Ne jamais faire ça.

Aller en bas

Ne jamais faire ça.

Message  Invité le 25.06.07 18:43

Il était une fois un chapeau. Vieux et tout rapiécé. Mais, cependant, ce chapeau il valait sans doute une fortune dans cet étrange monde qu’était celui des Sorciers. Ce chapeau là, au lieu d’avoir ce trou recousu, il s’en servait comme bouche, pour annoncer des choses hors de l’ordinaire. Poufsouffle, Serdaigle, Gryffondor et Serpentard. Un vieux chapeau sale et poussiéreux qui parlait, Maëlan n’avait jamais vu ça. Dans l’école d’Ethan ce n’était pas ça. On lisait dans les pensées des élèves là bas.

Quoi qu’il en soit, on posa ce chapeau ( sale, poussiéreux et tout rapiécé, de l’oublions pas. ) sur sa tête blonde, qui, d’ailleurs, avait été débarrassée de son béret pour l’occasion. Et quoi qu’il dise, le nouveau sorcier avait distinctement entendu le nom de Serdaigle. Ca devait être la maison de ceux qui se levait, là bas. Il se releva et s’assit rapidement à la table, commençant déjà à discuter.

Mais, maintenant il était tard. Son air sociable l’avait trop longtemps gardé à table avec un élève plus âgé, avec qui il discutait avec entrain. Quand se dernier le planta là, fatigué, Maëlan s’aperçut avec stupeur qu’il était le dernier. Non pas qu’il ait peur de rester seul dans Poudlard. Mais. La salle commune, elle était où ? Sautant de sa chaise il suivit le garçon, pendant cinq minutes. Puis, ce garçon maladroit qu’est le Serdaigle se perdit, et fit plusieurs fois le tour de l’étage, avant qu’un portrait ne l’interpelle :


« Mot de passe ? »


Un sourire stupide s’afficha sur les lèvres de Maëlan. Un mot de passe ? Pour entrer dans une salle. C’était idiot. D’un ton qui se voulait nonchalant, il lança :

« Veuillez m’excuser, je cherche ma salle commune, je suis un… euh… Serdaigle.
- C’est ici. Mot de passe ?
-Ahem… On va pas devenir potes là je crois… Pourquoi un mot de passe ?
- Pour la sécurité. Mot de passe ? »


Perroquet. Bon. Maintenant Maëlan se retrouvait à poireauter pendant des heures dehors, avant qu’un professeur, préfet – d’ailleurs, il ne savait toujours pas ce que s’était – ou élève-en-bleu ai l’obligeance de passer par ici. Sous l’effet de l’impatience, le garçon donna un coup de pied dans la porte. Qui se mit à hurler :

« Sécurité, sécurité ! A l’assassin !
-Mais… Ferme là ! »



Pour une première journée… même pas, première soirée, il commençait bien. Discuter pendant des heures et se retrouver face à un portrait hystérique. L’avantage, c’est que quelqu’un viendrait voir. Quelle douce manière de se faire remarquer dîtes moi. La voix aigüe du portrait se remit à crier :

« Quelqu’un veut pénétrer à Serdaigle ! C’est un nain en plus ! Sécuurité ! »


Abrutit de portrait. Maëlan enfonça son béret sur sa tête, se cachant les yeux. Pas honte, mais presque voyez vous. Il devait être dix heures, et forcément, il commettait déjà ce qui semblait être un méfait. Quel bel avenir qui se présentait. « Celui qui frappe les tableaux ». Classe.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Ne jamais faire ça.

Message  Invité le 26.06.07 11:48

[HRP : Je peux répondre ??????]

Marc marchait tranquillement dans les couloirs. Bon tranquillement n'était peut-être pas le terme exacte. Le jeune garçon était sur le qui vive, écoutant le moindre son, pour ne pas se faire surprendre.

Il n'était que 10 heures, il aurait du être dans son lit, ou au moins dans la salle commune. Mais ce n'était pas sa faute. Il avait du aller à la volière, récupéré une lettre de ses parents. Il est vrai que devant un professeur, son excuse, pourtant vrai ne tiendrait pas une seconde, et que même si on le croyait, ledit professeur se demanderait pourquoi il n’avait pas été chercher sa lettre le lendemain.
Bonne question. Une question dont le garçon ne connaissait pas la réponse. C'est pourquoi il évitait qui que ce soit qui pourrait lui poser.

Le Serdaigle commençait à avoir un peu d'orientation. Après une année passée ici, il avait apprit à aller de la grande salle à sa salle commune. C'était un progrès formidable pour un garçon comme lui. Mais malheureusement, c’est un peu près tout ce qu’il savait faire. Pour lui, se perdre était devenu une seconde nature, une habitude. Maintenant, il n’angoissait même plus à l’idée de se perdre. Sauf quand il devait aller en cours.

Alors que Mr. Augustin était concentré sur ses pieds, et sur son entourage, pour faire en sorte de ne cogner dans rien, une voix aigue le fit sursauter.


« Sécurité, sécurité ! A l’assassin !

Puis quelques secondes après, la même voix retentit.

« Quelqu’un veut pénétrer à Serdaigle ! C’est un nain en plus ! Sécuurité ! »

On aurait dit une alarme. Et malgré le fait que la voix était très aigue, Marc réussir à comprendre le sens des deux phrases. Quelqu'un voulait rentrer à Serdaigle.

D'accord. Mais pourquoi voulait-on rentrer dans la salle commune, et qui ? Alors que la voix continuait de raisonner dans tout le château, Marc s'approcha lentement du tableau qui pivotait sur sa salle commune lorsque l'on prononçait le mot de passe.
C'est d'ici que devait venir le cri. Le jeune Augustin, avait apprit en une année, à ses dépens, qu'ici tout parlait, les chapeaux, les portraits, et plein d'autres choses encore. Et puis, ce ne pouvait être qu’un tableau dont le cri serait aussi fort, de plus, le tableau devait être celui de Serdaigle, comme il criait à la sécurité de sa maison.

Par contre, quelque chose tracassait le jeune garçon. Il croyait que les nains n’existaient pas. C’est vrai que dans le Monde des Sorciers, beaucoup de chose était étranges, mais un nain ??? Mais peut-être que par nain, il voulait dire que c’était une personne petite. Dans ce cas-là, deux solutions, soit un élève, soit un voleur nain.

Repoussant la deuxième solution, et priant intérieurement pour que ce soit la première, le garçon arriva enfin devant le tableau. A première vue, tout paraissait normal. Mais si on regardait bien, on pouvait distinguer une forme humaine. Eh bien voilà, c’était un élève, ou un voleur nain, lui chuchota une voix dans son esprit.
Luttant contre son bégayement, le garçon rassembla son courage, et d’une voix qu’il aurait voulut plus rassurer prit la parole :


Qui est-tu toi ? Et que fais-tu ici ?

Il espérait n’avoir pas été très désagréable, ce qui n’était pas le but de ses paroles. En réalité, c’était plutôt de la curiosité. Il voulait savoir. Les enfants sont souvent curieux, Marc l’était plutôt deux fois qu’une.

En attendant la réponse de la forme humaine, il essaya de rassurer du mieux qu’il pu le tableau, priant pur que celui-ci arrêta de crier et puisse tout simplement leur ouvrir, si la personne s’avérait être un Serdaigle…


[HRP : J'aurais pu faire mieux, mais bon ... ]

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum