de Vlad. Dumbledore brillait par son absence, ca devenait une habitude depuis quelques temps, le vieux n'était plus opérationnel ? Le ministre s'était-il enfin rendu compte qu'il était gâteux et sénil ? Bonne nouvelle ! E. s'assit à leur table sans dire un mot, maudissant intérieurement la personne, le pourquoi qui avait osé déranger son sommeil. Pour une fois qu'elle dormait bien... Julia se leva et prit la parole :

Julia "Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous comuniquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité.
J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais."


Les réactions ne se firent pas atendre, certains crièrent d'effroi, d'autres se mirent à pleurer silencieusement. Seuls les Serpentards ne semblaient pas en être affectés... Enfin certains, ne faisons pas de cette maison, une généralité ! Quelques septièmes années n'en avaient rien à faire, ils en riaient presque, tandis que la majorité des premières était choquée et ne savait comment réagir. E., elle, ne savait que penser, les mots de Julia résonnèrent en elle comme le jour où Grégorius vint lui apprendre la mort de sa mère. Elle était remontée quelques mois en arrière et ne put empêcher une fine larme de couler sur sa joue. Elle leva son regard et observa L. du coin de l'oeil, elle ne voyait pas sa réaction. Autour d'elle, des murmures s'élevaient des différentes tables. Cherchant Julia des yeux, elle se sentait impuissante malgré un faible, très faible et inexplicable sourire sur son visage.

Comment Poudlard allait-il survivre à cette nouvelle "horreur" ? Qui allait remplacer D. à la tête de Poudlard ? Comment surtout D. était-il mort ? Les élèves allaient-ils être renvoyés chez eux ?
avatar
Esther Malfoy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 4105

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Noblesse Oblige... Serpentard
• Commentaire d'Ombrage  : Pov' Cilou elle a aucun commentaire .0.

Cilou i love you ! ♥

Cilou i love pas you mais tes vavas sont jolis.

Elle vous domine tous x 100.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Valentin Moson le 10.04.08 15:51

Il n’arrivait pas à dormir. Cette nuit-là, Valentin n’y arrivait pas. Il tournait et re-tournait des pensées dans sa tête qui ne le quittait pas, allant sans cesse aux toilettes, ou boire de l‘eau. Il aurait pu utiliser sa Pensine, oui il aurait pu. Mais ça aurait été fuir. Fuir le problème qu’il vivait actuellement. Et il savait très bien qu’il ne pourrait agir ainsi toute sa vie, il fallait faire preuve de courage. Alors il restait étendu sur son lit, les yeux grands ouverts sur un plafond neutre une larme tombant de temps à autre. La raison n’avait pas lieu d’être donnée. C’est alors que la directrice rentra.

-Réveillez-vous! Messieurs réveillez-vous! Messieurs les élèves.

Une voix étrange. Valentin se leva, inquiet, sachant ce qu’il s’apprêtait à voir. C’était un elfe de maison, tout vieux ressemblant plus à un petit porc fripé qu’à un elfe. Il était courbé et il levait les bras en l’air laissant écouler des flots de paroles.

-Votre directrice m’ordonne de vous réveiller. Il faut que vous réveillez les élèves et que vous les meniez à la Grande Salle, maintenant.

Ces paroles prononcées, l’elfe éclata en sanglots et disparut avec un léger « pop ».Valentin mis quelques temps avant de réagir. Il avait vraiment besoin de ça maintenant. Lui, Valentin Moson, allait devoir diriger les élèves, les ENCADRER? Bien sûr, bien sûr…Et si il se jetait par la fenêtre? Oui c’était la solution la plus envisageable, la plus facile à faire, la moins compliquée. Sinon il fallait aller dans tous les dortoirs, réveiller tous les garçons, puis aller les mener jusqu’à la Grande Salle… Que la force soit avec Valentin.

Après deux claquage de porte au nez, un Expelliarmus dans la tête, un appel à l’aide à une fille de cinquième année qui a aidé Valentin à réveiller tout le monde, après la prise de conscience des élèves de la gravité de la situation, après le réveil douloureux néanmoins après l’attente des retardataires, après le long trajet désordonné jusqu’à la Grande Salle, Valentin était vraimentsur les nerfs. Le plus vieux préfet n’avait rien réussi, et une fois de plus, il n’avait servi à rien. Une fois de plus , Valentin s’était retrouvé impuissant devant des élèves qui refusait une quelconque autorité de la part du petit garçon qu’il était. Mais c’était passé, c’était fini. Maintenant, les élèves étaient tous réunis, en pyjama, tous curieux de savoir quel était le grand évenment qui vallait le coup qu’on les réveille à cette heure-ci. Certains semblaient encore endormis, d’autres anxieux, d’autre de mauvaise humeur, et d’autre encore était tout excité de cette situation nouvelle. Valentin lui, était assis à la table des Serdaigles (Normal quoi) auprès du second préfet Artémis Lone. La directrice adjointe prit alors la parole, à la surprise de Valentin qui s’attendait à voir Dumbledore arriver pour prononcer l’un de ses magnifiques discours que Valentin admirait tant.


"Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous comuniquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité.
J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais."


Le temps s’arrêta. Suffisamment longtemps pour que chaque élève présent eut le temps de penser à Albus Perceval Dumbledore, uniquement à lui. Suffisamment longtemps pour que chacun puisse comprendre l’information reçue, l’analyser, et y répondre, à leur manière. Des larmes coulèrent, des cris furent poussés. Valentin semblait ne pas les voir ne pas les entendre. Il regardait Julia Inferno, s’attendant à une suite, presque souriant, croyant véritablement qu’elle dirait que c’était une farce.Mais Mme Inferno ne dit plus rien. Elle s’en alla, laissant les élèves avec cette information.Valentin dirigea son regard vers Artemis.

[HJ:Vive les RPs bidons!]
avatar
Valentin Moson
Préfet de Serdaigle
Préfet de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 1555

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois de rose, crin de licorne, 26.5 centimètres, plutôt flexible . Excellente pour les sortilèges .
• Commentaire d'Ombrage  : Amoureux.
( & Nyu aussi d'abord. T'aime les gateaux à la banane ? )
[Il adore les bananes.]
[ On se demande quel genre. ]
[Le genre qui se mange. Very Happy]
[ Ouai ouai ... ]
Dégagez bande de poivreaux !
Arty : Toi&M=Mignon comme tout. Pour longtemps j'es

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Crystal Andreas le 10.04.08 22:48

Un bon coin, tranquille près du feu, avec un livre sur les jambes. Quelle meilleure nuit que celle-ci ? Où elle avait pu dormir pendant toute une journée, pour rester éveillée la nuit. C’était beau la nuit, c’était calme…

« Que tout les élèves se rendent dans la Grande Salle ! »


Pas si calme que ça au final. La jeune fille releva les yeux quand des pas dévalèrent l’escalier, à toute vitesse. Elle qui était seule dans la Grande Salle, des murmures, chuchotements fusaient, demandaient ce qu’il se passait et pourquoi ils étaient convoqués en pleine nuit. Mais ça, le pourquoi, personne ne savait apparemment.

"-Mais qu'est ce qu'il se passe ?
-Un prisonnier s'est évadé ?
-Mais nan, t'es bête ! Peut-être qu'un fantome a disparu ?
-Quoi ? On dit que quelqu'un s'est fait enlever ?"



L’inquiétude montait, et elle songea enfin à chercher des connaissances. Pour se rassurer. Le brouhaha influençait sur son état d’esprit. Artemis. Et son capitaine de Quiddich, préfèt et fouteurdepeur, Valentin. Les visages alentours, qui étaient un peu crispés, se détendirent au fur et à mesure qu’ils descendaient tous les escaliers, rejoins par les Gryffondor. Peut-être était-ce un jeu qui était organisé en pleine nuit ? Mais non, ils étaient presque tous en pyjamas, sauf les étranges personnes qui vivent la nuit, comme Crystal et deux trois personnes.

La sorcière bouscula une dizaine de personnes pour s’assoir près d’Artemislebizarre. Pour la peur puérile de se retrouver seule dans un moment qui n’allait pas être drôle. Ca, elle le sentait, sinon, pourquoi ne leur auraient-ils pas laissé le temps de s’habiller, de se préparer.

Silence. La Directrice Adjointe – ça, elle retenait -, Julia Inferno venait d’entrer. Avec une mine grave, triste. Des larmes aux coins des yeux. De la douleur au coin des lèvres.


« Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous communiquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité.
J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais. »

Et des larmes, des cris, de tous les côtés. Tout autour de la nouvelle Directrice, tout autour des élèves, des professeurs. Mais elle, petite fille qui ne connaissait le monde des sorciers que depuis quelques mois, elle ne pleurait pas. Ce serait de l’irrespect, que de pleurer quelqu’un dont on a vaguement entendu le nom, quand on ne sait pas qu’il était un Grand Sorcier, le plus grand Directeur de Poudlard. Qu’ils cessent de crier ! Qu’ils cessent de pleurer ! Mais, elle sentait son cœur qui pesait plus lourd, sa légèreté « spirituelle » avait disparue, soudainement. Envolée. Dans les airs, en suivant les paroles de Mme Inferno. Elle croisa les bras sur la table, et posa sa tête dessus, de manière à voir l’estrade, pour voir un vieillard avec une grande barbe, et des lunettes en demi-lune, faire un discours surprenant et doté d’un humour particulier.


[ * Partie se pendre * ]
avatar
Crystal Andreas
Elève de Serdaigle

• Nombre d'écrits  : 2092

• Année  : Cinquième année
• Caste  : Indifférents
• Baguette  : 23 cm, bois de saule pleureur trempé dans du sang de vampire, trois perles d’huitre magique

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Leo Draco le 12.04.08 12:36

Il y avait des nuits avec et des nuits sans. C’était une nuit sans. Depuis plusieurs dizaines de minutes, qui paraissaient interminables, il restait allongé, fixant le plafond d’un regard vide, les bras croisés sur son torse comme un mort dans son cercueil. Impossible de se rendormir. Il repensait à ce qu’il venait de voir cette nuit : un mystérieux couple s’embrassant au milieu d’un couloir de l’école, dans une ambiance tamisée par la lueur de simples chandelles longeant les murs. Il revoyait sans cesse ce rêve dont il cherchait la signification en commençant par se demander qui en étaient les protagonistes : logiquement, lui-même et Esther ; curieusement, lui-même et quelqu’un d’autre qu’Esther ; étrangement, deux personnes autres qu’Esther ; abstraitement, lui-même et lui-même.

Crescendo un bruit de pas rythmé vint susciter une attention particulière de la part de Leo jusque là ennuyées, que relativement, par le souffle des autres garçons endormis et l’excitation des premiers oiseaux réveillés. Intrigué, le Serpentard se releva lentement de son lit pour tendre l’oreille, jusqu’à ce que le Directrice de Serpentard vienne satisfaire sa curiosité en surgissant soudainement dans le dortoir des garçons pour hurler le message peu enthousiasmant dont elle était le porteur.

- Messieurs, s'il vous plaît, c’est important, levez-vous et rendez vous dans la Grande Salle ! Draco chargez-vous d’encadrer les élèves avec Malfoy, je vais la prévenir ! C’est une urgence c’est compris ? Vite ! VITE !

- Okay !


« Parfait » avait, a priori, pensé le jeune homme pouvant enfin sortir de son lit sans culpabiliser de provoquer un réveil forcé de ses camarades. Il fit un bond pour s’habiller en vitesse et œuvrer comme un préfet devait le faire, malgré une mine peut rayonnante, voir très fatiguée. Passant une cape, pour couvrir ses vêtements débraillés, puis enfilant ses chaussures, sans même les lasser, Leo entendait déjà les autres Serpentard spéculer sur le pourquoi de ce rendez-vous impromptu :

- Tim : Bof’, on va nous apprendre qu’Inferno a été virée ...
- Tom : Ce serait pas étonnant vu ses problèmes de boisson !
- Théo : A coup sûr ça va retomber sur Serpentard …
- Tag : Le mieux ce serait que la chambre soit réouverte pour faire un peu de mén-

- Fermes-la et dépêchez vous de descendre ! Je vais retrouver Esther.


Dans le salon les élèves se faisaient de plus en plus nombreux jusqu’à ce que la préfète prenne l’initiative de migrer vers la Grande Salle « dans le calme et sans trainer », ce qui n’avait, bien sûr, pas été de mise étant donné les nombreuses discussions que suscitait cet état d’urgence.

Arrivés dans cette immense salle Serpentard n’était pas la dernière maison à faire son apparition, l’honneur était sauf, les Poufsouffle, visiblement très perturbés, avait eu beaucoup de mal pour se rendre au rendez-vous en vitesse. Les élèves réunis, le silence demandé, Julia Inferno pu commencer le discours qui allait en glacer plus d’un. L’annonce faite, les réactions étaient diverses et variées, Leo, lui, faisait parti de ceux qui observaient les répercussions de cette déclaration sur les autres sans même se laisser, eux-mêmes, affecter par le décès. Après avoir essuyé du regard bon nombre de visages tristes, même dans sa propre maison, il se tournait vers les personnes qu’il connaissait et dont il était curieux d’analyser leur sensibilité : Esther, elle, assise sur la même rangée que lui, semblait perturbée mais pas en larmes pour autant, au contraire, elle semblait afficher un mince sourire qui intéressa Leo par sa curiosité ; il chercha Sally du regard mais abandonna très vite après s’être penché en avant et en arrière sans succès ; il se tourna de trois-quarts pour faire face à l’agitation des Serdaigle et trouver leur préfet à la mine surprise qui fit sourire le Serpentard.

[HJ : Qui a commandé un RP-caca ?]
EDIT(orial) Clé' : MES PROBLEMES DE BOISSON ?
avatar
Leo Draco
Roi ♥

• Nombre d'écrits  : 7423

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Aulne, 29 cm, nerf de Dragon mâle. Utile pour les enchantements et les sorts de longue portée.

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Sally-Anne Perks le 14.04.08 13:05

Léo ne l'avait pas vue... Et pourtant. Sally était là. Ou pas. Ce que je veux dire par là, c'est qu'elle était là, sans vraiment l'être. C'était sa grande spécialité.

Tout le monde devait penser, ces derniers temps, que Sally avait disparu, qu'elle se tenait, volontairement ou non, à l'écart de toutes les histoires, et des dernières nouvelles qui se tenaient à Poudlard. Mais ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'elle était toujours là, fidèle au poste. Elle ne voyait plus personne, certes, ce qui pouvait laisser deviner qu'elle avait disparu, mais ce n'était pas le cas.

~~~~~~


Voilà pourquoi, en ce jour, qui resterait surement mémorable pour tous, elle était là : sa cape tombant, comme toujours, lourdement sur ses épaules, jusqu'à ses pieds et sa capuche recouvrant sa chevelure, elle écoutait. Elle avait entendu, comme tout le monde, l'annonce de la mort de Dumbledore...

Sa première réaction fut de froncer les sourcils... de tendre l'oreille un peu plus. Elle se trouvait assez éloignée de l'attroupement, d'une part pour ne pas se faire remarquer, d'autre part, pour ne pas être mêlée à la foule, ce qu'elle détestait pas dessus tout. De ce fait, elle crut d'abord qu'elle avait mal entendu ce qui venait d'être dit. Dumbledore mort? Non impossible... et vu le silence qui régnait dans la salle, ça paraissait à peine croyable. Des cris auraient du être poussés, des hurlements exclamés...

Ce qui ne tarda pas à arriver. En effet, quelques secondes plus tard, ce qu'elle attendait qu'il se produise, se produisit. Des élèves tombèrent dans les pommes, d'autres restèrent bouche bée, en regardant la directrice d'un air ébahi, certains laissèrent seulement une larme couler le long de leur joue, d'un air triste et mélancolique. Sally observait tout ça, de là où elle était... et comprit très vite qu'elle avait bien saisi l'annonce. Dumbledore était mort, dans des circonstances mystérieuses, sans que personne ne s'y attende.

Et ça, c'était un drame... En voyant le regard de tous les adultes ici présents, Sally réalisa que le monde de la sorcellerie était en grand danger... elle les sentait tous inquiets, anxieux et même s'ils voulaient le cacher aux yeux des élèves, la peur se lisaient très clairement sur leur visage et ils ne pouvaient rien faire contre ça...

Elle ne savait pas trop comment elle-même devait réagir. Une pointe de regret se fit ressentir. Une pointe de tristesse aussi et d'incompréhension à la fois... mais elle connaissait peu le directeur. Elle avait toujours eu un comportement déplorable au sein de Poudlard. S'était toujours désinteréssée des études et du corps professoral. Elle n'avait donc jamais eu de rapport intime avec Albus, où avec quelque prof que ce soit.

~~~~~~


A part Julia... Julia. Elle y repensait à présent. Qu'allait-elle devenir? Elle avait perdu son fils... son mari... et maintenant son père? Pourquoi le sort s'acharnait-il à ce point sur elle? Elle qui était si bonne envers les autres... qui venait en aide aux plus insupportables élèves (y compris Sally), même si elle devait y mettre tout son âme. Elle avait toujours pensé aux autres avant elle-même. Mais là, aujourd'hui, ce n'était plus le moment. Il fallait qu'elle pense à elle-même et à elle seule. Qu'elle se reprenne en main, avant qu'elle ne sombre dans la détresse la plus totale... ou un désarroi bien trop important pour ses pauvres petites épaules de jeune femme.

Sally se dit alors que... c'était le moment. C'était le moment de lui venir en aide. Elles avaient du affronter une épreuve atroce ensemble : la mort de Vlad. Elle s'était mutuellement comprises, à quelques détails près... grâce à Julia, Sally avait réussi à retrouver confiance en elle, en la vie et tout ce qu'elle avait de bon... Elle devait lui rendre la pareille. Elle devait lui montrer qu'elle était là aussi et qu'elle pouvait compter sur elle... Elles, qui avaient été si proches à une certaine période.

Au moment où elle vit Julia s'effondrer au sol, son sang ne fit qu'un tour. Elle se précipita vers l'estrade où la directrice se tenait, quelques secondes plus tôt, mais le temps qu'elle n'atteigne son but, avec la foule qu'elle devait traverser, Julia s'était enfuit... Elle décida alors de la suivre. Elle ne pouvait aller qu'à un endroit précis... dans son bureau. Pour y trouver le calme. Sally se demandait si c'était la réelle bonne solution... mais une force puissante la poussait à aller au bout de sa volonté. Elle ne devait pas abandonner maintenant : elle avait trouvé un moyen de se rendre utile, ce qu'elle n'avait pas fait depuis fort longtemps. C'était l'occasion ou jamais...
avatar
Sally-Anne Perks
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 3216

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Plume de Phoenix - Bois d'Acajou - 28.3 cm
• Commentaire d'Ombrage  : Pourquoi personne parle de Sally ?! Aaahhh... vrai, nous sommes boutonneux et parlons tous sur le bout de la langue, alors qu'elle, elle chante bien.
Pardonne-nous, Sally.

Parce que c'est notre idole, on ose pas trop, on la vénère en silence.

Moi,

(qui a écrit ça ? je découvre ça aujourd'hui !! - sally)


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Invité le 16.04.08 14:42

Le couvre-feu venait de tomber dans l'enceinte de Poudlard, les élèves avaient rejoint leur salle commune respective, quelques élèves veillaient, d'autres lisaient, d'autres encore jouaient aux cartes. Megim décida de monter dans son dortoir après avoir fermé le tout dernier numéro de la Gazette du Sorcier. Elle finissait de ranger ses affaires en silence dans le dortoir des filles de Poufsouffle, elle était fatiguée d'avoir couru dans tous les couloirs, espérant retrouver son chemin, et voulait dormir au plus vite. Elle se déshabilla et enfila son pyjama recouvert de petits gâteaux en tout genres avant de s'emmitoufler dans sa couette blanche pensant à sa journée et aux cours qu'elle avait suivis. Elle ferma les yeux.


"Quelle journée ! Je suis contente qu'elle s'arrête !"


La porte s'ouvrit brusquement, laissant apparaître la préfète de Poufsouffle que Megim ne connaissait pas encore. Elle leur annonça qu'elles devaient toutes se rendre dans la grande salle, qu'une annonce allait être prononcée. Ne réalisant pas l'importance de cet appel, Megim resta couchée jusqu'au moment où tout le monde piaillait dans le dortoir, elle se leva et enfila son pantalon noir posé au pied du lit il y avait quelques minutes de cela. La Grande Salle, elle ne savait plus où elle était mais avec tout le brouhaha des élèves elle retrouverait certainement son chemin. Elle se recoiffa en vitesse, se faisant une couette sur le côté qu'elle releva avec un crayon.


"Franchement, on ne pouvait pas faire une annonce demain matin ! Bon alors où sont mes ballerines ... Ah elles sont là !"


La jeune Poufsouffle mit ses ballerines noires puis descendit les marches du dortoir avant de dévaler deux à deux les autres marches qui menaient directement à la Grande Salle. Les élèves ne savaient pas de quoi la directrice allait parler mais ils étaient tous un peut inquiets. Elle suivit les autres filles jusqu'à arriver à destination où tout le personnel ainsi que tout les élèves étaient présents. Elle regarda les têtes tristes et anxieuses du personnel, c'est à partir de ce moment qu'elle se sentit inquiète. Elle s'installa à la table de sa maison, de façon à ce qu'elle puisse voir convenablement la directrice adjointe qui était en place pour faire son discours. Lorsque tout le monde fut réuni, un silence de marbre s'installa laissant juste place à la vois douce de la femme.


« Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous communiquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité.
J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais. »



A cette révélation, Megim sentit son cœur battre intensément, elle ne savait pas quoi faire, elle regardait les élèves avec l'impression de ne pas les voir. De nature anxieuse, elle commença à trembler, les larmes aux yeux. Personne ne savait ce qui s'était passé sur le lieu du crime.
Megim restait immobile sur le banc froid, ne faisant rien, à part trouver une explication à cet injuste crime.



" Ca commence mal pour moi cette année. Je viens tout juste d'arriver et un assassinat se produit, à croire que je porte malheur ..."

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Lou Adams le 17.04.08 15:29

Pour une fois que Lou dormait bien ! La tête enfoncée dans l'oreiller, les draps ne laissant dépasser que le bout de son petit nez. Et non, il avait fallut qu'elle soit réveillée en pleine nuit, tirée de son lit tout chaud par les préfets. Si le préfet en question n'avait pas été Merlin, elle l'aurait sûrement envoyé bouler. Mais, Merlin, c'était différent. c'était l'un des seuls qui l'avait écoutée. Alors rien que pour ça, elle ne ferait rien qui puisse lui déplaire. Elle enfila la première chose qui lui tomba sous la main - une robe de quiddich - par-dessus sa chemise de nuit. Elle avait vraiment l'air plouc de chez plouc, et franchement, elle s'en moquait bien. Elle surprit une de ses camarades à se recourber les sourcils au mascara, comme si elle ne pouvait vivre sans. N'importe quoi !

Dans la salle commune, c'était le désordre complet. Wiluna et Merlin tentaient tant bien que mal de rassembler les élèves. Mission impossible, quoi ! Elle essaya de se frayer un passage vers Merlin, mais elle fut emportée par un flot d'élèves vers le portrait de la Grosse Dame et ne put lui demander la cause de ce rassemblement nocturne.

Dans la Grande Salle, c'était pire. Les élèves trépignaient d'impatience, certain souriaient bêtement face à cet élément imprévu et perturbateur.
Lou, encore une fois, se retrouvait toute seule. Elle était coincée entre un groupe de grandes de poufsouffles qui discutaient arithmancie et des gamins de Serpentards qui ricannaient.

Elle remarqua soudain les professeurs. Ils étaient si peu nombreux par rapport aux élèves qu'elle ne les avait pas vus avant. Quelque chose la choqua : ils affichaient des visages grave. Mais pourquoi ? Pourquoi ? C'était la question que tout le monde devait se poser. Et pourtant, tous ces élèves aux visages insouciants ne semblait pas se sentir concernés.

Lou n'arrivait pas à réfléchir. Il était bien trop tard pour ça. Bouaaah ! Elle étouffa un baillement, pile au moment ou la directrice fit son aparition devant la table des professeurs. Son visage était crispée, comme si elle se trouvait sur le point de pleurer. Lou ouvrit de grand yeux ronds, presque choquée par le visage de Mrs Inferno. C'était clair, ça n'allait pas être une bonne nouvelle. Le brouhaha s'était estompé comme si un brouillard étouffant s'était répandu dans la salle.

« Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous communiquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité.
J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais. »


Lou frissonna. Elle avait l'horrible sensation de se sentir vulnérable, comme si une bulle de protection produite par Dumbledore avait éclaté. C'était vrai, la sécurité du monde des sorcier reposait essentiellement sur cet homme. Quel âge avait-il, au fait ? Et maintenant qu'il n'était plus là ... Lou ne savait pas quoi penser. Bizarrement, elle s'y était attendue, elle savait qu'un jour où l'autre ça arriverait.

Mais, et ensuite ? Qu'allait-il se passer ? Pour une fois, tout le monde était concerné.
avatar
Lou Adams
Préfète de Gryffondor
Préfète de Gryffondor

• Nombre d'écrits  : 1448

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : 32 cm, bois de cèdre, plume de simurghe (phénix arabe)
• Commentaire d'Ombrage  : Louuu 8).

Mon Loir préféré !

Ma soeeeuuuuur <33

Je vois qu'on m'aime =D (à tous les coups c'est Ayne pour les trois xD )

A ne pas emmener avec soi au casino !

Bah merci x)

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Annih Troy le 17.04.08 21:11

Notre jeune professeur était effondrée...Après tout ce qu'il avait fait pour l'école, Albus Perceval Wilfrid Brian Dumbledore disparaissait sans souffler mot. Victor Hugo, un poète moldu, à autrefois écrit : "une petite grande âme s'est envolée". Or là, il suffit de retirer un seul mot et cette phrase convenait parfaitement à la situation : Une grande âme s'est envolée. Toujours est-il qu'Annih pleurait en silence ne pouvant se consoler et ne pouvant être consolée.
~~~~
Surtout qu'après un tel désastre il faudrait encore affronter l'épreuve de l'enterrement. Déjà que son coeur s'était brisé au moment même où elle a appris la nouvelle, cette fois-ci son coeur ne résisterait pas. Elle qui n'avait connu que lui comme directeur dans sa vie de professeur, ne pourra pas se remettre de cette nouvelle avant plusieurs jours voire même plusierus semaines. Assise au bas de l'escalier, Annih pleurait à chaudes larmes mais toujours silencieusement.
~~~~
Comment certains élèves pouvaient ainsi rester de marbre devant l'annonce de cette nouvelle, n'avaient-ils donc pas de coeur ? Elle n'en savait que trop rien...Toujours est-il que cette nouvelle n'était pas une farce et que même si c'en était une, elle aurait été de si mauvais goût, qu'Annih aurait puni la personne qui avait dit cette horreur. Mais dans ce contexte-ci cela relevait de la pure imagination, même si Annih devait reconnaître qu'elle était vraiment devant le fait accompli. Mais c'était tout bonnement impossible ! I-M-P-O-S-S-I-B-L-E !
~~~~
Annih monta rapidement pour se changer. Sa robe était d'un bleu azur qui ne convenait pas pour l'occasion. Ses larmes s'étaient asséchées mais quelque chose demeurait en elle. Après avoir gravit les escaliers qui la menaient au troisième étage, elle sut ce que c'était. Elle avait comme une sensation de soulagement. Certes, Dumbledore était mort, mais n'y avait-il pas un tableau dans son bureau qui le représentait ? Bien sûr que si, comme tous les directeurs de Poudlard, Dumbledore avait eut droit à son tableau. Son humeur s'améliora mais une parcelle d'infinie tristesse persistait, et elle la laissa tranquille.
~~~~
Elle enfila une robe noire et s'enveloppa dans une cape également noire aux armoiries de Poudlard. Elle noua ses longs cheveux dans un élastique bleu nuit orné d'un aigle de bronze. Elle passa autour de son poignet quelques bracelets de perles noires et bleues. Jetant rapidement un coup d'oeil dans le miroir de son bureau, elle redescendit tout doucement du haut de ses escarpins noirs qu'elle gardait pour ce genre de cérémonies et d'occasions.


Dernière édition par Annih Troy le 20.04.08 14:51, édité 1 fois
avatar
Annih Troy
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 673

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Commentaire d'Ombrage  : Attend toujours des élèves ^^

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Leanne Knightley le 19.04.08 21:35

Leanne n'avait jamais aimé être mêlée à la foule et être au cœur de l'attention la rebutait sans doute plus que toute autre chose. Au fil des années, la jeune fille avait appris à passer inaperçue quelles que soient les circonstances. Hélas, les choses à Poudlard étaient un peu différentes ; ne pas se faire remarquer lorsque l'on est le seul fantôme au milieu d'un couloir peut se révéler délicat - surtout quand on a devant soi un groupe de première année qui, pour couronner le tout, comporte des 'nés-moldus' qui considèrent chaque chose à l'école de sorcellerie comme une découverte tout à fait incroyable. Aussi Leanne avait pris l'habitude de passer le plus clair de son temps à l'extérieur où elle avait l'impression d'être moins... 'voyante'. Cependant, les couloirs du château étant en principe à peu près déserts durant la nuit, il lui arrivait d'y errer sans but particulier, simplement pour savoir où elle aurait vécu si elle n'avait pas eu la bonne idée de se transformer en fantôme -_-.
C'était justement le cas cette nuit-là. Flottant quelques centimètres au-dessus du sol des cachots, la jeune revenante glissait parmi les couloirs à la lueur des torches vacillantes, savourant la solitude et le silence lorsqu'elle entendit un brouhaha de plus en plus proche. Des pseudo-rebelles en quête d'aventure ? Non, ils semblaient trop nombreux pour cela. Leanne ne put se poser la question plus longtemps : déjà, elle aperçut les élèves à la tête du groupe au bout du couloir. Instinctivement, elle recula jusqu'au mur de pierre et disparut à travers - elle ne s'y ferait décidément jamais. La jeune fille attendit dans la salle de classe où elle s'était retrouvée jusqu'à ce que les voix s'estompent. La curiosité l'emporta finalement et elle les suivit de loin jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans la Grande Salle où semblait déjà se trouver le reste de l'école - élèves comme professeurs. La jeune revenante glissait son regard translucide sur la foule horriblement bruyante lorsque soudain le silence tomba. Elle leva les yeux vers les professeurs, où se tenait celle qu'elle reconnaissait comme étant la directrice adjointe.

***

Mrs Inferno s'était tue. Durant quelques infimes secondes, un étrange silence plana dans la vaste salle. Puis les réactions se firent entendre. Diverses mais exprimant toute la même chose - de la surprise, de la peur, de la tristesse aussi... peut-être de la détresse.

Leanne n'avait pas bougé d'un centimètre. Son visage semblait toujours aussi neutre mais son regard avait clairement changé. Exprimant habituellement une sorte de mélancolie, il dégageait maintenant une espèce de... d'horreur. Quelque chose avait changé. Dans l'être même de la revenante. Quelque chose dans la gorge, quelque chose qu'elle n'aurait pas dû ressentir - elle ne ressentait plus rien depuis sa mort. Et puis un poids dans le ventre qui, si elle avait encore besoin d'oxygène, l'aurait empêché de respirer.

Le bruit aussi était différent. A la fois sourd, lointain et assourdissant. Leanne aurait voulu faire quelque chose, leur crier de se taire. Mais même si elle avait essayé, cette chose dans sa gorge, cette chose qu'elle n'avait jamais connu ne l'y aurait pas permis. Son esprit lui intimait de bouger, de reculer aussi loin que possible mais elle restait là, flottant au-dessus du sol de pierre, comme pétrifiée, goûtant pour la première fois à un sentiment terriblement... fort.
avatar
Leanne Knightley
[ A la fiche ♥ ]

• Nombre d'écrits  : 188

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Commentaire d'Ombrage  : L'est tout le temps triste cette minette là.

Oh *viens de remarquer* Mais nah suis pas tout le temps triste, des fois je suis en colère xD

JE L'AIME MA SOUMY è_é

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Invité le 20.04.08 14:49

"Dumbledore ne reviendra... plus jamais... plus jamais... jamais..."

Ces mots résonnaient dans la tête de Léonora. Elle fixait la Directrice adjointe, l'esprit vide, les membres tremblants. Ses oreilles étaient imperméables aux cris et aux pleurs des autres élèves. Tout ce qu'elle étendait c'était ces mots qui se répétaient sans cesse. Elle ne pouvait détacher son regard de Julia. Lorsque cette dernière quitta la salle sans mots dire, les jambes de Léonora lachèrent lui laissant tout juste le temps de s'assoir sur le banc le plus proche. Ce départ si soudain c'était comme la fin de tout espoir. Comme si à ce moment précis, les mots de Julia avaient pris un sens...

Léonora n'avait pas spécialement eu beaucoup de contact avec Dumbledore, juste les banalités d'un élève de Poudlard. Mais plus que la personne, c'était la mort qui déclenchait en elle une telle réaction. C'est le genre de choses qui n'arrive qu'aux autres, jusqu'à ce que ça vous atteigne, soudainement, sans crier gare. Et à cet instant vous prenez quelques années de plus sans vous en rendre compte. On n'est plus un enfant quand on a vu la mort.

Léonora regardait les autres élèves, apeurés, les yeux rougis par le chagrin, certains semblaient crier, mais elle n'entendait toujours rien. Elle était encore dans une sorte d'irréalité dont elle ne voyait plus la fin. Elle ne s'était pas encore posé la question de savoir si c'était un meurtre, une mort naturelle ou quoi que ce soit d'autre. Ce qui lui semblait flagrant c'était qu'une personne qu'elle voyait tous les jours venait de mourir à quelques pas de là où elle se trouvait.

Brusquement les bruits revinrent à ses oreilles, c'était comme un coup de poignard. Elle aurait surement sombré dans la panique si elle ne s'était pas ressaisi immédiatement. Elle pris conscience de la gravité de la situation, et c'était pire qu'une douche froide. L'école était en deuil, c'était certain. Mais Dumbledore aurait-il voulu tous ce chagrin, lui qui était si souriant et plein d'entrain? Léonora se leva doucement, se fraya un chemin entre les élèves effrayés, et se rapprocha de la table des professeurs, comme si ce simple geste lui avait permis de trouver du réconfort. Elle observa quelques instants les professeurs, eux aussi effondrés par tant de malheur, mais aussi gênés de se retrouver face à tant d'élèves sans le soutien de Julia.

A cet instant, Léonora se sentait étrangement vide. Des élèves qui pleuraient cela semblait normal après tout. Des adultes aussi. Après une telle nouvelle que pouvait-on attendre? Mais les adultes apparaissent aux yeux des enfants comme des personnes fortes, qui ne pleurent jamais, qui sont la pour vous soutenir. Alors que faire? Comment se sentir si même la forteresse de leur coeur en venait à céder?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Ash le 20.04.08 23:02

L'appel retentit alors qu'il était en train de jurer contre le passage secret qui venait de se refermer sur el bas de sa robe. N'ayant pas le temps de tergiverser, il tira un coup sec, maissant dans l'histoire un lambeau de tissu vert coincé sur la statue, trahissant son appartenance à la maison Vert et Argent. Un geste, un coup de baguette, deux incantations, R e p a r o , et sa robe fut réparée, R u b i c o n . C h r o m a t i s , et le lambeau de tissu passa immédiatement au rouge, portant les futurs soupçons vers une Maison bien connue pour ses fauteurs de troubles impénitents. Il était loin de se douter que d'ici un instant, il aurait d'autres soucis en tête.

Un fois les pistes brouilées, il sortit un vieux morceau de parchemin raccorni, légèrement amoché par le temps, mais plus précieux que tout ce qu'il possédait, l'éffleura de sa baguette et prononça, d'une voix la limite de l'audible :
J e . j u r e . q u e . m e s . i n t e n t i o n s . s o n t . m a u v a i s e s. Comme par magie, ce qui était sans doute le cas, le parchemin se recouvrit d'un échevau de traits arachnéens, traçant les contours du Château, ses passages, et surtout ses habitants. Après une étude attentive mais néanmoins très rapide, il évalua que les Serdaigles devraient passer dans ce couloir d'ici deux minutes. Les Gryffondor étaient à peu près au même niveau, de l'autre côté du Château. Il sacrifia une dizaine de secondes pour trouver ce qu'il cherchait, et se mit en mouvement, dans la direction des Serdaigle. Il espérait simplement avoir le temps d'arriver là où il voulait aller, avant de les rencontrer. Pas spécialement qu'il en ait peur, mais se retrouver face à une Maison complète, surtout à cette heure ci, dans une aile où il n'avait rien à faire, ça risquait de chauffer pour son matricule.

Heureusement, il arriva là où il voulait sans avoir croisé personne sur son chemin.
A u d a c e s . f o r t u n a . j u v a t , annonça-t-il au portrait lui faisant face. Si vous le dites, répondit celui ci, en glissant néanmoins sur le côté, révélant un passage étroit et empuanti, mais qui avait l'avantage de le mener directement là où il voulait. Il referma le panneau derrière lui au moment même où il entendit les élèves Bleu et Bronze débouler en faisant autant de bruit qu'un troupeau d'hippogriffes.

Il suivit le passage qui avançait tout droit, puis soudain qui obliquait vers la gauche en descendant sérieusement, avant de se transformer tout simplement en escalier en colimaçon - plutôt raide, du reste. Une fois en bas, il se préparait à pousser le panneau pour ressortir dans les couloirs 'normaux', quand il eut l'idée de vérifier sur la carte si le moment était bien choisi. Heusuement, d'ailleurs, car il serait sorti juste devant les Serpentard qui, eux aussi se rendaient à la Grande Salle. Il avait bien calculé son coup, même s'il avait failli céder à la hâte. Il donna un bref coup de baguette sur la carte en prononçant les deux mots
M é f a i t . a c c o m p l i , compta cinq secondes, puis entrouvrit le panneau, jeta un oeil par l'interstice, et profita qu'un groupe de Deuxième ? Troisième ? Année passait juste devant, en chahutant, il sortit le plus rapidement possible du passage, et tout en le refermant du pied, heurta volontairement un des élèves visés.

Tu peux pas faire attention où tu marches ? Tu veux p't'être mes lunettes ? Le ton était volontairement un ton trop fort, faisant ainsi d'une pierre deux coup. Il ramenait l'attention de ceux ayant put être interpelé par l'ouverture du panneau sur l'esclandre ( ¤ Le meilleur moyen de cacher quelque chose, c'est encore de le mettre devant les yeux de tout le monde ¤ ) et d'autre part, il se donnait un alibi pour ceux ayant pu douter qu'il n'était pas venu avec les autres - il ne se leurait pas, il était sur qu'au moins les deux Préfêts savaient qu'il n'avait pas passé la nuit dans son dortoir.

Désolé, marmonna l'autre, sans doute plus impressionné par le regard noir qu'il lui lançait que pas son statut d'aîné, je regardais pas où j'allais...

Ouais ben regarde, maintenant.

L'autre ayant accepté sa défaite, l'incident était clos, et il commença hâter le pas, remontant le cortège pour revenir dans les premiers rangs. Tout était affaire de prestige, dans cette Maison, et arriver dans les premier pour ce genre de convocation en faisait partie, et il n'allait pas s'en priver. Il repéra Leo du coin de l'oeil, Esther ne devant pas être bien loin. Heureusement la pratique du Quidditch l'avait étoffé un peu, parce que ça se bousculait sévère, dans les premiers rangs. Seuls les plus agés, ainsi que les plus impressionnants - dont les Préfêts - étaient unanimement épargnés, mais aussi glorieux était le titre de Capitaine de l'Equipe de QUidditch, lui ne jouissait pas de ce traitement de faveur. Encore que certains, pour s'être déjà frottés à lui, préféraient tenter leur chance de l'autre côté.

Enfin le cortège remuant arriva en vue du Hall, et instantanément, comme si elle était douée d'une conscience unique et partagée, la Maison Serpentard reprit son attitude marmoréenne qu'elle arborait en public, jouant et cultivat son immage de reptile. Il ne s'en était pas mal tiré du tout, au deuxième rang, mais ses préoccupations étaient tout autres, maintenant. il avait entendu nombre de théorie, dans la cohue, et toutes semblaient se tenir, bien que probablement aucune ne s'avérerait. Les Mangemorts prenaient le Château d'assaut, Dumbledore avait démissionner pour laisser la place à un incapable, ou pire, un ex-Mangemort, Celui-dont-le-nom-doit-être-mis-entre-traits-d'union était de retour... Les théories fumeuses fleurissaient aussi facilement que dans les pages du Chicaneur. Seulement la seule et vraie raison reposait au delà des grandes portes devant lesquelles ils venaient d'arriver. Tout un chacun habillé de vert se fit un devoir de mettre sur son visage le masque hautain qu'ils gardaient pour ce genre d'occasion, à part quelques marginaux de la Maison.

Et soudain, ce fut le drame. La nouvelle tomba, sèche, péremptoire, définitive. Encore pire que tout ce qu'il avait pu entendre dans le couloir. Dumbledore, le phare dans la nuit de la guerre, s'était éteint. Et pas particulièrement volontairement, semblait-il. A son avis, c'était le début d'une guerre de plus en plus ouverte entre les Mangemorts et le monde magique. Cependant, un détail le turlupinait, mais il n'arrivait pas à mettre le doigt dessus. Il sentait obscurément que ça avait quelque chose à voir avec sa virée nocturne, mais il ne voyait pas quoi. Il changea légèrement sa position incofortable, et entendit un léger crissement. Il fronça les sourcils de facto, et soudain, la connexion se fit : la Carte. Il l'avait vu et utilisée ce soir. Il n'avait pas fait attention à cette tour en particulier, ne se trouvant pas dans la même aile du Château que lui, mais peut être qu'une personne n'ayant rien à faire là aurait pu apparaître sur la Carte. N'ayant pas participé à sa création, il ne savait pas si on pouvait visualiser l'état de la Carte à un moment donné, mais si il avait appris une chose ces quatre dernières années, c'était bien qu'en Magie, rien n'était impossible. Il fallait qu'il parle à la Directrice adjointe ! Et le plus vite possible.

Il commença à se frayer un chemin dans sa direction...
avatar
Ash
Préfet de Serpentard
Préfet de Serpentard

• Nombre d'écrits  : 3549

• Caste  : Brigade Inquisitoriale

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Wiluna Qadehar le 27.04.08 14:29

S’il y avait bien une chose que Wiluna détestait, c’était de se faire réveiller en pleine nuit alors qu’elle était en plein dans un rêve super génial. Evidemment ça n’arrivait jamais lorsqu'elle faisait le plus horrible des cauchemars … Elle avait d’ailleurs lutté, pensant que la voix qui ressemblait étrangement à celle du Dr LeBeau, son directeur de maison, était celle de son père qui lui criait quelque chose, tout en bas sur le pont, alors qu’elle se balançait dans les gréements.

Mais la voix s’était faite plus insistante et ce qu’elle lui demandait, à savoir rassembler tous les Gryffondors dans la Grande Salle, n’était pas vraiment un ordre qu’on lançait à son moussaillon. Wiluna finit donc par se réveiller en grommelant et s’assit difficilement sur le bord de son lit. Elle ne prit pas trop de temps pour enfiler une robe de chambre par-dessus sa chemise de nuit, puisqu’apparemment quelque chose d’important était en train de se passer.

Secouant ses camarades de chambrée, elle fila vers le reste du dortoir pour réveiller toutes les filles, de 11 à 17 ans, et les rassembler dans un premier temps dans la Salle Commune. Déjà, les premiers garçons arrivaient, précédés par Merlin. Un brouhaha commençait à s’élever, tout le monde voulant savoir ce qui se passait exactement. Wiluna était exaspérée car elle ne pouvait pas leur répondre et c’est donc d’un ton plus que sec qu’elle leur ordonna de se rendre dans la Grande Salle en si-len-ce !

Bien sûr, son injonction n’eut pas grand effet sur la foule compacte qui descendait lourdement les escaliers mais au moins avait-elle essayé de faire respecter l’ordre, ainsi que son camarade masculin. De toute façon, si les professeurs voulaient un silence complet, ils n’avaient qu’à leur communiquer des informations pendant la journée et non en plein milieu, ou presque, de la nuit.

Qu’avait-il bien pu se passer ? Wiluna redoutait une montée en puissance de Celui-dont-on-ne-doit-pas-prononcer-le-nom, vu que beaucoup de rumeurs couraient sur son compte. Mais dans ce cas, Dumbledore ferait de son mieux pour le contrer et il y arriverait, comme d’habitude. Alors pourquoi s’inquiéter ? Non, elle n’avait pas envie de se casser la tête à essayer de comprendre ces adultes et préféra attendre l’annonce qui devait leur être faite.
Les élèves s’étaient assis à leur table respective et beaucoup discutaient entre eux, surtout les plus jeunes qui trouvaient sûrement toute cette agitation plutôt marrante. Wiluna, elle, attendait.

Et la nouvelle tomba :


Bonsoir... je suis désolée du dérangement causé par cette convocation au beau milieu de la nuit, mais j'ai une information cruciale à vous communiquer. Une information qui, je le sais, fait peur et mal à la fois. Mais je dois vous dire la vérité.

J'ai le regret de vous annoncer que nous avons découvert le corps de notre bien-aimé Directeur inerte, il y a une heure, dans la plus haute tour de Poudlard. La cause de sa mort reste encore mystérieuse. Dumbledore ne reviendra... plus jamais.


Et le silence se fit. Suivi bien vite par un brouhaha encore plus fort que le précédent. Tout le monde réagissait à sa manière. Wiluna fondit en larmes. Une scène bête revenait à sa mémoire, celle de Dumbledore essayant de danser sur une musique de "djeun’s" au dîner du Nouvel An. Elle ne pouvait penser à autre chose et pourtant elle pleurait.
Elle voulait se réfugier dans les bras de sa mère mais celle-ci était bien loin. Et la personne qui la remplaçait ici n’avait pas vraiment la tête à consoler une gamine de 13 ans. C’était plutôt à elle d’être consolée.

Wiluna prit son frère par la main et essaya de se frayer un passage entre les élèves pour rejoindre Julia. Mais elle vit, à travers ses larmes, Malloy et Sally qui faisaient de même et sentit l'inutilité de sa démarche.


¤ Ridicule … tu n’as rien à faire là-bas. Arrête de te faire des films. ¤


Serrant toujours la main de Kylian, elle resta plantée là, juste à côté de la porte, appuyée contre le mur. Il la tira un peu vers le bas et ils s’assirent tous les deux, remontant leurs genoux pour se protéger de tout ce qui allait se passer maintenant.
avatar
Wiluna Qadehar
Préfète en Chef
Préfète en Chef

• Nombre d'écrits  : 8394

• Caste  : Brigade Inquisitoriale
• Baguette  : Bois d’acajou, poil de licorne, 20 cm
• Commentaire d'Ombrage  : Bah Wilu eh bah je l'OVERKIFFE.
Clé'

Bah Wilu et bah je l'overdeteste.
Val.

Arty : Bah Wilu ... Rien du tout en fait. J'aime bien son nouveau vava.

WILOUNANOU

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: [RP] La nuit où tout bascule ...

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum